Classe Arihant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Advanced Technology Vessel)
Aller à : navigation, rechercher
Classe Arihant
Image illustrative de l'article Classe Arihant
Représentation d'artiste de l'Arihant
Caractéristiques techniques
Type SNLE
Longueur 114 m
Maître-bau 15 m
Tirant d'eau 9 m
Déplacement 5 500-6 500 t (estimé)
Propulsion 1 x réacteur à eau pressurisée de 160-190 MW; 1 x turbine de 70MW ; 1 x ligne d'arbre
1 x hélice à 7 pales
Vitesse 30-34 nœuds en plongée ; 12-15 nœuds en surface (estimé)
Profondeur ~ 300 m (estimé)
Caractéristiques militaires
Armement 4 x missiles mer-sol balistiques stratégiques Agni-III de 3 500 km de portée
4 x lanceurs verticaux triples pour 12 missiles mer-sol Sagarika de 750 km de portée
6 tubes de 533mm pour torpilles et missiles SS-N-27
Rayon d’action illimité
Autres caractéristiques
Équipage 100 hommes
Histoire
Constructeurs Chantier naval Visakhapatnam (Vishakapatnam)
A servi dans Pavillon de la marine indienne Marine indienne
Période de
construction
1998
Période de service 2012
Navires construits 1
Navires prévus 5

La classe Arihant (sanskrit : अरिहन्त:, français : « tueur d'ennemis »), anciennement connue sous le nom de code Advanced Technology Vessel, est une classe de sous-marins nucléaires lanceurs d'engins indigènes de la marine indienne. La tête de classe, l'INS Arihant, premier d'une série annoncée en 2012 de cinq bâtiments, a été lancée le 26 juillet 2009.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les caractéristiques et le design extérieur de ce sous-marin sont, en 2009, inconnus du grand public. Aucune photo claire n'a été publiée lors de son lancement.

La classe Arihant est supposée dérivée de la classe de sous-marins lanceurs de missiles de croisière de conception soviétique Charlie II, dont l’Inde a loué un exemplaire à l'Union soviétique de janvier 1988 à janvier 1991 (le K43, rebaptisé INS Chakra)[1].

Le design du sous-marin, d’un déplacement en surface de 6 000 à 7 000 tonnes, ressemble à celui du sous-marin nucléaire russe de la classe Borei de 18 000 t. Sa surface est inégale et sa double-coque est recouverte de tuiles anéchoïques, le kiosque se situant à l'avant du bâtiment[2].

Des informations ont cependant été communiquées quant au réacteur à eau pressurisée qui équipe le bâtiment. Selon le chef du programme indien de l’énergie atomique, Anil Kakodkar, le réacteur, décrit comme « compact » a été testé au Centre de recherche atomique Indira Gandhi de Kalpakkam depuis 2006[3].

Vue d'artiste du lancement d'un missile balistique Sagarika depuis un sous-marin de classe Arihant.

La classe Arihant, possédant quatre puits à missiles, sera armée, à partir du deuxième batiment, de quatre missiles mer-sol balistiques stratégiques Agni-III/K-14 de 20 tonnes, d'une portée de 3500 kilomètres et pouvant emporter une charge militaire d'une tonne, actuellement en développement, et pour la tête de série, de douze missiles mer-sol K-15 Sagarika, un engin de 10 tonnes, long de 10 mètres et présentant un diamètre de 1 mètre, capable d'emporter une charge conventionnelle de 500 kilos ou une tête nucléaire, de 750 km de portée, dont le premier tir a eu lieu sous l'égide de la DRDO le 26 février 2008, à raison de trois engins par tube lance-missiles vertical[4]. Ce programme est estimé à trois milliards de dollars américain le 26 février 2008[5].

Historique[modifier | modifier le code]

Comme le note Eric Arnett, chercheur au Stockholm International Peace Research Institute, « l'histoire et l'intérêt de SNA pour la stratégie maritime indienne suggèrent que la présence des États-Unis dans l'océan Indien a été une grande motivation pour le programme de SNA. Plus tôt encore, y compris dans les années 1950, les SNA sont considérés par les planificateurs indiens comme un moyen d'établir une présence lointaine dans les eaux indonésiennes et chinoises »[6]. L'approbation de la construction d'un sous-marin nucléaire lanceur d'engins remonte à 1970, sous le gouvernement d'Indira Gandhi, et le projet est développé indigènement dès 1974, relancé en 1985, puis, avec l'assistance soviétique, à partir de 1989[7]. « La livraison de l'INS Chakra, un sous-marin nucléaire d'attaque (SNA) de classe Charlie, à l'Inde en janvier 1988 est un événement qui a attiré une attention accrue sur les programmes navals indiens. Étant donné que l'Inde opérait une flotte sous-marine depuis la fin des années 1960, cet événement a été interprété comme un changement majeur dans les capacités indiennes et comme l'évidence de l'intention de l'Inde de développer sa supériorité navale sur les pays limitrophes de l'océan Indien », constate Ian Anthony, du SIPRI[8]. « Dès début 1984, l'on rapporte des discussions avec l'Union soviétique sur la fourniture de navires plus avancés, éventuellement à propulsion nucléaire, et l'entraînement d'équipages indiens en Union soviétique. À la fin 1984, l'Union soviétique était apparemment prête à proposer à l'Inde des sous-marins d'un design nouveau en grand nombre (...), ce qui fut interprété plus tard comme de nature à permettre à l'Inde d'accéder aux sous-marins nucléaires »[8]. En 1996, le projet ATV est rapporté comme étant gelé, en raison de problèmes financiers (285,7 millions de dollars ont déjà été dépensés sur le projet et la DRDO estime qu'il nécessite 714,3 millions de plus pour être achevé d'ici 2001) et de la pression des États-Unis, de l'Union européenne et de l'ASEAN, selon le ministre des Affaires étrangères indien Pranab Mukherjee. En novembre 2005, ce dernier, s'exprimant alors en tant que ministre de la Défense devant la commission intergouvernementale russo-indienne, déclare que la partie russe lui a assuré un transfert de technologie pour la construction de l'ATV[9], ce que la Russie ne verrait pas d'un mauvais œil pour contrer l'influence chinoise[10]. Cependant, le retard dans la location du SNA Nerpa de classe Akula[11], voire le refus du leasing[12], devrait considérablement ralentir le programme ATV. L'Inde aurait sollicité l'aide de la France dans la mise en place du projet ATV, sans que cette information ait été confirmée côté français[13].

Le lancement de ce premier navire, prévu en 2008 pour fin janvier 2009[14], a finalement eu lieu le 26 juillet 2009 en présence du Premier ministre de l'Inde Manmohan Singh[15], lors du dixième anniversaire de la victoire indienne lors du conflit de Kargil[16]. Il devait subir à l'origine deux ans d'essais avant d'entrer en service actif[17] mais le délai s'est s'allongé, le temps que le réacteur atteigne sa masse critique[18]. Avec celui-ci, l'Inde devient le sixième État à construire des sous-marins à propulsion nucléaire[19].

En juillet 2013, la divergence du réacteur nucléaire de l’Arihant a lieu, et à l’issue d’une série d’essais à la base navale de Vishakhapatnam, dans le golfe du Bengale, il prend la mer pour la première fois[20].

La mise en service de l'Arihant avec douze missiles K-15 Sagarika est prévue pour 2015 quand ce missile balistique sera opérationnel. Le deuxième sous-marin de cette classe a été mis sur cale en mai 2011 pour une entrée en service actif annoncée pour 2015. Il devrait être, comme les trois suivants, armé directement de quatre K-4[21].

Navires de la classe Arihant[modifier | modifier le code]

 Nom   N° de coque   Constructeur   Lancement   Armement   Statut 
Arihant S73 Shipbuilding Centre Vishakapatnam 26 juillet 2009 2013[22] Essais en mer[23]
Arhidaman Shipbuilding Centre Vishakapatnam ~ 2012[24]. 2015 En construction
Inconnu Shipbuilding Centre Vishakapatnam ~ 2020 En construction

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « India to get nuclear powered attack submarine in 2009 », sur onlinenews.com.pk, Online News (consulté le 1er novembre 2008)
  2. (fr) Gilles Corlobé, « Le sous-marin nucléaire indien toujours entouré de secrets », sur corlobe.tk, Le portail des sous-marins,‎ 27 juillet 2009 (consulté le 28 juillet 2009)
  3. (en) Pallava Bagla, « INS Arihant is an Indian design: Anil Kakodkar », sur bbc.co.uk, NDTV,‎ 16 août 2009 (consulté le 17 août 2009)
  4. (fr) Gilles Corlobé, « L’Inde a montré qu’elle pouvait concevoir un missile balistique sous-marin », sur corlobe.tk, Le portail des sous-marins,‎ 12 mars 2008 (consulté le 1er novembre 2008)
  5. (fr) Gilles Corlobé, « L’Inde renforce son projet de sous-marins nucléaires », sur corlobe.tk, Le portail des sous-marins,‎ 21 février 2009 (consulté le 21 février 2009)
  6. (en) Adam Daniel Rotfeld (dir.) et Eric Arnett, Military technology: the case of India, SIPRI Yearbook 1994, Oxford University Press,‎ 1995 (ISBN –019–829182–5[à vérifier : isbn invalide])
  7. (en) Sandeep Unnithan, « The secret undersea weapon », sur indiatoday.digitaltoday.in, India Today,‎ 17 janvier 2008 (consulté le 1er novembre 2008)
  8. a et b (en) Adam Daniel Rotfeld (dir.) et Ian Anthony, The Arms Trade and Medium Powers: Case Studies of India and Pakistan 1947–90, SIPRI Yearbook 1991, Oxford University Press,‎ 1992 (ISBN –0–19–829159–0[à vérifier : isbn invalide])
  9. (en) Vladimir Radyuhin, « Russia to help build nuclear submarine », sur hinduonnet.com, The Hindu,‎ 17 novembre 2005 (consulté le 3 novembre 2008)
  10. Joseph Henrotin, « Coopération russo-indienne dans les armements : encore plus intensive dans l'avenir ? : Entretien avec Rustan Pukhov, directeur du Centre d'analyse sur les stratégies et les technologies (Moscou) », DSI-Technologies, no 18,‎ novembre-décembre 2008 (ISSN 1966-6306) :

    « Il me semble qu'il serait dans l'intérêt des deux pays que la Russie aide l'Inde dans la conception et la construction de sous-marins de production indienne dans le cadre du projet ATV (...). De tels transferts (de technologie) ne présentent pas de risque pour la sécurité de la Russie, en revanche ils contribueraient à la pression militaire par rapport à la Chine, ce qui, pour la Russie, n'est pas négatif »

  11. (en) « Submarine Nerpa Becomes Indian », sur vostokmedia.com, Vostok News,‎ 5 décembre 2008 (consulté le 5 décembre 2008)
  12. (fr) « Nerpa: adoption par l'armée russe suite aux essais », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 18 novembre 2008 (consulté le 18 novembre 2008)
  13. (en) Siddharth Srivastava, « India's nuclear submarine plan surfaces », sur atimes.com, Asia Times Online,‎ 20 février 2009 (consulté le 21 février 2009)
  14. Gilles Corlobé, « Le sous-marin nucléaire indien probablement lancé à la mi-2009 », sur corlobe.tk, Le portail des sous-marins,‎ 16 février 2009 (consulté le 17 février 2009)
  15. (en) « PM to launch indigenous nuke submarine by month-end », sur indiatimes.com, Indo-Asian News Service,‎ 26 juillet 2009 (consulté le 26 juillet 2009)
  16. Jean-Jacques Mercier, « L'ATV Arihant : Les premiers pas de Delhi dans le domaine des SNLE », DSI-Technologies, no 19,‎ septembre-octobre 2009, p. 77 (ISSN 1966-6306)
  17. « L'Inde inaugure son premier sous-marin nucléaire « made in India » », sur google.com, AFP,‎ 26 juillet 2009 (consulté le 26 juillet 2009)
  18. (en) « Nuclear sub a long way from becoming operational: Experts », sur dnaindia.com, Press Trust of India,‎ 26 juillet 2009 (consulté le 27 juillet 2009)
  19. Jean Guisnel, « L'Inde s'apprête à lancer son premier sous-marin nucléaire d'attaque », sur lepoint.fr, Le Point,‎ 17 juillet 2009 (consulté le 26 juillet 2009)
  20. « Le premier sous-marin nucléaire de conception indienne en essais », sur Mer & Marine,‎ 28 août 2013
  21. « L'Inde se dote d'une composante sous-marine stratégique », Mer et Marine,‎ 6 mars 2012 (consulté le 6 mars 2012)
  22. SSBN Arihant to be commissioned in 2 years: Navy chief
  23. First nuke-sub undergoes trial
  24. (hi) « भारत बना रहा है दूसरी परमाणु पनडुब्बी INS अरिदमन »,‎ 23 mai 2011 (consulté le 27 août 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]