Adelbert von Chamisso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Adelbert von Chamisso

alt=Description de l'image Chamisso Adelbert von 1781-1838.png.
Activités écrivain, poète, botaniste
Naissance 30 janvier 1781
château de Boncourt (Ante)
Décès 21 août 1838 (à 57 ans)
Berlin

Œuvres principales

Adelbert von Chamisso est un poète, écrivain et botaniste franco-allemand, également connu sous le prénom d'Adalbert (notamment dans les éditions anciennes).

Louis Charles Adélaïde de Chamissot de Boncourt le 30 janvier 1781 au château de Boncourt à Ante, près de Châlons-en-Champagne, et mort le 21 août 1838 à Berlin, émigré en Allemagne avec sa famille en 1790, il s'engage dans l'armée prussienne à 17 ans, adopte le prénom Adelbert à l'âge de vingt ans, choisit d'écrire, non dans sa langue maternelle, mais en allemand, tout en conservant la nationalité française[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1790, pour échapper à la Révolution française, Louis-Marie comte de Chamisso et son épouse Anne Marie, née Gargam, quittent la France avec leurs sept enfants pour aller successivement à Liège, à La Haye, en Allemagne du Sud (à Wurzbourg, à Bayreuth), puis à Berlin. Tournant décisif qui marquera la vie du puiné des enfants, Louis-Charles-Adélaïde.

« Ma patrie : je suis français en Allemagne et allemand en France, catholique chez les protestants, protestant chez les catholiques, philosophe chez les gens religieux et cagot chez les gens sans préjugés ; homme du monde chez les savants, et pédant dans le monde, jacobin chez les aristocrates, et chez les démocrates un noble, un homme de l’Ancien Régime, etc. Je ne suis nulle part de mise, je suis partout étranger – je voudrais trop étreindre, tout m’échappe. Je suis malheureux… Puisque ce soir la place n’est pas encore prise, permettez-moi d’aller me jeter la tête la première dans la rivière…[2] »

En 1796, la reine Frédérique de Hesse-Darmstadt l'admet à son service comme page. En 1798, il entre dans l'armée prussienne obtenant, le 31 mars, un brevet d'aspirant au régiment de Gœtze, en garnison à Berlin[3]. Le 24 janvier 1801[4], il est promu lieutenant. C'est à cette époque qu'il adopte le prénom Adelbert, plus viril[5].

Bien que sa famille soit autorisée à revenir en France, Chamisso préfère rester en Allemagne pour y continuer sa carrière militaire. Comme il n'a reçu qu'une modeste éducation, il consacre ses moments de liberté à s'instruire. Avec Karl August Varnhagen von Ense (en) (1785-1858), il fonde en 1803 le Berliner Musenalmanach, dans lequel il fait paraître ses premiers poèmes. Cependant l'entreprise fait bientôt faillite et s'interrompt à cause de la guerre en 1806. Cela lui a tout de même permis de se faire connaître comme jeune poète auprès des cercles littéraires.

Comme lieutenant, Chamisso accompagne, en 1805, son régiment à Hameln. Il voit la capitulation de l'armée prussienne l'année suivante. Libéré sur parole, il se rend en France, mais ses deux parents sont morts. Il retourne alors à Berlin à l'automne 1807. Il quitte l'armée au début de l'année suivante. Sans logement et sans emploi, désillusionné et découragé, il vit à Berlin jusqu'en 1810, quand, grâce à l'intervention d'un vieil ami de la famille (Louis de la Foye), il revient en France après la paix de Tilsitt, et obtient un poste de professeur au lycée de La Roche-sur-Yon (alors appelé Napoléon-Vendée).

Il fréquente le cercle de Madame de Staël et la suit lors de son exil à Coppet en Suisse. Là il se consacre à la botanique et y reste près de deux ans. En 1812, il retourne à Berlin où il continue ses recherches scientifiques. Durant l'été de l'année mouvementée 1813, il écrit son roman, un livre original, Peter Schlemihl, l'histoire d'un homme qui a vendu son ombre et qui court le monde pour la retrouver, son œuvre la plus célèbre. Ce roman est bientôt traduit dans de nombreuses langues.

En 1815, Chamisso embarque comme botaniste sur le vaisseau russe Rurik, commandé par Otto von Kotzebue (1787-1846) le fils de l'écrivain August von Kotzebue (1761-1819). Le Rurik entame alors un voyage scientifique autour du monde. Il rédige la partie scientifique de ce voyage et publie son journal de voyage en 1821 sous le titre Tagebuch.

À son retour, en 1818, il obtient un poste de gardien dans le jardin botanique de Berlin et est fait membre de l'Académie des sciences de la ville. Il se marie en 1820.

Chamisso renoue avec la poésie à 48 ans. En 1829, en collaboration avec Gustav Schwab (1792-1850) puis, à partir de 1832, avec Franz von Gaudy (1800-1840), il ressuscite le Deutsche Musenalmanach, dans lequel ses poèmes seront publiés.

Ses Œuvres, la plupart en allemand, se composent d'écrits des genres les plus divers, botanique, linguistique, romans, poésies ; elles ont eu un grand succès en Allemagne. Il règne dans ses poésies un sentiment de tristesse qui semble naître de l'éloignement où il était du sol natal.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Buste de Chamisso à Berlin, dans le parc de Monbijou.

Science[modifier | modifier le code]

Si l'œuvre scientifique de Chamisso semble peu importante (il codécouvre cependant avec Cuvier le changement de génération chez les tuniciers), il faut pourtant citer Bemerkungen und Ansichten, qui paraît incomplet dans l’Entdeckungsreise d'O. von Kotzebue (Weimar, 1821) puis dans la version intégrale dans Gesammelte Werke de Chamisso (1836).

Übersicht der nutzbarsten und schädlichsten Gewächse in Norddeutschland (1829) est une œuvre de bonne réputation pour la qualité de son traitement. Son œuvre la plus importante, en collaboration avec Diederich Franz Leonhard von Schlechtendal (1794-1866), est la description des principaux arbres du Mexique (1830-1831).

Littérature[modifier | modifier le code]

C'est sans aucun doute son œuvre poétique qui vaut la gloire à Chamisso. Son cycle de poème Frauenliebe und -leben de 1830 (L'Amour et la Vie d'une femme), mis en musique par Robert Schumann (opus 42), est particulièrement célèbre.

Il faut aussi signaler Schloss Boncourt et Salas y Gomez. Lorsqu'on considère son œuvre, il faut se souvenir que l'allemand n'était pas sa langue maternelle.

Les sujets qu'il choisit sont, le plus souvent, sombres. Même dans ses œuvres les plus gaies et les plus légères, la tristesse ou la satire sont toujours présentes. Die Löwenbraut peut être pris en exemple pour illustrer sa puissance et son étrangeté ou Vergeltung pour l'extrême précision de son écriture.

La première édition complète des œuvres de Chamisso est éditée par Julius Eduard Hitzig (1780-1849) (6 volumes en 1836). Sa biographie est également signée par J. E. Hitzig, Leben und Briefe von Adelbert von Chamisso (1881).

Hommage[modifier | modifier le code]

Le prix Adelbert von Chamisso, décerné par la fondation Robert Bosch, récompense chaque année des écrivains d'expression allemande pour lesquels l'allemand n'est pas la langue maternelle. Depuis sa création en 1985, ce prix a été attribué à quarante-cinq auteurs de vingt pays différents. Le prix est décerné par l'Académie bavaroise des Beaux-Arts.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source partielle[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Adelbert von Chamisso » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. René-Marc Pille, « Un émigré français devenu poète allemand à la découverte du monde arctique pour le compte de la Russie : le botaniste Adelbert von Chamisso (1781-1838) », Inter-Nord. Revue internationale d'Études arctiques, Paris, Éditions du CNRS, no 18,‎ 1987, p. 70.
  2. « Œuvre et vie d’Adelbert Von Chamisso, Sabine Parmentier, Cairn.info »
  3. René Riegel, Adalbert de Chamisso: sa vie et son œuvre, vol. 1, Les Éditions internationales,‎ 1934, 421 p., p. 25.
  4. Allen Wilson Porterfield, An outline of German romanticism, 1766-1866, Ginn and company,‎ 1914, 263 p., p. 62.
  5. Chamisso: actes des journées franco-allemandes des 30 et 31 mai 1981, Centre d'études argonnais,‎ 1982, 167 p., p. 11.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René-Marc Pille, Adelbert von Chamisso vu de France. 1805-1840. Genèse et réception d'une image, éditions du CNRS, 1993
Cham. est l’abréviation botanique officielle de Adelbert von Chamisso.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI