Adolphe Ferrière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ferrière.

Adolphe Ferrière

Description de cette image, également commentée ci-après

Adolphe Emmanuel Ferrière vers 1930

Biographie
Naissance 30 août 1879
Genève
Décès 16 juin 1960
Genève
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Thématique
Formation sociologie
Titres 1908_Dr en sociologie,
1957_Dr honoris causa de lettres
Travaux Pédagogie active/Éducation nouvelle
Auteurs associés
Partisans
(A influencé)
oui à renseigner
Détracteurs
(Critiques)
Alexandre Renard

Adolphe Ferrière (né le 30 août 1879 à Genève, mort le 16 juin 1960 à Genève) est un pédagogue suisse, un des fondateurs du mouvement de l'éducation nouvelle. Une maladie l'a rendu complètement sourd dès l'âge de 20 ans.

Le pédagogue[modifier | modifier le code]

Adolphe Ferrière s'intéresse très tôt aux premières écoles nouvelles anglaises d'Abbotsholme et de Bedales et visite en 1899 l'école des Roches, précurseur des méthodes actives d'enseignement.

Engagé dans l'école expérimentale de Glarisegg (de)[1] en Thurgovie (Suisse), Adolphe Ferrière doit rapidement renoncer à y enseigner en raison de sa surdité.

Dès 1918, il rédige les « 30 points qui font une école nouvelle ».

En 1921, il crée la Ligue internationale pour l'éducation nouvelle, dont il rédige la charte. Les congrès de cette ligue permettront jusqu'à la Seconde Guerre mondiale des rencontres de nombreux pédagogues, dont : Maria Montessori, Célestin Freinet, Gisèle de Failly, Roger Cousinet.

Autres intérêts[modifier | modifier le code]

Il collabore au journal humaniste et pacifiste L'Essor, dont il est rédacteur responsable entre 1919 à 1922. Il est aussi proche de la Société religieuse des Amis (quakers), dont sa sœur Maya est membre[2].

Suite à sa relation avec l'astrologue et statisticien suisse Karl Ernst Krafft, Adolphe Ferrière s'est passionné à partir de 1923 et jusqu'à la fin de sa vie pour une entreprise qui lui valut une progressive mise à l'écart : l'application de l'astrologie à sa typologie, sous le nom de « typocosmie »[H 1].

Selon Hameline, les publications de Ferrière comme « éditorialiste politique » sont aussi nombreuses que celles concernant la pédagogie. L'éducation est seulement un aspect de l'engagement de Ferrière dans la société[H 2].

Famille[modifier | modifier le code]

Adolphe Fréderic Emmanuel Ferrière est né en 1879 dans une famille genevoise de la bourgeoisie philanthropique. Il est l'aîné des quatre enfants de Frédéric Ferrière (1848-1924) et d'Adolphine Faber (de Vienne, 1853-1932). Le père est un médecin qui a été vice-président du CICR et député au Grand Conseil à Genève. Le grand-père Jean Emmanuel Ferrière était pasteur et chapelain des prisons[3].

Ses parents seront tôt en relation avec le mouvement des écoles nouvelles[H 3].

Dans sa jeunesse, Adolphe Ferrière perd progressivement ses capacités auditives et devient complètement sourd à l'âge de 20 ans[H 4].

En 1908, il rencontre Isabelle Bugnion (1885-1969), enseignante en sciences naturelles et nièce d'Auguste Forel. Ils se marient en 1910. Elle a été l'assistante de son mari et surtout elle lui a servi d'interprète à cause de sa surdité[H 5]. Ils ont un fils unique, Claude Ferrière, (1916-2002)[4].

En 1918, son chalet des Pléiades brûle, entraînant la mort de la jeune fille qui s'occupait du petit Claude. De nombreux manuscrits précieux, dont son « journal » sont détruits. Avec l'aide d'amis et de sa famille, il va rédiger un « Journal reconstitué » pour la période 1879–1918. Il continuera à tenir son « Petit journal » jusqu'à sa mort, ainsi que son « Grand journal » dès 1930[H 6].

Après avoir vécu aux Pléiades (1 365 mètres d'altitude, au-dessus du lac Léman, commune de Blonay), le couple s'établit à « La Forge » à La Sallaz (Lausanne), puis finalement à Genève[5].

Publications[modifier | modifier le code]

  • La science et la foi, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé,‎ 1912
  • La loi du progrès en biologie et en sociologie, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé,‎ 1915
  • Transformons l'école, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé,‎ 1920
    Traduit en suédois, espagnol, italien, portugais, tchèque et espéranto. Seconde édition J. Oliven, Paris, 1947
  • L'éducation dans la famille, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé,‎ 1921
    Traduit en espagnol, roumain, allemand, grec, finlandais, turc et néerlandais
  • L'autonomie des écoliers, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé,‎ 1921 (réimpr. 1950)
    Traduit en italien, espagnol et polonais
  • L'activité spontanée chez l'enfant, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé,‎ 1922
  • L'école active, Neuchâtel ; Genève etc., Forum,‎ 1922 (réimpr. 1953), 415 p.
    Traduit en roumain, espagnol, italien, allemand, serbo-croate, japonais, portugais, anglais, ourdu et hindi
    D'abord en 2 vol., puis condensé en un seul volume. 8e éd. 1972 (Delachaux et Niestlé, Neuchâtel)
    Réédition 2004 (coll. « Pédagogues du monde entier », Fabert, Paris)
  • Les types psychologiques chez l'enfant, chez l'adulte et au cours de l'éducation, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé,‎ 1922
  • La pratique de l'école active, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé,‎ 1924 (réimpr. 1929)
    Traduit en russe, portugais, italien et espagnol
  • La coéducation des sexes, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé,‎ 1926
    Repris dans Transformons l'école, 1948
  • Le progrès spirituel, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé,‎ 1927
    Traduit en espagnol, allemand et portugais
  • Bakulé et son œuvre éducatrice,‎ 1926
  • Le grand cœur maternel de Pestalozzi, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé,‎ 1928
  • L'avenir de la psychologie génétique, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé,‎ 1931
  • L'école sur mesure, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé,‎ 1931
  • Caractérologie typocosmique, Genève et Paris,‎ 1932
    En collaboration avec K. E. Krafft
  • Nos enfants et l'avenir du pays, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé,‎ 1942
  • Libération de l'homme, Genève, Éditions du Mont Blanc,‎ 1943
  • Vers une classification naturelle des types psychologiques, Nice,‎ 1943
  • Maison d'enfants de l'après-guerre, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé,‎ 1945
  • Typocosmie, t. I: L'influence des astres, Nice, Editions des cahiers astrologiques,‎ 1946
  • L'école active à travers l'Europe, Paris, Michon,‎ 1948
  • Le Dr Frédéric Ferrière : son action à la Croix-Rouge internationale en faveur des civils victimes de la guerre, Genève, Suzerenne,‎ 1948, 167 p.
  • Typocosmie, t. II: Le mystère cosmique: de la préscience par la science à la conscience, Nice, Editions des cahiers astrologiques,‎ 1949
  • Brève initiation à l'éducation nouvelle, Paris, Bourrelier,‎ 1951
  • Typocosmie, t. III: Le mystère de la personne, Turin, Rigois,‎ 1955
  • Typocosmie, t. IV: Le cosmos et l'homme, Turin, Rigois,‎ 1955

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rémy Gerber [et al.] ; sous la dir. de Daniel Hameline, Autour d'Adolphe Ferrière et de l'éducation nouvelle, Genève, Univ. de Genève Fac. de psychologie et des sciences de l'éducation, coll. « Cahiers de la Section des sciences de l'éducation. Pratiques et théorie ; no 25 »,‎ 1981 (réimpr. 1989), 105 p.
  • Daniel Hameline, « Adolphe Ferrière (1869-1870) », in Perspectives : revue trimestrielle d’éducation comparée, Unesco : Bureau international d’éducation, Paris, 1993, vol. XXIII, no 1-2, p. 379-406. [Lire en ligne]
    Image d'une plume Source utilisée pour la rédaction de l'article
  • (en) Daniel Hameline, « Adolphe Ferrière (1869-1870) », in Prospects: the quarterly review of comparative education, Unesco : International Bureau of Education, Paris, 1993, vol. XXIII, no. 1/2, p. 373–401. [Lire en ligne]
  • Noël Kimboma Biebie, Trajets et horizons de la pensée socio-politique et économique d'Adolphe Ferrière (1900-1960), Genève, s.n.,‎ 1996, 192 p.
  • Jean-Paul Sauzède, « La typocosmie d'Adolphe Ferrière : une alternative à la psychologie scientifique ? », in Innovation pédagogique : science, rhétorique, propagande, Archives Institut Jean-Jacques Rousseau, Genève, 1998, p. 111-121.
  • Karsten Kenklies, « Jena-Plan und die „Tatschule“ Adolphe Ferrières », in: Ralf Koerrenz (Hrsg.): Jena-Plan im Netzwerk internationaler Schulreform, Jena 2007, p. 97-113.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. École nouvelle fondée par Werner Zuberbühler et Wilhelm Frei, existe de 1902 à 1980. Voir « Glarisegg » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  2. Voir [PDF] History and Biography Project, 2005.
  3. Société genevoise de généalogie.
  4. Généalogie Ferrière
  5. Biographie sur ordiecole.com.
Références à la biographie de Daniel Hameline de 1993 (version française)
  1. Tipocosmie p. 14
  2. p. 2
  3. p. 2-3 ; Les écoles nouvelles à l'horizon familial p. 4
  4. p. 1
  5. note 10 p. 19
  6. note 3 p. 18 et Ouvrages... cités p. 21

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]