AdopteUnMec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir AUM.
Logo de AdopteUnMec
Logo de AdopteUnMec

URL www.adopteunmec.com
Slogan Hommes-objets à câliner
Commercial Oui
Type de site Site de rencontres
Langue(s) Français
Inscription Oui
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Créé par Manuel Conejo et Florent Steiner
Lancement 2008
État actuel En activité

AdopteUnMec, abrégé AUM, est un site de rencontre en ligne français fondé par Florent Steiner et Manuel Conejo[1] et lancé fin 2007[2]. Reprenant sur un ton revendiqué humoristique les codes du commerce électronique, la plateforme a été conçue comme un grand "supermarché" des rencontres en ligne[3] dont les femmes sont les "clientes" et où les hommes sont assimilés à des "produits" à "mettre en panier". Plus généralement, le champ lexical utilisé est celui du e-commerce[4] : on y annonce des livraisons rapides, des promotions sur les ninjas, des déstockages de roux ou encore des arrivages massifs de geeks. Le site a réussi à s’imposer comme un acteur clé du marché de la rencontre chez les 18-30 ans [5].

Historique[modifier | modifier le code]

  • Décembre 2007 : lancement du site AdopteUnMec.com[3].
  • Juillet 2008 : le site compte 250 000 abonnés[6].
  • Décembre 2010 : Lancement de l’application AdopteUnMec sur les systèmes d’exploitations iOS et Android,
  • Février 2012 : AdopteUnMec dévoile le LAB, un blog dédié à sa communauté féminine[7].
  • Septembre 2012 : ouverture d'une boutique éphémère à la Crèmerie de Paris dans le 1er arrondissement[8].
  • Décembre 2012 : AdopteUnMec est élu Meilleur Site de l’Année 2012 dans la catégorie Rencontre[9].
  • Avril 2013 : le concept s’exporte à l’international[10].
  • Décembre 2013 : AdopteUnMec est élu Site Le Plus Populaire dans la catégorie Rencontre[9].
  • Février 2014 : dans une vitrine du BHV / Marais L'Homme, la marque dévoile "La Fabrique d'AdopteUnMec"[11].
  • Mai 2014 : Lancement de l'application sur Windows Phone.
  • Juillet 2014 : AdopteUnMec reçoit le Prix du Jury lors du Grand Prix des Entreprises de Croissance[12].

Concept[modifier | modifier le code]

Le site s’appuie sur le concept : l’accès est gratuit pour les femmes, payant pour les hommes. Cette stratégie a permis au site d’atteindre une parité égale[13] parmi ses membres.

Les hommes appelés « produits » souhaitant utiliser le service s'inscrivent sur le site pour pouvoir consulter les profils de femmes inscrites, appelées clientes. Ils peuvent ensuite essayer d'entrer en contact avec les femmes de leur choix, à l'aide d'un « charme », une fonctionnalité payante qui envoie une notification à l’utilisatrice. Les femmes ont alors la possibilité d’accepter ou de refuser les charmes reçus, donnant ainsi la parole ou non aux hommes. Elles peuvent par la suite « adopter » les produits disponibles en les mettant dans leur panier, mais aussi ajouter les autres utilisatrices du site comme amies afin de discuter entre elles, de s’échanger des conseils etc[3].

Communication[modifier | modifier le code]

Abribus avec une publicité Adopteunmec à Sèvres

Campagnes TV[modifier | modifier le code]

En 2012, AdopteUnMec dévoile plusieurs spots TV, présentant chacun un « produit » et ses différentes caractéristiques. On retrouve Lucienne Moreau, ancienne reporter du Petit Journal de Canal+. « L’idée était d’allier une réalisation très haute gamme, à l’image des publicités de cosmétiques, à un ton très décalé qui correspond à l’état et à l’ouverture d’esprit d’AdopteUnMec » explique Thomas Pawlowski, directeur de la communication chez AdopteUnMec.com[14].

De nouveaux « produits » AdopteUnMec font leur apparition à la TV en 2013, et sont accompagnés cette fois-ci de bébés animaux. Sont diffusés en tout sept spots. C’est le potentiel câlin et douceur des produits AdopteUnMec qui est mis en avant[15].

Dans sa campagne publicitaire TV de 2014, AdopteUnMec change de registre: «les produits évoluent désormais « avec volupté dans un monde classieux, mis en exergue par la technique du slow motion »[16]. Ce scénario est décliné en 14 versions. Depuis juillet 2014, seules six version ont été diffusées. Les produits présentés, devenus égéries de la marque, font partie des membres du site et ont été élus par la communauté féminine d'AdopteUnMec lors d'un casting en ligne avril 2014[11].

La boutique éphémère[modifier | modifier le code]

Le 11 septembre 2012, le site ouvre une boutique éphémère à la Crèmerie de Paris[17] dans le 1er arrondissement[18], un centre d'exposition situé dans une crèmerie historique de l'époque des Halles de Paris. L'exposition, qui a duré quatre jours au total, a suscité un large intérêt de la part des médias français[19] et internationaux[20],[21] et a généré plus de mille trois cents retombées presse dans cinquante pays différents[réf. souhaitée]. La rue des Déchargeurs (angle 15 rue des Halles) a été pendant quelques jours rebaptisée « rue du Bonheur »[22]. On pouvait y voir de vrais hommes, initialement utilisateurs du site, poser dans des cartons géants dans le style des poupées Barbie. La campagne a été primée au Grand Prix Stratégies de la communication événementielle en 2012[23].

Le TOP 100 des mecs à Adopter[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?

Lancé pour la 1re fois début 2012 en partenariat avec le site web Madmoizelle.com, le TOP 100 des mecs à Adopter présente des personnalités regroupées par catégories : sportifs, chanteurs et musiciens, acteurs & humoristes, journalistes & blogueurs, hommes politiques et chefs d’entreprise. À raison d’un sondage par catégorie et par semaine, les internautes sont invités à voter sur le LAB[24] d’AdopteUnMec et sur Madmoizelle.com[25]. L'édition 2014 a généré au total plus de 113000 votes et 21000 partages[25] sur les réseaux sociaux.

Les gagnants des dernières années sont Guillaume Canet en 2012[26], Marc Daumail en 2013[27], et Maxime Musqua en 2014[28].

La Fabrique à Mecs[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?

Courant février 2014, dans une vitrine du Bazar de l'Hôtel de Ville, AdopteUnMec pousse le concept de l'homme-objet en dévoilant au grand public la fabrication secrète de ses produits. Le processus de fabrication est théâtralisé via plusieurs étapes animées: « les mannequins mis à nu parcourent différents univers, de l'ère industrielle de Gustave Eiffel au pays enchanté des contes de fées, en passant par le laboratoire d'un savant fou. Une fois habillés de la tête aux pieds, ils finissent par être empaquetés : prêts à être mis en panier ! »[29].

Évolution du chiffre d’affaires[modifier | modifier le code]

De 2010 – 2011, le chiffre d'affaires de l'entreprise est évalué à 2,8 millions d'euros[13]. Il passe à 9,4 millions d'euros sur l'exercice 2011 – 2012[23], puis à 16,1 millions d'euros sur l'exercice 2012 – 2013[14]. Selon L’Expansion, l’application mobile AdopteUnMec est, en dehors des jeux, celle qui a généré le plus de revenus en France en 2013[30].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « L’opération séduction d’AdopteUnMec.com », sur 'Capital',‎ 23 novembre 2012
  2. Chloé Aeberhardt, « Adopte deux mecs ! », sur 'Libération',‎ 22 mars 2010
  3. a, b et c « Au supermarché des rencontres, les femmes font de bonnes affaires », sur '20 Minutes',‎ 6 décembre 2011
  4. « AdopteUnMec est un vrai bon succès », sur 'Web-tech.fr',‎ 23 mai 2013
  5. « Où draguer sur internet ? Notre test », sur 'TF1',‎ 14 février 2011
  6. « Sur AdopteUnMec.com, ce sont les filles qui invitent les garçons », sur 'Le Nouvel Obs',‎ 27 juillet 2008
  7. « AdopteUnMec et Madmoiselle Connasse lancent leur LAB »,‎ 6 février 2012
  8. « AdopteUnMec.com s'offre une boutique à Paris », sur http://www.lefigaro.fr/, Le Figaro,‎ 10 septembre 2012 (consulté le 10 septembre 2012)
  9. a et b « Gagnants du Site de l’Année ! »
  10. « AdopteUnMec : des rencontres à 16 millions de chiffre d’affaires », sur 'BFM TV',‎ 24 mai 2013
  11. a et b « AdopteUnMec au BHV », sur 'CB News',‎ 10 février 2014
  12. « Kiloutou, Adopteunmec.com: ces entreprises françaises qui dopent la croissance du pays », sur 'Challenges',‎ 7 juillet 2014
  13. a et b « AdopteUnMec ouvrira une boutique itinérante à Paris le 11 septembre », sur 'Journal du Net',‎ 6 septembre 2012
  14. a et b « Quand AdopteUnMec parodie la pub L'Oréal »
  15. « Adopte Un Mec aime les bêtes », sur 'Stratégies',‎ 13 juin 2013
  16. « 14 nouveaux spots pour AdopteUnMec »,‎ 11 juillet 2014
  17. Centre d'exposition Crèmerie de Paris, hôte de la Boutique AdopteUnMec
  18. « AdopteUnMec.com s'offre une boutique à Paris », sur Le Figaro,‎ 10 septembre 2012 (consulté le 10 septembre 2012)
  19. « AdopteUnMec.com ouvre une boutique à Paris », sur TF1,‎ 11 septembre 2012 (consulté le 21 juillet 2014)
  20. (en) « Shopping for Mr Right in Paris at the 'adopt-a-guy' boutique », sur BBC World News,‎ 13 septembre 2012 (consulté le 21 juillet 2014)
  21. (en) « Online dating agency AdopteUnMec launches a travelling show with eligible men on display in shop windows », sur Herald Sun,‎ 12 septembre 2012 (consulté le 21 juillet 2014)
  22. « REPORTAGE. PHOTOS. Adopte Un Mec: nous avons adopté "L'Aventurier", on vous raconte tout »,‎ 15 septembre 2012
  23. a et b « Quand le virtuel ouvre boutique », sur 'Stratégies',‎ 5 décembre 2012
  24. Le LAB d'AdopteUnMec
  25. a et b « Les 100 mecs à adopter - Le classement final »,‎ 25 avril 2012
  26. « Top 100 des mecs d’Adopte : Yann Barthès et M.Pokora taquinent Guillaume Canet »,‎ 25 avril 2012
  27. « Ces hommes qui font craquer les filles », sur 'Le Parisien',‎ 15 février 2013
  28. « Maxime Musqua domine le Top 100 des mes à Adopter 2014 », sur 'Grazia',‎ 9 avril 2014
  29. « AdopteUnMec.com s’empare des vitrines du BHV Marais »,‎ 11 février 2014
  30. « AdopteUnMec et les applis de rencontres ont cartonné en France en 2013 », sur 'L’Expansion',‎ 31 janvier 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Alexandre des Isnards et Thomas Zuber, Facebook m'a tuer, Paris, NiL,‎ 2011, 284 p. (ISBN 978-2-84111-445-0).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]