Adrien Louis de Bonnières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnières.
Adrien Louis de Bonnières
Mr le comte de Guisnes, Carmontelle, vers 1760, musée Condé[1]
Mr le comte de Guisnes, Carmontelle, vers 1760, musée Condé[1]

Titre Duc de Guines
(17761806)
Autre titre Comte de Souastre
Grade militaire Lieutenant général
Commandement Grenadiers de France
Régiment de Navarre
Gouvernement militaire Gouverneur de l'Artois
Distinctions Ordre du Saint-Esprit
Ordre de Saint-Louis
Autres fonctions Ambassadeur
Biographie
Naissance 13 avril 1735
Lille
Décès 21 décembre 1806 (à 71 ans)
Père Guy Louis de Bonnières (1703-1763), comte de Souastre
Mère Adrienne Louise Isabelle de Melun
Conjoint Caroline Françoise Philippine de Montmorency-Logny
Enfants Marie Louise Philippine († 1796)
Marie Louise Charlotte († 1792)

Orn ext Duc OSE.svg
Blason de la Maison de Guines.svg

Adrien Louis de Bonnières, comte de Souastre puis duc de Guines, né à Lille le 13 avril 1735[2], mort le 21 décembre 1806[2], est un militaire et diplomate français du XVIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une brève carrière militaire (il fut colonel des grenadiers de France[2] puis commanda le régiment de Navarre en 1761) qui le conduit, en 1762, jusqu'au grade de brigadier des armées du Roi[2], Adrien Louis de Bonnières entre dans la diplomatie. Protégé par la Reine, les Choiseul et les Noailles, ami de Frédéric II de Prusse, qui lui avait rendu visite en 1766, il est nommé ambassadeur à Berlin en 1768. Mais à peine est-il arrivé qu'il tombe en disgrâce si bien qu'il faut le rappeler en novembre 1769. Promu maréchal de camp en 1770[2], il est nommé ambassadeur à Londres en 1770. Il reste à ce poste jusqu'en 1776[3]. Il y reçoit le surnom de « Guines le magnifique » en opposition à « Châtelet le chicaneur », « Guerchy le contrebandier » et « Durand le négociateur »[4].

Courtisan accompli, il chante et joue fort bien de la flûte : pour lui, et pour sa fille, harpiste, Mozart composera en 1778 le concerto pour flûte, harpe et orchestre (KV299). Ses aptitudes en Cour lui valent de nombreux succès : « C’était une très vivante gazette animée », selon Mr. de Genlis en séjour avec lui chez le prince de Conti en 1766 « […] toute sa réputation tient à une façon d’espionnage de toutes les petites choses ridicule et de mauvais ton qu’il conte avec en peu de mots d’une manière plaisante. »[5]. Lors de son ambassade à Londres, éclate le scandale ou « affaire de Guines ». Le 20 avril 1771, le comte demande au ministre qu'on poursuive son secrétaire, Barthélemy Tort de La Sonde qu'il accuse d'avoir utilisé son nom pour spéculer sur les fonds publics et escroquer plusieurs banquiers parisiens. Tort est arrêté et, pour se défendre, accuse l'ambassadeur : il affirme avoir agi pour son compte et sur ses instructions. Le duc d'Aiguillon, nommé Secrétaire d'État des Affaires étrangères le 6 juin 1771, prend le parti de Tort, tandis que Marie-Antoinette soutient de Guines. Ce dernier est finalement disculpé par une commission spéciale de conseillers d'État, nommée par le Roi, mais seulement par sept voix contre six. L'affaire devait laisser des traces : elle fut l'une des raisons du renvoi de d'Aiguillon et de la vindicte de Marie-Antoinette à son égard. Le Roi et la Reine continuent de marquer à de Guines la plus grande faveur : à son retour de Londres, il est fait duc de Guines (brevet de 1776[2]). Une de ses filles, Marie Louise Philippine († 1796), épouse, en 1778, Charles de La Croix de Castries. Lorsque ce dernier est fait duc de Castries à brevet en 1784, il obtient du roi la promesse de réversion du duché de Guines, promesse qui ne pourra se réaliser, puisque le duc de Guines mourra sous l'Empire. À Paris, le duc de Guines loue au marquis de Castries, père de son gendre, à partir de 1778, le petit hôtel de Castries, qui se trouvait à l'emplacement de l'actuel n° 76 rue de Varenne (V. Hôtel de Castries). Guines est fait chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit le 1er janvier 1784. Il est nommé au deuxième bureau de l'Assemblée des notables. Il est fait lieutenant général et le maréchal de Ségur le nomme au conseil de la guerre (1787). Il est nommé gouverneur de l'Artois en 1788.

Il se lance alors dans une expérience de société minière.

Émigré en Angleterre sous la Révolution, il revient en France sous le Consulat. Il y meurt en 1806.

Adrien Louis de Bonnières avait une seconde fille, Marie Louise Charlotte[6] († 2 avril 1792), chanoinesse-comtesse de Remiremont, mariée en 1782 avec Charles Philibert Gabriel Le Clerc de Juigné (1762-1819).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Le duc de Guînes « portait » Vairé d'or et d'azur.[2],[7]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no 00000107229 », base Joconde, ministère français de la Culture
  2. a, b, c, d, e, f et g Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or,‎ 1996, 204 p. (ISBN 2-86377-140-X)
  3. Il occupa son poste du 27 novembre 1770 au 26 août 1771, puis du 13 janvier 1772 au 31 juillet 1773, et enfin du 10 juillet 1775 au 26 février 1776.
  4. P. Vauchez, op. cit., p. 44
  5. J. Borman, op. cit. p.41
  6. « Le Clerc, marquis De Juigné, (Charles-Philibert-Gabriel) », dans Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France : des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume et des maisons princières de l'Europe, précédée de la généalogie de la maison de France, vol. VI [détail de l’édition] (lire en ligne), p. 177-178
  7. Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe : précédé d'un dictionnaire des termes du blason, G.B. van Goor,‎ 1861, 1171 p. (lire en ligne), et ses Compléments sur www.euraldic.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Bormans, « Un ambassadeur homme de Cour sous Louis XV : le duc de Guines », Revue d’Histoire diplomatique, 1924, pp. 39-­60.
  • Christophe Dehaudt, Le duc de Guines (1735–1806) Un courtisan entre service du roi et affaires au temps des Lumières, Thèse pour l’obtention du grade de docteur de l’Université de Paris IV-Sorbonne sous la direction du Professeur Lucien Bély, Bibliothèque des thèses, 1998. Ouvrage édité par l'ANRT - ISBN 978-2-7295-7288-4
  • Christophe Dehaudt, "Autour du mariage de Figaro: Le duc de Guines et le comte Almaviva", Revue d'Histoire diplomatique, Novembre 1999, p. 319-342.
  • Christophe Dehaudt, "La Société minière du duc de Guines: un exemple de société par actions dans le Nord de la France à la fin du XVIIIe siècle", Revue du Nord, tome 82, n° 337, octobre-décembre 2000, p. 739-761.
  • Paul et Pierrette Girault de Coursac, Marie-Antoinette et le scandale de Guines, Gallimard, 1962.
  • Jean Marcadé, L’ambassade à Londres du comte de Guines, Université de Paris-Sorbonne, Mémoire de DES, 1955.
  • Sarah Maza, Vie privées, affaires publiques. Les causes célèbres de la France prérévolutionnaire, Paris, Fayard, 1997, (pp. 143 – 153)
  • Paul Vauchez, Recueil des instructions aux ambassadeurs et ministres de France depuis le traité de Westphalie jusqu’à la Révolution française, t. III (Angleterre), Paris, CNRS, 1965, 583 p. (p. 459 – 479)
  • Jean de Viguerie, Histoire et dictionnaire du temps des Lumières, Paris, Robert Laffont, coll. Bouquins, 2003 – ISBN 978-2-221-04810-8