Adriaan van Dis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Adriaan van Dis

Adriaan van Dis, né en 1946 à Bergen (Pays-Bas), est un écrivain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1946 à Bergen, au nord d’Amsterdam, Adriaan van Dis a grandi dans une famille métissée rapatriée d’Indonésie. Son père, sous-officier de l’armée coloniale, invalide de guerre vivant dans ses souvenirs, a durablement marqué sa sensibilité.

Après des études de néerlandais à Amsterdam et (ce qui est plus rare) d’afrikaans dans la région du Cap en Afrique du Sud, Adriaan van Dis a opté pour l’écriture après un détour par le militantisme anti-apartheid et le journalisme littéraire.

Grand connaisseur de l’Afrique, sincèrement engagé en faveur du Sud, il se fait d’abord connaître comme auteur de voyage (Sur la route de la soie ; La Terre promise ; En Afrique). Son œuvre se développe ensuite en une majestueuse série d’autofictions où il dénoue les fils d’une identité multiculturelle, à travers une écriture raffinée : Les dunes coloniales, qui a reçu deux prix littéraires importants, Dubbelliefde (Amour double), Familieziek (Fichue famille) et De wandelaar (Le promeneur).

Traductions françaises[modifier | modifier le code]

  • Sur la route de la soie, traduit par Marie Hooghe, éd. Actes Sud, 1990.
  • La Terre promise, traduit par Georges-Marie Lory, éd. Actes Sud, 1993.
  • En Afrique, traduit par Nadine Sabile, éd. Actes Sud, 1993.
  • Les Dunes coloniales, traduit par Marie-Claire Cécilia, éd. Actes Sud, 1999.
  • Années tropicales, traduit par Mike Sens, International Theatre & Film Books, 2000.
  • Vin de palme, traduit par Anne-Marie de Both-Diez, éd. Gallimard, 2000.
  • Fichue famille, traduit par Daniel Cunin, éd. Gallimard, 2003.
  • Le Promeneur, traduit par Daniel Cunin, éd. Gallimard, 2008
  • Tête à crack, traduit par Daniel Cunin, éd. Actes Sud, 2014.