Aerugite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aerugite[1]
Catégorie VIII : phosphates, arséniates, vanadates[2]
Général
Classe de Strunz 8.BC.15
Formule brute Ni17 As6 O32
Identification
Masse formulaire 976,97 uma
Couleur bleu-vert, vert
Classe cristalline et groupe d'espace hexagonale, scalénoédrique ; R 3m
Système cristallin trigonal
Habitus Incrustation, cristaux indistincts sur des encroutements de 2 mm
Échelle de Mohs 4
Trait blanc verdâtre
Propriétés optiques
Fluorescence ultraviolet aucune
Propriétés chimiques
Densité 5,85 - 5,95
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

L'aerugite est une espèce minérale composée d'arséniate de nickel, de formule Ni17 As6 O32

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

La première analyse chimique est faite par Bergemann [3] en 1858, mais le minéral ne sera décrit et nommé qu'en 1869, par Gilbert Joseph Adam du grec "Aerugo" qui signifie rouille de cuivre.

Topotype[modifier | modifier le code]

  • Johanngeorgestadt, Erzgebirge, Saxe (Allemagne).

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 5,951 Å, c = 27,568 Å, Z = 3 ; V = 845,50 Å3
  • Densité calculée = 5,76

Gîtologie[modifier | modifier le code]

  • Minéral rare des filons hydrothermaux secondaires, à dépôt de Ni–As–U.
  • Il apparaît souvent comme une incrustation sur les parois de fours de grillage de minerais.

Minéraux associés[modifier | modifier le code]

  • Bismuth, bunsenite, xanthiosite (Johanngeorgestadt)
  • xanthiosite (Mine South Terra)

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

  • Allemagne
    • Johanngeorgestadt, Erzgebirge, Saxe
  • Angleterre

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. American Mineralogist, volume 050, pp. 2108(1965); MA,042,No.1,23(1991); Mineralogical Record (revue américaine), volume 023, pp. 263(1992)
  2. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  3. Bergemann C. (1858): Ueber einige Nickelerze.- J. Prakt. Chem. [1] 75, 239-244.