Adamello-Presanella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

46° 09′ 22.06″ N 10° 29′ 46.9″ E / 46.1561278, 10.496361

Adamello-Presanella
Carte sous licence libre bienvenue !
Géographie
Altitude 3 558 m, Cima Presanella
Massif Alpes
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région autonome
Région
Trentin-Haut-Adige
Lombardie
Géologie
Roches Roches plutoniques

Le massif d'Adamello-Presanella est un massif des Préalpes orientales méridionales. Il s'élève en Italie (entre le Trentin-Haut-Adige et la Lombardie).

La Cima Presanella est le point culminant du massif. Le Monte Adamello est le deuxième plus haut sommet.

Le massif abrite d'importants glaciers.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Vue sur le massif depuis Aprica, à l'ouest
Le Monte Adamello et le Monte Mandrone depuis le nord
La Cima Plem, le Monte Adamello et la Corno Miller

Le massif est entouré des Alpes bergamasques à l'ouest, du massif de Sobretta-Gavia au nord-ouest, du massif de l'Ortles au nord, du massif de Brenta et des montagnes autour du lac de Garde à l'est.

Il est bordé par l'Oglio (Val Camonica) à l'ouest.

Sommets principaux[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Le massif se situe au sud de la faille entre la plaque eurasiatique et la plaque adriatique. Cette faille passe par le col du Tonale.

Le versant oriental du massif, sur le territoire du Trentin, a pour origine une intrusion volcanique de roche magmatique datant du Tertiaire, se composant de granite et de diorite mélangée à du quartz, appelée adamellogranite ou tonalite.

La région d'Adamello-Presanella est considérée comme étant la plus vaste en roche plutonique des Alpes.

Glaciologie[modifier | modifier le code]

Le versant oriental est recouvert de glaciers. Le champ de névés du Mandrone (3 283 m) est le deuxième plus important glacier d'Italie et une aire de travail importante pour la glaciologie.

Depuis quelques décennies, les glaciers de l'Adamello-Presanella traversent une phase de retrait, à cause de la hausse des températures l'été (durant la canicule de 2003, de nombreuses neiges éternelles ont disparu pour la première fois de mémoire d'homme) et surtout de la plus faible accumulation de neige durant l'automne et l'hiver due à la diminution progressive des précipitations, phénomène frappant l'ensemble des Alpes en général.

Histoire[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

De nombreuses traces de la Première Guerre mondiale sont encore visibles dans les environs du massif. Le front des Dolomites s'y est fixé de 1915 à 1917 entre l'Autriche-Hongrie et l'Italie. Les conditions climatiques furent extrêmement rigoureuses. Nombreuses furent les victimes des deux parties à périr du froid, des éboulements ou d'autres accidents.

Les fortifications ont été sauvées de leur lente dégradation et intégrées au chemin de paix qui s'étend sur des centaines de kilomètres. Aujourd'hui ce projet de réconciliation tardif entre le nord et le sud est intégré dans un but populaire par les touristes et les alpinistes dans le réseau des sentiers de randonnée.

Les visites du Pape[modifier | modifier le code]

La montagne fut une des grandes passions du Pape Jean-Paul II, et les glaciers de l'Adamello furent une de ses destinations préférées lorsque son âge et ses conditions de santé le lui permettaient encore.

Il s'y rendit plusieurs fois, à commencer par le séjour du 16-17 juillet 1984 durant lequel la rencontre célèbre arriva alors avec le Président de la République italienne, Sandro Pertini. Puis il revint en 1988 dans le but de bénir l'autel de granite dressé en son honneur à la Cresta Croce (3 307 m). Un peu plus bas, un sommet où l'on trouve un canon rescapé de la "guerre blanche" a été rebaptisé en 1999 Cima Giovanni Paolo II.

Le pape polonais eut une dernière possibilité de revenir sur ces montagnes le 18 juillet 1998 quand, à l'occasion de sa visite à Borno, terre natale de son ami le Cardinal Giovanni Battista Re, il put survoler en hélicoptère les glaciers et les sommets de l'Adamello.

Activités[modifier | modifier le code]

Stations de sports d'hiver[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Le massif est couvert par deux réserves naturelles : le parc régional de l'Adamello (510 km2, créé en 1983) à l'ouest et le parc naturel d'Adamello-Brenta (620 km2, créé en 1967) à l'est.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]