Adrian I von Bubenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Adrian Ier von Bubenberg (v. 1434–1479), membre d'une noble famille de la région de Berne, en Suisse. Héros de la bataille de Morat.

Fils de Heinrich IV von Bubenberg, avoyer de Berne et seigneur de Spiez.

Mariages[modifier | modifier le code]

Origines des von Bubenberg[modifier | modifier le code]

La famille von Bubenberg est liée aux premiers siècles de l'histoire bernoise, il est fait état dans les sources historiques de l'existence de la famille en 1230 déjà. Certaines sources les font descendre d'une branche de la famille des seigneurs de Jegenstorf.

Jean II von Bubenberg acheta en 1338 le château de Spiez aux seigneurs de Strattligen ainsi que la juridiction sur la ville et ses environs. Le château et sa seigneurie furent ensuite revendus pour cause de dettes à la famille von Diesbach en 1506 par Adrian II von Bubenberg.

Adrian I von Bubenberg fut armé chevalier du Saint-Sépulcre en 1466 à l'occasion d'un pèlerinage à Jérusalem. Il fit partie du Grand Conseil de la ville de Berne à partir de 1451 et fut suppléant du bailli de 1454 à 1455. Après la mort de son père, Adrian I von Bubenberg devint en 1465 membre du Petit Conseil de la ville.

Les guerres de Bourgogne[modifier | modifier le code]

Adrian von Bubenberg entre dans Morat
Vitrail des von Bubenberg

Lors des contacts diplomatiques précédant les Guerres de Bourgogne et sous l'impulsion de Nicolas de Diesbach, la majorité du Conseil bernois conclut avec le roi de France, Louis XI, une alliance agressive contre la Bourgogne. Adrian I von Bubenberg s'opposa farouchement à cette alliance, vraisemblablement à cause de ses attaches avec le duc de Bourgogne (il avait fait ses premières armes de chevalier dans le duché et était devenu ami du duc) et il fut pour cela exclu du Petit Conseil bernois avec interdiction d'exercer une quelconque activité politique.

Il fut néanmoins chargé de défendre la ville de Morat, menacée par les troupes du duc de Bourgogne, Charles le Téméraire, qui voulait se venger de la défaite subie à Grandson. Morat résista douze jour au siège, jusqu'à l'arrivée des troupes de secours. Les troupes suisses ayant balayé l'armée bourguignonne à la Bataille de Morat, la ville fut délivrée du siège.

Fin de la dynastie[modifier | modifier le code]

En raison de profonds changements économiques et sociaux pendant le XVe siècle, mais aussi du train de vie dispendieux au service de la ville, la famille von Bubenberg dut faire face à de grosses difficultés économiques et elle dut aliéner une partie de ses biens.

Adrian I von Bubenberg fut même poursuivi pour dettes après sa mort et excommunié comme tel par le pape Sixte IV. Il aurait dû être exhumé et jeté dans le coin des débiteurs, mais en raison des services rendus, de sa loyauté envers la ville de Berne et de sa réputation, le Conseil bernois refusa de suivre la volonté du pape et Adrian I von Bubenberg resta enseveli dans le chœur de la cathédrale de Berne.

Plusieurs héritiers répudièrent la succession de son fils, Adrian II von Bubenberg, dernier représentant légitime de la famille. En passant par Ludwig de Diesbach, une bonne partie de l'héritage finit par échoir à la famille des von Erlach en 1516.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :