Aerfer Sagittario II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Aerfer Sagittario II Su-27 silhouette.svg
Ambrosini (Aerfer) Sagittario 2 MM560 LeB 29.05.57.jpg
Un Sagittario 2 MM560 de l'armée de l'air italienne au salon du Bourget de 1957.

Constructeur Drapeau : Italie Aerfer
Rôle Chasseur expérimental
Statut Prototype
Premier vol 19 mai 1956
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Rolls-Royce Derwent 9
Nombre 1
Type Turboréacteur
Poussée unitaire 1 633 kgp
Dimensions
Envergure 7,5 m
Longueur 9,5 m
Hauteur 2,0 m
Surface alaire 14,5 m2
Masses
À vide 2 300 kg
Maximale 3 300 kg
Performances
Vitesse maximale 1 040 km/h
Plafond 14 000 m
Vitesse ascensionnelle 2 436 m/min
Rayon d'action 765 km

L'Aerfer Sagittario II est un chasseur à réaction expérimental dérivé de l’Ambrosini Sagittario.

Évolution de l'Ambrosini Sagittario, il en conservait l’allure générale : voilure et empennage en forte flèche, réacteur situé à l’avant du fuselage avec tuyère débouchant sous le fuselage. Mais le train d’atterrissage était tricycle et le fuselage arrière entièrement redessiné et surtout cet appareil était entièrement métallique. C’est une des raisons pour lesquelles le prototype, dessiné par Sergio Stefanutti, ne fut pas construit chez SAI Ambrosini, qui n’avait pas l’expérience de la construction métallique, mais chez Aerfer.

Le Sagittario II effectua son premier vol le 19 mai 1956 avec un réacteur Rolls-Royce Derwent 4 fois plus puissants que le Turbomeca du Sagittario. Ce fut le premier avion italien à franchir le mur du son, atteignant Mach 1,1 en piqué le 4 décembre 1956.

Conçu comme chasseur-bombardier, il devait recevoir 2 canons Hispano-Suiza de 30 mm (200 obus chacun) et 2 points sous voilure pouvant recevoir chacun soit une bombe de 230 kg, soit un bidon de napalm de 300 kg, soit 2 canons et conteneur ou 2 lance roquettes. Il servit finalement de prototype à l’Aerfer Ariete.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Développement lié

Références[modifier | modifier le code]

  • The Aeroplane, December 21, 1956, p. 924
  • Giuseppe Ciampaglia, Dal SAI Ambrosini Sagittario all'AERFER Leone, January 2004, IBN editore, with English translation by Stephen Richards (ISBN 978-8875650001)