Adobe Flash Player

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Adobe Flash Player
Image illustrative de l'article Adobe Flash Player
Logo

Développeur Adobe Systems
Dernière version 13.0.0.182 (8 avril 2014) [+/-]
Environnements GNU/Linux, Mac OS X, Windows
Site web www.adobe.fr

Adobe Flash Player (ou plus simplement Flash Player) est un contrôle ActiveX, un plugin ou un lecteur multimédia autonome utilisant la technique Flash.

La première version de la branche 10 est sortie en octobre 2008, peu après la sortie de la suite CS4 des logiciels Adobe.

Compatibilité[modifier | modifier le code]

Il est officiellement compatible avec les systèmes d’exploitation Windows, GNU/Linux, Mac OS X, Solaris, Pocket PC et HP-UX sur les navigateurs Internet Explorer, AOL Desktop, Mozilla Firefox, SeaMonkey et Safari. Il est également intégré à Google Chrome et Opera.

Cela dit les utilisateurs de Solaris et Pocket PC n'auront accès qu'à la version 7, les utilisateurs de HP-UX à la version 6, ces deux versions devenant de plus en plus obsolètes.

De plus, à partir de la version 11.3 Adobe a décidé de ne plus prendre en charge la plateforme Linux, ses utilisateurs n'ont dorénavant accès qu'à la version 11.2 avec ses mises à jour de sécurité. Google Chrome sur Linux est un cas particulier puisqu'il intègre sa propre version mise à jour de Flash Player[1]. Si l'obtenir sous Linux 64 bits est possible depuis le début 2009 dans sa version 10 [2], il n'en existe aucune version pour PowerPC, même si les projets Gnash et Swfdec avancent à leur rythme.

Flash ne supporte plus Google Android à compter de la version 4.1 Jelly Bean.

Les Objets Locaux Partagés (Local Shared Objects)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Objet local partagé.

Flash Player utilise son propre système de cookies appelés Local Shared Objects (LSO ou Objet local partagé en français). Par rapport à des cookies classiques (stockés par le navigateur web), ces Local Shared Objects sont plus invasifs du fait de certaines particularités :

  • ils sont stockés sur la machine sans limite de temps ;
  • ils ne sont pas limités en taille si l'utilisateur le permet (leur taille par défaut étant 20 fois celle d'un cookie classique) ;
  • ils sont invisibles par le navigateur qui ne peut donc pas les gérer ni les effacer ;
  • ils diffusent par défaut les habitudes de surf (historique des sites visités…) sans y être invités par l'utilisateur.

En théorie, il est possible d'intégrer facilement dans une page Web une application Flash invisible, simplement pour pouvoir stocker un Local Shared Object sans que l'utilisateur ne le sache.

Le paramétrage de la sécurité et du respect de la vie privée est réalisable via une application flash spécifique disponible sur le site d'Adobe [3].

À noter :

  • que des extensions pour Firefox permettent de circonscrire ces cookies particuliers : citons NoScript[4] et Better Privacy[5] ;
  • que Midori intègre par défaut un outil de suppression des Local Shared Objects ;
  • que Gnash possède un outil de gestion des Local Shared Objects (soldumper).

Alternatives libres[modifier | modifier le code]

Gnash, Lightspark et Swfdec sont des alternatives libres au Flash Player.

D'autres alternatives libres, dédiées à l'affichage de séquences vidéo : ITheora et les balises multimédia d'HTML5.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]