Acide nitreux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Acide nitreux
Trans-nitrous-acid-2D-dimensions.png
Cis-nitrous-acid-3D-balls.pngTrans-nitrous-acid-3D-balls.png
Structure de l'acide nitreux cis et trans.
Identification
Nom IUPAC acide nitreux
nitrite d'hydrogène
No CAS 7782-77-6
No EINECS 231-963-7
PubChem 24529
ChEBI 25567
SMILES
InChI
Apparence solution bleu pâle
Propriétés chimiques
Formule brute HNO2  [Isomères]
Masse molaire[2] 47,0134 ± 0,0009 g/mol
H 2,14 %, N 29,79 %, O 68,06 %,
pKa 3.35 à 25 °C
Moment dipolaire 1,423 ± 0,005 D (cis)
1,855 ± 0,016 D (trans)[1]
Propriétés électroniques
1re énergie d'ionisation ≤ 11,3 eV (gaz)[3]
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'acide nitreux est un composé chimique de formule HNO2. C'est un monoacide faible que l'on ne connaît qu'en solution. Cette solution est bleue. Ses sels (les nitrites) sont au contraire stables à pH 7.

Description[modifier | modifier le code]

Son nom systématique est : acide dioxonitrique(III) ou acide nitrique III. Ses sels sont appelés nitrites.

Il est particulièrement instable et se dismute à température ordinaire en monoxyde d'azote NO et en ion nitrate [NO2]-, ainsi que le montre le diagramme de Frost de l'azote donné ci-dessous :

Diagramme de Frost de l'azote


L'azote, qui se trouve à l'état d'oxydation +3, se retrouve, après dismutation, aux états +5 et +2.

L'acide nitreux est utilisé pour préparer des dérivés azoïques (azobenzène C6H5–N=N–C6H5) à partir d'amines aromatiques, par l'intermédiaire de sels de diazonium C6H5–N+≡N·X-.

Son pKa est de 3,3.

Stockage[modifier | modifier le code]

On le prépare en solution, car il est trop instable pour être stocké. On ajoute de l'acide chlorhydrique à du nitrite de sodium en solution :

NO2-(aq) + H3O+ → HNO2 (aq) + H2O(liq).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) David R. Lide, Handbook of chemistry and physics, CRC,‎ 16 juin 2008, 89e éd., 2736 p. (ISBN 142006679X et 978-1420066791), p. 9-50
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. (en) David R. Lide, Handbook of chemistry and physics, CRC,‎ 2008, 89e éd., 2736 p. (ISBN 978-1-4200-6679-1), p. 10-205