Administration apostolique personnelle Saint-Jean-Marie-Vianney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Administration apostolique personnelle Saint-Jean-Marie-Vianney est une juridiction épiscopale brésilienne que l'Église catholique a créée le 18 janvier 2002, par la réintégration dans la pleine communion avec Rome de l'union Saint-Jean-Marie-Vianney.

Historique[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, Mgr Antônio de Castro Mayer, évêque de Campos, maintient les formes liturgiques traditionnelles dans son diocèse et s'oppose aux réformes de Vatican II. Lorsqu'il doit se retirer, atteint par la limite d'âge en 1981, il est remplacé par un évêque bien décidé à instaurer le nouveau rite dans son diocèse, qui passe du jour au lendemain au rite en portugais. Devant le trouble causé par Carlos Navarro, le nouvel évêque, toute une partie du clergé fait sécession avec une bataille pour les églises et même la cathédrale. L'Union sacerdotale Saint-Jean-Marie-Vianney (SSJV) est alors créée, avec l'abbé Rifan comme supérieur, sous la houlette de Mgr de Castro-Mayer. Ce dernier se rapproche de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (FSSPX) et publie un ouvrage en commun avec Mgr Lefebvre. Il est évêque coconsécrateur aux sacres de juin 1988 et excommunié latae sententiae, c'est-à-dire par le fait même de l'acte.

Après la mort de Mgr de Castro-Mayer, l'Union Saint-Jean-Marie-Vianney fait appel aux évêques de la Fraternité Saint-Pie X pour le sacre d'un successeur : Mgr Licinio Rangel est ordonné évêque en 1991.

Réconciliation avec Rome[modifier | modifier le code]

En 2000, lorsque la FSSPX entame un rapprochement avec Rome, l'Union SSJV fait de même. A la rupture du rapprochement par la FSSPX, Mgr Rangel décide de continuer les pourparlers. Le 15 août 2001, une lettre d'union au Saint-Siège est adressée au pape Jean-Paul II[1]. Le pape y répond le 25 décembre par une lettre autographe, réglant le statut juridique de l'union et levant toutes les sanctions[2]. C'est le 18 janvier 2002 que le Vatican annonce officiellement le retour dans la pleine communion de l'Église des membres de l'Union sacerdotale Saint-Jean-Marie-Vianney de Campos (Brésil), par une cérémonie où Mgr Rangel prononce « la Profession de foi et le Serment de fidélité au Pontife Romain » et l'union est érigée en administration apostolique personnelle.

Le 18 août 2002, le Père Fernando Rifan, 51 ans, vicaire général de l'Union sacerdotale Saint-Jean-Marie-Vianney et collaborateur le plus proche de Mgr Licinio Rangel, a été sacré évêque à Campos au Brésil par le cardinal Castrillon Hoyos, préfet de la Congrégation pour le Clergé, et par Mgr Rangel lui-même. Celui-ci était en effet très malade et mourut le 16 décembre 2002.

Organisation[modifier | modifier le code]

Façade principale de l'église d'administration.

Par mandat spécial du Souverain Pontife est constituée par un décret de la Congrégation pour les évêques l’Administration apostolique personnelle « Saint Jean-Marie Vianney » qui embrasse le seul diocèse de Campos au Brésil et qui équivaut dans le droit aux diocèses soumis immédiatement au Saint-Siège.

L’Administration apostolique personnelle « Saint Jean-Marie Vianney » est régie par les normes du droit commun et par ce décret ; elle est soumise à la Congrégation pour les évêques et aux autres Dicastères de la Curie romaine, selon leurs attributions.
La faculté est accordée à l’Administration apostolique de célébrer la sainte Eucharistie, les autres sacrements, la Liturgie des Heures et les autres actions liturgiques selon le Rite romain et la discipline liturgique de saint Pie V, avec les adaptations que ses successeurs ont introduites jusqu’au bienheureux Jean XXIII.[3]

En 2007, L'administration apostolique compte une quarantaine de prêtres, trente-deux séminaristes, 75 religieuses et a juridiction sur environ 28 000 fidèles. Elle a 24 écoles sous son autorité. L'administration étend son apostolat dans une douzaine d'autres diocèses brésiliens en accord avec les ordinaires locaux (dans le cadre du Motu proprio Ecclesia Dei).

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]