Edremit (Balıkesir)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Adramyttion)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Edremit.
Edremit
Adramyttion
Administration
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Région Région de Marmara
Province Balıkesir
District Edremit
Indicatif téléphonique international +(90)
Plaque minéralogique 10
Démographie
Population 50 464 hab. (2009)
Géographie
Coordonnées 39° 35′ 46″ N 27° 01′ 28″ E / 39.5961111, 27.024444439° 35′ 46″ Nord 27° 01′ 28″ Est / 39.5961111, 27.0244444  
Altitude 30 m
Localisation
Districts de la province de Balıkesir
Districts de la province de Balıkesir

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte administrative de Turquie
City locator 14.svg
Edremit

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte topographique de Turquie
City locator 14.svg
Edremit
Liens
Site de la mairie http://www.edremit.bel.tr
Site du district http://www.balikesir-edremit.gov.tr
Site de la province http://www.balikesir.gov.tr
Sources
« Index Mundi/Turquie »

Edremit est un chef lieu de district de la province de Balıkesir en Turquie dans la région de la mer de Marmara. Il y a une ville homonyme dans la province de Van.

Géographie[modifier | modifier le code]

Edremit est la ville éponyme du golfe d'Edremit fermé par l'île grecque de Lesbos. Le district a une étendue de 708 km2 pour une densité de 153 hab./km2.

Année 1990[1] 1997 2000[1] 2007 2009
Ville 35 486 52 337 39 202 47 383 50 464
District 63 430 93 351 107 700

Le district vit surtout du tourisme et de la culture des oliviers.

Histoire[modifier | modifier le code]

Edremit s'est appelée Adramyttion (en grec ancien ᾽Αδραμύττιον). Thèbe sous le Placos et Lyrnessos, villes toute proche d'Adramyttion, dans le gofle d'Adramyttion en Cilicie de Troade, remontent aux temps homériques, et se retrouvent dans le Catalogue des vaisseaux au chant II de l’Iliade[2] notamment, comme faisant partie des villes possédées par le roi Éétion. La constitution d'Adramyttion fait partie de celles retenues par Aristote dans sa collection.

D'après Étienne de Byzance, la ville est une fondation d'Adramys, fils du roi Alyatte II et frère du roi lydien Crésus. Les habitants de Délos, chassés par les Athéniens en 422 av. J.-C. y sont établis avec l'autorisation du satrape de Dascylion. En 411 av. J.-C., la population grecque en est massacrée par les Perses d'Arsakès, un subalterne du satrape Tissapherne. Dans les Actes des apôtres, Paul de Tarse s'embarque pour être jugé à Rome sur un navire venant Adramyttion[3]. Adramyttion est un évêché suffragant d'Éphèse, l'évêque étant attesté depuis le concile de 431.

C'est une base navale importante du thème des Thracésiens au VIIIe siècle, et la ville originelle de Théodose III, un collecteur d'impôt qui y est proclamé empereur en 714 par la flotte révoltée de l'Opsikion.

Au Xe siècle, c'est une garnison du thème de Samos, le siège d'une tourma.

Vers 1090, la ville est totalement détruite par le pirate turc Zachas. En 1109, Eumathios Philokalès la reconstruit et la ville redevient une base militaire importante, utilisée notamment par Manuel Comnène. Elle est capitale d'un thème propre en 1185.

Les Gênois pillent la ville en 1197 et elle tombe aux mains des Latins en 1205 puis en 1213-1214. Les Turcs la conquièrent avant 1334.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Alexander Kazhdan (dir.), The Oxford Dictionary of Byzantium, Oxford University Press,‎ 1991, 3 vols. (ISBN 0195046528) vol. 1, 227, s. v. Atramyttion.