Adam de Craponne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gravure, portrait d'un homme avec moustache et barbichette, portant une fraise.
Adam de Craponne

Adam de Craponne (parfois orthographié "Crapponne"), né à Salon-de-Provence en 1526 et mort empoisonné à Nantes en 1576, est un gentilhomme provençal et ingénieur français.

Statue en pied d'un homme, attitude pensive, un parchemin à la main.
Statue d'Adam de Crapponne à Salon-de-Provence, France

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né à Salon en 1526 (1527) dans une famille d'origine pisane. Après ses études, il monte à la cour d'Henri II et devient ingénieur, officier chargé des fortifications. En 1552, il renforce et réorganise les défenses de Metz, face à Charles Quint. En 1554, un arrêté du Parlement de Provence, lui confère le droit de détourner les eaux de la Durance jusqu'à Salon, et de là, jusqu'à la mer. Adam de Craponne construisit entre 1557 et 1558 le canal qui porte son nom, qui permit d'irriguer la Crau avec de l'eau provenant de la Durance. Craponne finança personnellement les travaux[1], mais dut également faire des emprunts, notamment auprès de Nostradamus.

En 1571, il est engagé par la commune des Mées afin de restaurer la prise d’eau d’un canal d’irrigation[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • V. Audier et J.-B. Bertin, Adam de Crapponne et son canal, Édition LACOUR-OLLÉ,‎ 2006, 346 p. (ISBN 2-7504-1261-7)
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de la construction du canal de Craponne
  2. Jean Nicod, « La poursuite de l'aménagement de la Durance : la chute d'Oraison », Méditerranée, 1re année, no 4, 1960. p. 92.