Aeshna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Aeshna (dont le nom vernaculaire français est Æschne) est un genre de libellules de la famille des Aeshnidae appartenant au sous-ordre des Anisoptères dans l'ordre des Odonates. Il comprend trente-deux espèces[1].

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'entomologiste Danois Johan Christian Fabricius du 18e siècle est à l'origine du nom Aeshna. Ce nom pourrait être le résultat d'une erreur d'orthographe du grec Aechma qui signifie “lance”[2]. Dans le passé, l'orthographe Aeschna a été utilisée par intermittence mais aujourd'hui, on s'accorde sur le nom originel d'Aeshna, les noms dérivés, comme Rhionaeschna, conservant l'orthographe «sch».

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les Aeshna sont de grandes libellules d'une envergure de 8 à 11 cm. Elles ont l'abdomen et le thorax brun ou gris-brun et possèdent des striations bleues, vertes, jaunes ou encore une dégradation de ces trois couleurs. Une variation de ces tons peut subvenir chez les individus d'une même espèce. Ils ont également une tache en forme de « T » sur le haut de la face, à la rencontre des yeux. Toutes les Aeshna ont deux bandes sur chaque côté du thorax et deux autres bandes sur le dessus de celui-ci, entre la tête et les muscles d'attachement des ailes. Deux rangées de points traversent verticalement l'entièreté de l'abdomen. Ces motifs sont à l'origine du nom anglais Mosaic Darner[3].

Reproduction[modifier | modifier le code]

Les mâles possèdent des appendices abdominaux (cerques) qui sont utilisés pour retenir la femelle lors de l'accouplement. On retrouve deux types d'appendices : les cerques relativement étroits et recourbés (de l'anglais : Paddle-type) et les cerques plus élargis, se terminant par deux dents (de l'anglais : Wedge-type)[3].

Æshna
Dimorphisme sexuel chez Aeshna - Aeshna mixta

Chez les odonates, les mâles et femelles présentent des colorations distinctes. Étant des insectes très visuels, les libellules reconnaissent le dimorphisme sexuel, les différences dans le vol et tout autre variation au niveau comportemental[4].

Lors de la période de reproduction, les mâles se retrouvent en grand nombre près des sites de ponte. Ils sont territoriaux et pourchassent farouchement les intrus. Les femelles se tiennent à proximité, dans des refuges qui les protègent du harcèlement des mâles. Lorsqu'une femelle est prête à se faire accoupler, elle quitte cet endroit et vole vers un lieu de reproduction. Au site, elle se fera saisir par l'un d'eux ou encore par un groupe de mâles. Après l'accouplement, la femelle ira pondre ses œufs dans l'eau ou encore à l'intérieur des tiges ou des feuilles de plantes aquatiques à l'aide de son ovipositeur adapté[3].

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Ce genre comprend les 32 espèces suivantes[1] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Martin Schorr, Martin Lindeboom, Dennis Paulson, « World Odonata List », University of Puget Sound,‎ 28 octobre 2014 (consulté le 16 nov. 2014)
  2. « Dragonflies of the Family Aeshnidae in British Columbia » (consulté le 25 août 2009)
  3. a, b et c Mead, K., 2003.Dragonflies of the North woods. North Woods Naturalist Series. Kollath Stensaas Pubishing, Duluth. 203 p.
  4. Frye, M., R. Olberg. 1995. Visual receptive field properties of feature detecting neurons in the dragonfly. Journal of Comparative Physiology A: Neuroethology, Sensory, Neural and Behavioral Physiology, 177: 569-576.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]