Adolphe Blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blanc (homonymie).

Adolphe Blanc

Nom de naissance Jean-Baptiste Adolphe Blanc
Naissance 24 juin 1828
Manosque, Royal Standard of King Louis XIV.svg Royaume de France
Décès 10 juin 1885 (à 56 ans)
Paris, Drapeau français France
Activité principale violoniste, compositeur
Activités annexes chef d'orchestre
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Jacques-Fromental Halévy
Récompenses Prix Chartier (1862)

Adolphe Blanc, né à Manosque (Alpes-de-Haute-Provence) le 24 juin 1828 et décédé à Paris le 10 juin 1885, est un violoniste et compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a fait ses études au Conservatoire de Paris, et a pris des cours privés avec Jacques-Fromental Halévy. Blanc, qui a été membre de l'orchestre de la Société des concerts du Conservatoire, « n'a cessé de se livrer activement à la composition de la musique de chambre, ce qui lui a fait décerner en 1862, par l'Académie des beaux-arts, le prix fondé par M. Chartier en faveur des artistes qui se distinguent dans ce genre de composition. Il a été un temps chef d'orchestre au Théâtre-Lyrique, pendant la première administration de M. [Léon] Carvalho [de 1855 à 1860] » [1].

« Presque toutes les œuvres de Blanc sont écrites en style ancien […]. Blanc est l’un des derniers représentants de l’école purement classique. » [2].

Adolphe Blanc est ignoré des principales encyclopédies musicologiques de référence (« Grove » [3] et « Eitner » [4].).

L’article Wikipédia en anglais ajoute, sans indiquer aucune source, que Blanc commença à étudier « le violon à l’âge de treize ans au Conservatoire de Paris. Bien qu’il ait étudié [la composition] avec Jacques Fromental Halévy et que son opéra comique Les Deux Billets ait été représenté en 1868, Blanc et sa musique raffinée se rattachent à la tradition romantique viennoise de la Hausmusik qui était secondaire dans la vie musicale parisienne essentiellement centrée sur l’opéra ; Blanc a (donc) été fort négligé ».

Quelques œuvres d'Adolphe Blanc ont été enregistrées à la fin du XXe siècle, parmi lesquelles le Septuor op. 40.

Œuvres [5][modifier | modifier le code]

  • Œuvres publiées chez l'éditeur Richault
    • Rondinello pour piano, op. 2 ;
    • Thème varié pour piano, op. 4 ;
    • 2 sonates pour piano, op. 6 et 32 ;
    • 6 pensées fugitives pour piano, op. 30 ;
    • 4 sonates pour piano & violon, op. 31, 32, 34 et 42 ;
    • 4 sonates pour piano & violoncelle, op. 12, 13 et 17 ;
    • Sonate pour piano & cor, op. 43 ;
    • 4 Grands Trios pour piano [violon ?] & violoncelle, op. 18, 20, 21 et 35 ;
    • Trio pour piano, clarinette & violoncelle, op. 23 ;
    • Trio pour piano, flûte & violoncelle, op. 14 ;
    • 4 quatuors avec piano, op. 28 (dédié à Rossini, avec une lettre de ce célèbre artiste), op. 37 bis et op. 44 ;
    • 2 quintettes pour piano, violon, alto, violoncelle et contrebasse, op. 39 ;
    • Quintette pour piano, flûte, clarinette, cor et basson, op. 37
    • Septuor pour piano, flûte, hautbois, cor, alto, violoncelle et contrebasse ;
    • 2 romances sans paroles, pour violon, avec accompagnement de piano, op. 9 et 10 ;
    • Étude pour violon seul, op. 6 ;
    • Valse de concert pour violon, avec accompagnement de piano, op. 3 ;
    • Tarentelle pour violon, op. 8 ;
    • La Farfalla, scherzo pour alto & piano, op. 7 ;
    • Barcarolle pour violoncelle & piano, op. 11 ;
    • 3 trios à cordes, op. 25 et 41 ;
    • 4 quatuors à cordes, op. 16, 27, 38 et 53 ;
    • 4 quatuors avec piano, (l'op. 28 est dédié à Rossini) ;
    • 4 quintettes pour 2 violons, alto, violoncelle et contrebasse, op. 21, 22, 36 et 40bis ;
    • 3 quintettes à cordes (2 altos), op. 15, 19 et 29 ;
    • Septuor pour clarinette, cor, basson, violon, alto, violoncelle et contrebasse, op. 40.
  • Œuvres publiées chez l'éditeur Lemoine
    • Andantino capriccioso pour violon, avec accompagnement d'orchestre
    • Andante pour violoncelle, id.
    • Ouverture espagnole, pour orchestre
    • Sonatines pour piano, pour piano à 4 mains, et pour piano et violon (collection du Petit pianiste et de l'École d'accompagnement)
    • Les Beautés dramatiques, grande collection de morceaux pour piano & violon sur des thèmes d'opéras célèbres (en société avec MM. Renaud de Vilbac et Albert Lavignac)
    • La Promenade du bœuf gras, symphonie burlesque pour quatuor d'instruments à cordes et différents instruments d'enfants.
  • Autres œuvres
    • Quelques morceaux de chant, entre autres les Danses chantées
    • Deux opérettes : Les Deux Billets, et Les Rêves de Marguerite
    • Un opéra-comique en un acte, Une Aventure sous la ligue, écrit pour un concours ouvert par la société de Ste-Cécile de Bordeaux, vers 1857, et qui a été l'objet d'une mention honorable
    • Un certain nombre de chœurs orphéoniques
    • Deux symphonies (inédites ?; exécutées lors de plusieurs concerts).

Partitions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Theodore Baker et Nicolas Slonimsky (trad. Marie-Stella Pâris, préf. Nicolas Slonimsky), Dictionnaire biographique des musiciens [« Baker's Biographical Dictionnary of Musicians »], t. 1, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 1995 (réimpr. 1905, 1919, 1940, 1958, 1978), 8e éd. (1re éd. 1900), 4728 p. (ISBN 2-221-06510-7)
  • Joël-Marie Fauquet (direction) (préf. Joël-Marie Fauquet), Dictionnaire de la Musique en France au XIXe siècle, Paris, Fayard,‎ 2003, 1405 p. (ISBN 2-213-59316-7)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Supplément et complément de Pougin à la Biographie universelle des musiciens (Fr.J. Fétis), Paris, 1878, tome 1, p. 96-97.
  2. Dictionnaire encyclopédique de la musique de chambre, éd. R. Laffont, 1999, vol. 1, p. 162.
  3. The New Grove Dictionary of Music and Musicians, ed. St. Sadie, 1991.
  4. Eitner, Robert, Biographisch-bibliographisches Quellenlexikon der Musiker und Musikgelehrten der christlichen, éd. Leipzig, 1900-1904.
  5. Voir note 1.