Aeluroscalabotes felinus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Aeluroscalabotes felinus

Description de cette image, également commentée ci-après

Aeluroscalabotes felinus

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Sauria
Infra-ordre Gekkota
Famille Eublepharidae

Genre

Aeluroscalabotes
Boulenger, 1885

Nom binominal

Aeluroscalabotes felinus
(Günther, 1864)

Synonymes

  • Pentadactylus felinus Günther, 1864
  • Pentadactylus borneensis Günther, 1864
  • Aeluroscalabotes longicaudatus Andersson, 1923

Aeluroscalabotes felinus, unique représentant du genre Aeluroscalabotes, est une espèce de geckos de la famille des Eublepharidae[1]. Il est parfois appelée Gecko chat, probablement une traduction du nom vernaculaire anglais Cat Gecko.

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre en Asie du Sud-Est en Indonésie à Sumatra et Kalimantan, en Malaisie, à Singapour et dans le Sud de la Thaïlande[1].

Description[modifier | modifier le code]

Aeluroscalabotes felinus

Ce gecko est principalement nocturne, et bien qu'arboricole, il ne possède pas de pelotte adhésive sous les pattes (setæ). Il est de couleur marron-ocre avec des points blancs. Le dessous de la tête est également blanc. Il utilise plutôt sa queue préhensile pour s'aider, ainsi que ses pattes dotées de griffes opposables et rétractables.

C'est un gecko considéré comme primitif, et proche des premiers geckos apparus, d'après les quelques fossiles trouvés.

Son nom de gecko chat vient de sa démarche féline et du fait qu'il dort en enroulant sa queue.

Les mâles adultes sont plus petits que les femelles. Les premiers atteignent les 12 cm alors que les femelles peuvent dépasser les 16 cm.

Considéré comme primitif, Il semble que cet animal soit le seul descendant de cette branche, les autres ayant disparu.

Paramètres climatiques[modifier | modifier le code]

Ce gecko vit dans la forêt tropicale humide où la température reste modérée (20 à 25 °C), et où l'hygrométrie est de 60 à 80 %, pouvant parfois dépasser les 90 %. Dans ce climat les nuits sont assez chaudes, et la différence entre été et hiver est peu marquée.

Alimentation[modifier | modifier le code]

C'est un insectivore qui consomme une large variété d'insectes de taille adaptée, qu'il chasse principalement dans les branches où il vit.

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Reptarium Reptile Database (7 septembre 2012)[2] :

  • Aeluroscalabotes felinus felinus (Günther, 1864)
  • Aeluroscalabotes felinus multituberculatus (Kopstein, 1927)

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'appellation "Aeluroscalabotes" vient du grec ancien Αίλουρος (aelurus en latin) qui signifie chat et ασκαλαßοτες (ascalabotes en latin) qui signifie lézard, c'est-à-dire lézard-chat, probablement en référence à sa façon d'enrouler sa queue pour se reposer.

En captivité[modifier | modifier le code]

Cet animal se rencontre peu en terrariophilie, car il est difficile à trouver et est considéré comme relativement délicat à élever, et surtout à reproduire.

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • Boulenger, 1885 : Catalogue of the lizards in the British Museum (Natural History) I. Geckonidae, Eublepharidae, Uroplatidae, Pygopodidae, Agamidae, Second edition, London, vol. 1, p. 1-436 (texte intégral).
  • Günther, 1864 : The reptiles of British India, London, Taylor & Francis, p. 1-452 (texte intégral).
  • Kopstein, 1927 : Die Reptilienfauna der Sula-Inseln. Treubia, vol. 9, p. 437—446.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Grossmann & Schäfer, 2005 : Erfahrungen bei der Haltung und Vermehrung des Fuchsgesicht-Lidgeckos Aeluroscalabotes felinus (Günther 1864). Sauria, vol. 27, n. 1, p. 33-46.
  • Nunan, 1994 : Aeluroscalabotes felinus (Gunther, 1864). Dactylus, vol. 2, n. 3, p. 107-108.

Notes et références[modifier | modifier le code]