Adam Jones (universitaire canadien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Adam Jones.

Adam Jones

Description de cette image, également commentée ci-après

Adam Jones au bord de la Volga à Kazan en 2008

Activités Politologue, essayiste, photojournaliste
Naissance 30 août 1963 (50 ans)
Singapour
Langue d'écriture anglais

Adam Jones, né à Singapour le 30 août 1963[1], est un politologue, essayiste, écrivain et photojournaliste canadien de l'Université de la Colombie-Britannique Okanagan à Kelowna, au Canada. Il est le président de Gendercide Watch, une organisation non gouvernementale. Il a été choisi comme un des « Cinquante penseurs clés sur l'holocauste et le génocide » pour un livre intitulé "Fifty Key Thinkers on the Holocaust and Genocide" a été publié en 2010[2].

Génocide[modifier | modifier le code]

Adam Jones est principalement connu pour ses études comparatives des génocides. Il est l'auteur d'un manuel faisant autorité dans ce domaine - Genocide: A Comprehensive Introduction[3] - et l'auteur et le directeur d'édition de nombreux autres travaux sur les génocides et les crimes contre l'humanité. De 2005 à 2007, il fut chercheur associé au sein du programme d'études sur les génocides à l'université Yale. Éditorialiste et critique littéraire pour le Journal of Genocide Research, il donne des conférences publiques et universitaires sur les génocides en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, en Europe, et en Asie de l'Est.

En plus de promouvoir une approche comparative mondiale et inter-disciplinaire à son domaine dans son manuel Genocide, Jones a réalisé des travaux d'importance sur les liens entre les génocides et les genres (voir section suivante). Il a également exploré les représentations artistiques des génocides[4], le rapport entre les génocides et la violence structurelle[5], ainsi que les génocides commis par les populations dites subalternes - ou "génocides par les opprimés"[6].

Études sur les genres et sur les politiques internationales[modifier | modifier le code]

Adam Jones est connu pour son approche particulière des liens entre le genre et les relations internationales[7],[8],[9],[10]. Tout en apportant son soutien aux féministes qui exigent plus d'attention et d'intervention pour lutter contre les violences et les discriminations faites aux femmes et aux jeunes filles, il réclame encore davantage d'attention au sort réservé aux mâles en âge de combattre, qui sont régulièrement la cible des gendercide par les auteurs des génocides[11]. En 1999, il cofonde - avec Carla Bergman et Nate Haken - l'ONG en ligne Gendercide Watch[12] dont l'objectif est de « mettre en relief les atrocités mondialement commises contre les hommes et les femmes en fonction de leur sexe. » Ses essais sur les genres, la violence, et la politique internationale sont réunis dans Gender Inclusive : Essays on Violence, Men, and Feminist International Relations (Routledge, 2009).

Études sur les médias de masse et les transitions politiques[modifier | modifier le code]

Les recherches universitaires de Jones (maîtrise et doctorat) se concentrent autour des médias de masse, des processus de démocratisation, et des transitions politiques. Son étude sur les transformations vécues par le quotidien sandiniste Barricada au Nicaragua a fait l'objet de deux publications : Beyond the Barricades: Nicaragua and the Struggle for the Sandinista Press, 1979-1998 (Vanderbilt University Press, 2002), et The Press in Transition: A Comparative Study of Nicaragua, South Africa, Jordan, and Russia (Deutsches Übersee-Institut, 2002) - sa thèse de doctorat.

Voyages et photojournalisme[modifier | modifier le code]

Adam Jones a voyagé et vécu dans près de soixante-dix pays sur tous les continents habités. La majeure partie de ses photos de voyage et de ses travaux de photojournalisme sont disponibles en licence Creative Commons sur Flickr et Wikimedia Commons. En 2008 est paru son premier album de photographies de voyage, Latin American Portraits, aux éditions The Key Publishing House Inc.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Jones, Adam, 1963- », sur lccn.loc.gov (Library of Congress Authorities)
  2. Fifty Key Thinkers on the Holocaust and Genocide, édité par Paul Bartrop et Steven L. Jacobs (Routledge, forthcoming 2010)
  3. (en) Genocide: A Comprehensive Introduction, Routledge, 2nd ed., 2010
  4. Adam Jones, ed., Evoking Genocide: Scholars and Activists Describe the Works That Shaped Their Lives (The Key Publishing House Inc., 2009)
  5. Adam Jones, "Genocide and Structural Violence: Charting the Terrain," in Jones, ed., New Directions in Genocide Research (Routledge, forthcoming 2010).
  6. Nicholas A. Robins and Adam Jones, eds., Genocides by the Oppressed: Subaltern Genocide in Theory and Practice (Indiana University Press, 2009)
  7. "Gendering Jones", by T. Carver, M. Cochran, and J. Squires, Review of International Studies 24 (1998), p. 283-297
  8. "Beyond 'Gendercide': Incorporating Gender into Comparative Genocide Studies", by R. Charli Carpenter, International Journal of Human Rights 6 (2002), p. 77-101
  9. International Relations and the Challenge of Postmodernism: Defending the Discipline, by Darryl S.L. Jarvis (University of South Carolina Press, 2000), p. 130, 160, 170, 172, 234n.
  10. International Relations Theory: A Critical Introduction, by Cynthia Weber (Routledge, 2005), p. 82-99
  11. Gendercide and Genocide, reviewed by Maureen Hiebert, H-Genocide, 2005
  12. (en) Gendercide Watch

Liens externes[modifier | modifier le code]