Acide quinique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Acide quinique
Acide quinique
Identification
Nom IUPAC acide (1S,3R,4S,5R)-1,3,4,5-tétrahydroxycyclohexanecarboxylique
No CAS 77-95-2
No EINECS 201-072-8
PubChem 6508
SMILES
InChI
Apparence poudre cristalline blanche
Propriétés chimiques
Formule brute C7H12O6  [Isomères]
Masse molaire[1] 192,1666 ± 0,0082 g/mol
C 43,75 %, H 6,29 %, O 49,95 %,
Propriétés physiques
fusion 162,5 °C[2]
Solubilité 290 g·l-1 (eau, °C)[2]
Masse volumique 1,64 g·cm-3[3]
Écotoxicologie
DL50 10 gm·kg-1 (souris, s.c.)[4]
LogP -2,450 [2]
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'acide quinique, est un acide organique présent dans l'écorce de cinchona, dans les graines de café ainsi que dans d'autres plantes et est obtenu synthétiquement par l'hydrolyse de l'acide chlorogénique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon les sources, l'acide quinique fut isolé pour la première fois en 1790 par un pharmacien allemand de Leer, Hofmann, à partir de cinchona[5] ou par le chimiste et pharmacien français Louis-Nicolas Vauquelin dans les années 1800.

Occurrence naturelle[modifier | modifier le code]

L'acide quinique est présent dans de nombreuses plantes, en général estérifié (par une de ses fonctions alcool) avec un acide hydroxycinnamique (acide férulique, acide caféique, acide paracoumarique), formant un acide chlorogénique. Estérifié deux fois avec l'acide caféique, il forme l'acide dicaféylquinique aussi connu sous le nom de cynarine.

Propriétés[modifier | modifier le code]

L'acide quinique possède à la fois une saveur acide et un goût astringent[6].

Application[modifier | modifier le code]

L'acide quinique est utilisé comme astringent.

Synthèse[modifier | modifier le code]

L'acide quinique est un réactif chiral assez polyvalent permettant de synthétiser de nouveaux médicaments et substances utilisés en pharmacie. Il est en particulier un réactif permettant de synthétiser l'acide shikimique, à partir duquel est produit l'oseltamivir, plus connu sous le non de Tamiflu utilisé dans la lutte contre les grippes A et B.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a, b et c (en) « Acide quinique » sur ChemIDplus
  3. (de) Fiche Merck
  4. Zeitschrift fuer die Gesamte Experimentelle Medizin. Vol. 113, Pg. 536, 1944
  5. Hofmann: Crell's chemische Annal. 1790, II, S. 314, cité dans Baup: Annalen der Physik und Chemie 1833, S. 64 (Google Books).
  6. SM Rubico & MR McDaniel,Sensory evaluation of acids by free-choice profiling. Chemical Senses, 17(3), 1992, Pages 273-289.