Adélaïde de Quedlinbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Adélaïde de Quedlinbourg (v. 974-1045), fille de l'empereur Otton II et de Théophano Skleraina.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle fut élevée par sa tante Mathilde[1] (v. 955 – † 6 février 999), (elle-même fille d'Otton le Grand), première abbesse de l'abbaye de Quedlinbourg. À la mort de celle-ci (le 7 février 999), Adélaïde fut élue à son tour à la tête de l'abbaye qu'elle devait diriger de 999 à sa mort, survenue en 1045. Par la suite, Adélaïde fut dotée de nouveaux bénéfices : en 1014, elle fut aussi élue abbesse des congrégations réunies de Gernrode et Frose, et peu après prit la tête de la congrégation de Vreden. Le jour de la Saint-Michel 1039, son titre d'abbesse de Quedlinbourg ayant été remis aux votes, elle fut de nouveau consacrée par l'évêque Arnolphe d'Halberstadt en présence d'autres prélats et de plusieurs comtes.

Enfin à la mort de sa sœur Sophie (janvier 1039), elle fut élue également abbesse de Gandersheim ; toutefois, l'empereur Conrad II ne l'entendait pas de cette oreille, et elle ne fut consacrée qu'à la mort de ce dernier. Le domaine abbatial de Quedlinbourg s'enrichit sous son sacerdoce des nombreuses donations de son frère, l'empereur Otton III et du successeur de celui-ci, l'empereur Henri II, dans la mesure où ces deux souverains y organisèrent les festivités impériales (les Rameaux et Pâques) à de multiples reprises. Les Annales de Quedlinbourg décrivent en détail la consécration en 1021 par l'évêque Arnolphe d'Halberstadt, l'archevêque de Magdebourg Géron et d'autres évêques, de la chapelle et de ses autels en présence de l'empereur.

Source[modifier | modifier le code]

  • (de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Adelheid I. (Quedlinburg) » (voir la liste des auteurs)
  • La version originale est tirée de l'article homonyme de l' Allgemeine Deutsche Biographie, vol. 1, p. 78. Les droits ont été accordés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Charles Cawley, « Germany, kings », sur Medieval Lands, Foundation for Medieval Genealogy,‎ 2006-2014.