Adolphe-Victor Geoffroy-Dechaume

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Adolphe-Victor Geoffroy-Dechaume, dit Victor, né à Paris le 25 septembre 1816 et mort à Valmondois en 1892, est un sculpteur et orfèvre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans sa jeunesse Geoffroy-Dechaume, suivit les cours de l’école gratuite de dessin avant d’entrer à l’École des Beaux-Arts de Paris en 1831.

Le Beau-Dieu de Notre-Dame de Paris (au trumeau du grand portail du Jugement Dernier) est certainement l’œuvre la plus connue d’Adolphe-Victor Geoffroy-Dechaume.
Buste du peintre Honoré Daumier - (Grand place de Valmondois)

Il fut l’élève de David d'Angers et de James Pradier. Il se consacra d’abord aux objets d’art, jusqu’en 1848, avant de s’orienter vers l’art médiéval. Il collabora à la restauration de monuments gothiques, notamment la cathédrale Notre-Dame de Laon (sous la direction de l’architecte Émile Boeswillwald), la cathédrale Notre-Dame de Bayeux, avec Victor Ruprich-Robert, et enfin la Sainte-Chapelle et la cathédrale Notre-Dame de Paris, sous la direction des architectes-restaurateurs Jean-Baptiste Lassus et Eugène Viollet-le-Duc. En 1885, Geoffroy-Dechaume fut nommé directeur du Musée de sculpture comparée qui correspond à l’actuel Musée des monuments français. Il demeura au 13, quai d'Anjou, locataire de Madame de Borneville, ainsi que Daubigny, Alfred Gérente, et Prévost[Lequel ?], à deux maisons de Daumier

Œuvres[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

  • On lui doit les douze statues en pierre des Apôtres de la Sainte-Chapelle.
  • Douze statues en cuivre de ces douze apôtres, qui se dressent sur le toit de Notre-Dame de Paris, entourant la base de la flèche de la cathédrale.
  • Il réalisa, sur dessin d’Eugène Viollet-le-Duc, la statue du Beau-Dieu qui occupe le trumeau du portail central de la grande façade de Notre-Dame de Paris (portail du Jugement Dernier).
  • Toujours à Notre-Dame, il est aussi l’auteur du monument de l’archevêque Hyacinthe-Louis de Quélen, ainsi que du tombeau du cardinal de Noailles.
  • Il participa en outre à la décoration de la basilique Sainte-Clotilde
  • Également, la décoration de l’église Saint-Bernard-de-la-Chapelle (1860)
  • Bas-relief ornant le tympan central de l'ancienne église abbatiale de la Trinité de Caen (vers 1862).

Geoffroy-Dechaume reçut aussi commande de nombreuses statues et monuments officiels :

Œuvres d’orfèvrerie[modifier | modifier le code]

  • Au Louvre : le récipient appelé Coupe des Vendanges, créé en 1844. La coupe est faite d’agate, d’argent émaillé et doré, ainsi que de perles.
  • À Notre-Dame de Paris : collaboration à la création de la nouvelle châsse- reliquaire pour la Couronne d’Épines en 1862 (œuvre de Placide Poussielgue-Rusand. Geoffroy-Dechaume a collaboré à sa réalisation pour la sculpture des figures). Le reliquaire est fait de bronze et d’argent dorés, de diamants et de pierres précieuses

Exposition[modifier | modifier le code]

"Dans l'intimité de l'atelier Geoffroy-Dechaume(1816-1892, sculpteur romantique" à la Cité de l'architecture & du patrimoine du 24 avril au 22 juillet 2013.

Cette exposition propose une immersion dans l’atelier d’un sculpteur au XIXe siècle afin de montrer le processus créatif d'un artiste inventif et fécond : Adolphe Victor Geoffroy-Dechaume.

Particulièrement doué pour la conception de modèles d'orfèvrerie (il est le créateur de chefs-d’œuvre présentés au musée du Louvre) il participe aussi comme sculpteur à des chantiers de restauration d’édifices majeurs (la Sainte Chapelle, Notre-Dame-de-Paris, la cathédrale de Chartres) aux côtés d’architectes emblématiques tels que Viollet-le-Duc ou Lassus. Par la diversité et la qualité des objets présentés, cette exposition révèle les différentes étapes de la création au travers de croquis, dessins, photographies, estampes, cires, moules, plâtres originaux, moulages sur nature, objets révélateurs des pensées premières de l’artiste. Ces traces émouvantes, laissées derrière lui dans le secret de l’atelier, témoignent du travail d’un artiste dont la finesse et l’inventivité n’ont d’égale que sa capacité érudite à restaurer la sculpture monumentale.

En savoir plus : http://www.citechaillot.fr/fr/expositions/expositions_temporaires/24944-dans_lintimite_de_latelier_geoffroy-dechaume_1816-1892_sculpteur_romantique.html

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir