Antony-Samuel Adam-Salomon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Adam-Salomon)
Aller à : navigation, rechercher
Autoportrait, vers 1860

Samuel-Adam Salomon, dit Antony-Samuel Adam-Salomon (autre pseudonyme : Adama), né à La Ferté-sous-Jouarre le 9 janvier 1818 et mort à Paris le 28 avril 1881, est un sculpteur et photographe français du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Nathan-Herschel Salomon, un marchand israélite, Samuel-Adam passa son enfance à Fontainebleau. Vers 1838, après avoir été l'élève du sculpteur Vercelli, il entra comme modeleur dans la manufacture de porcelaine de Jacob Petit [1]. Quelques années plus tard (avant 1840[2]), il fut remarqué pour avoir sculpté un portrait très ressemblant du poète Béranger[1].
Installé à Paris pour y parfaire son étude de la sculpture en tant que pensionnaire du département de Seine-et-Marne, Salomon effectua également des voyages artistiques en Suisse et en Angleterre[1]. Il s'illustra aussi bien dans l'art du portrait (bustes, médaillons) que dans la statuaire funéraire et monumentale.

Son épouse, née Georgine-Cornélie Coutellier, apprit la sculpture auprès de lui et exposa plusieurs médaillons au Salon de 1853. Le couple Salomon était très lié à Lamartine et au milieu républicain modéré parisien, fréquentant les salons de Marie d'Agoult et de Juliette Adam.

À partir de 1859, sous l'influence de Franz Hanfstaengl, Adam-Salomon exposa des portraits photographiques des célébrités de l'époque. À ce titre, il réalisa à la demande de Mme d'Agoult un Album des amis de Daniel Stern contenant notamment les portraits de Jules Grévy, Littré, Carnot, Girardin, Renan, Nefftzer, Dupont-White, Édouard Grenier, Scherer, Alfred Mézières, Tribert, de Ronchaud, Guéroult, du prince Napoléon, de Vacherot, Mme Coignet, Challemel-Lacour, Clémence Royer, et de Mme Ackermann.

Galerie de portraits photographiques[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive d’œuvres sculptées[modifier | modifier le code]

Monument funéraire de Mme de Lamartine, 1864
Bas-relief pour la tombe du colonel Charras, 1865

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u et v Vapereau (cf. bibliographie).
  2. a, b, c, d, e et f « M. Adam Salomon, statuaire », S. Cahen (dir.), Archives israélites de France, année 1843, t. IV, Paris, 1843, p. 310-311.
  3. « Médaillon de M. Crémieux, par M. Adam-Salomon », S. Cahen (dir.), Archives israélites de France, année 1844, t. V, Paris, 1844, p. 288.
  4. « Nouvelles », La Chronique des arts et de la curiosité, no 129, Paris, 21 janvier 1866, p. 20.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gustave Vapereau (dir.), Dictionnaire universel des contemporains, Paris, Hachette,‎ 1865, 3e éd., p. 14
  • Juliette Adam, Mes premières armes littéraires et politiques, Paris, Alphonse Lemerre,‎ 1904, p. 109-155

Sur les autres projets Wikimedia :