Advanced Access Content System

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Advanced Access Content System (AACS) est un standard de distribution de contenu et de gestion numérique des droits, prévu pour permettre de restreindre la lecture et la copie de la nouvelle génération de disques optiques et DVD.

Introduction[modifier | modifier le code]

L'AACS est développé par un groupe comprenant Disney, Intel, Microsoft, Matsushita (Panasonic), Warner Brothers, IBM, Toshiba et Sony. La spécification a été rendue publique en avril 2005 et le standard a été adopté comme moyen de restriction d'accès aux HD DVD et disques Blu-ray.

Vue d'ensemble[modifier | modifier le code]

L'AACS utilise la cryptographie pour contrôler l'utilisation du média numérique. Le contenu protégé par AACS est chiffré par une ou plusieurs « clés titre » (title keys) en utilisant l'Advanced Encryption Standard (AES). Les clés titre sont dérivées d'une combinaison de « Clés média » (media key) et plusieurs éléments, comme l'identifiant de volume (volume ID) du média (par exemple, un numéro de série physique écrit sur le DVD, et une fonction de chiffrement.

L'originalité de AACS a été d'employer une nouvelle technique de cryptographie appelée Broadcast Encryption. Ainsi les clés titres sont stockés dans le «Media Key Block» (MKB). Une autorité centrale livre un jeu de clés pour chaque lecteur. L’émetteur définit la liste des appareils pouvant accéder au contenu. Le broadcast encryption crée le MKB. Un lecteur appartenant à la liste trouvera les clés titre en appliquant un calcul mathématique avec son jeu de clés et la MKB. Les lecteurs n’appartenant pas à la liste ne trouveront pas ces clés de titre en appliquant le même calcul mathématique. Par cette méthode, la gestion de clé fait à la fois la protection des clés titre et la révocation. En d’autres termes, le contenu définit l’ensemble des appareils qui pourront l’accéder. Le broadcast encryption évite ainsi l’envoi d’une liste de révocation.

Critiques[modifier | modifier le code]

Richard Stallman, président de la Free Software Foundation, appelle au boycott des Blu-rays tant que l’AACS n’aura pas été cassé [1]. En effet, les systèmes de gestion des droits numériques restreignent de manière importante l’usage légal des disques achetés.

Controverses[modifier | modifier le code]

Voir aussi Controvers de la clé de chiffrement AACS (en)

En avril 2007, la clé de chiffrement (09 F9 11 02 9D 74 E3 5B D8 41 56 C5 63 56 88 C0) se répand à travers la communauté Digg. Appréhendant de possibles poursuites judiciaires, les modérateurs de Digg décident de supprimer tout message contenant ce code de protection au fur et à mesure de leur publication. Les utilisateurs, s'aperçevant de la censure de ces messages, diffusent d'autant plus la clé par effet Streisand. Le 1er mai, la pression des utilisateurs face aux modérateurs pousse Kevin Rose, fondateur de Digg, à se ranger du côté des utilisateurs en créant un message[2] contenant le code comme titre, message qui est maintenant le message le plus approuvé par la communauté avec plus de 30 000 votes en sa faveur.

La clé a été révoquée peu de temps après sa diffusion massive, rendant la série de chiffres et de lettres inutile face aux futurs disques HD DVD.

Quoi qu’il en soit, cette clé est maintenant massivement répandue sur Internet, à un tel point qu’en date du , une recherche Google de la série de caractères formant cette clé donne un total de 967 000 réponses. Cette histoire est maintenant populaire sur plusieurs sites Webs reliés à l’informatique, et bien que cela représente une violation des lois sur la protection de la propriété intellectuelle (loi Dadvsi en France), des journaux en ligne ont même diffusé des articles contenant cette clé[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Richard Stallman: la loi Création et Internet, exemple de menottes numériques », sur ZD net (consulté le 24 février 2010)
  2. (en) Digg the Blog » Blog Archive » Digg This: 09-f9-11-02-9d-74-e3-5b-d8-41-56-c5-63-56-88-c0

Liens externes[modifier | modifier le code]