Affaire Sohane Benziane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'affaire Sohane Benziane fait suite au meurtre par immolation d'une jeune fille en 2002.

Manifestation du collectif Solidarité féministe lors du procès de Djamel Derrar en 2006.

Sohane Benziane a été découverte inanimée, gravement brûlée, le , dans un local à poubelles de la cité Balzac, à Vitry-sur-Seine dans le Val-de-Marne (94)[1]. Elle est décédée quelque temps après à l’hôpital. Sohane Benziane était une jeune fille de 17 ans qui habitait le quartier[1].

L’auteur du meurtre, âgé de 19 ans au moment des faits, et décrit comme un petit caïd de la cité, avait préparé son coup : sorte d'expédition punitive avec témoins pour faire exemple.

Ce meurtre et ses circonstances particulièrement violentes ont eu un fort retentissement médiatique, choquant fortement l'opinion publique, et levant une importante vague de protestation contre la situation parfois dramatique vécue par les jeunes femmes face au machisme ou au sexisme. Benziane est devenue le symbole des souffrances que subissent les jeunes filles qui se battent contre le machisme parfois extrême dont elles sont l’objet.

C’est en mémoire de Sohane Benziane que Vitry-sur-Seine fut choisie pour point de départ de la « marche des femmes des quartiers contre les ghettos et pour l’égalité », menée par 4 filles et 2 garçons, qui traversa la France en février 2003, pour aboutir à l'importante manifestation nationale du (près de 30 000 personnes ont manifesté dans les rues de Paris leur soutien à la révolte des femmes des quartiers victimes de la violence machiste), et consacrant la naissance de l'association Ni putes ni soumises[2].

Kahina Benziane (à droite), sœur de Sohane, témoigne et poursuit le combat lors des États Généraux de la Femme 2010

Une plaque commémorative a été placée en sa mémoire, au pied de la tour où vivait la jeune fille[1],[3]. Mais, régulièrement profanée par les riverains, refusée par la mairie de Vitry qui s'opposait à ce qu'y soit indiquées les circonstances de sa mort, cette plaque a dû être temporairement hébergée au cimetière parisien du Montparnasse[3]. Ce n'est que trois ans après que la plaque en mémoire de Sohane Benziane a enfin retrouvé sa place, officiellement inaugurée le , en présence de sa sœur, Kahina Benziane. Cette plaque définitive porte l'inscription : « À la mémoire de Sohane, morte brûlée vive. Pour que garçons et filles vivent mieux ensemble dans l'égalité et le respect. Sohane Benziane 1984-2002. »[3].

Le maire de Vitry-sur-Seine a inauguré une esplanade Sohane Benziane, et depuis le , un centre d'animation parisien porte également son nom.

Le procès du meurtrier de Sohane Benziane, Djamel Derrar, a eu lieu du 31 mars au , à la Cour d'assises de Créteil (Val-de-Marne)[4]. Il a été condamné à 25 ans de prison pour « actes de torture et de barbarie ayant entraîné la mort sans intention de la donner » et son complice, Tony Rocca, à 8 ans[4]. Ce dernier a fait appel et sa peine a été alourdie à 10 ans en deuxième instance[4].

Le , la tour de la cité Balzac où Sohane a été brûlée est démolie par le procédé du vérinage[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]