Acide isocyanique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Acide isocyanique
Acide isocyanique
Identification
Nom IUPAC acide isocyanique
No CAS 75-13-8
PubChem 6347
ChEBI 29202
SMILES
InChI
Apparence liquide incolore ou gaz du fait de son bas p.e.
Propriétés chimiques
Formule brute CHNO  [Isomères]
Masse molaire[2] 43,0247 ± 0,0014 g/mol
C 27,92 %, H 2,34 %, N 32,56 %, O 37,19 %,
pKa 3,92[1]
Propriétés physiques
fusion -86 °C[1],[3]
ébullition 23,5 °C[1]
Solubilité en toute proportion dans l'eau[1], soluble dans le benzène, le toluène, l'éther
Masse volumique 1,14 g·cm-3 à 20 °C[1]
Thermochimie
S0gaz, 1 bar 238,22 J·K-1·mol-1 [4]
ΔfH0gaz -101,67 kJ·mol-1 [4]
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L’acide isocyanique est un acide de formule semi-développée H-N=C=O. C'est le tautomère de l'acide cyanique HOCN. Il est considéré comme un élément important dans la chimie de constitution d'éléments biochimiques jusqu’à l’apparition des premiers systèmes qualifiés de biologiques[réf. nécessaire].

Particularités[modifier | modifier le code]

On peut considérer ce composé comme un ancêtre des premiers intervenants dans l'aboutissement, à terme, de cellules vivantes. Cette molécule à quatre atomes entre dans la liste de molécules détectées dans le milieu interstellaire. On a décelé des traces d'acide isocyanique (HN=C=O) dans la comète Hyakutake en 1996 et la comète Hale-Bopp en 1997. Il a été démontré[5] que l'acide isocyanique pouvait servir d'agent d'activation des acides aminés.

Cette étude a ainsi montré que l'acide isocyanique et son précurseur l'urée, sont des agents efficaces d'activation d'acides aminés pour la formation d'oligopeptides (protéine résultant, dans le monde vivant, d'une traduction génétique composé de 10 acides aminés au plus).

Propriétés physico-chimiques[modifier | modifier le code]

L'acide isocyanique est le tautomère le plus répandu, car contrairement à l'acide cyanique, il est stable à température ambiante[6]. L'acide se décompose dans l'eau par hydrolyse. Cette réaction est fortement dépendante de la température, du pH et la concentration du composé. Ainsi, en solution légèrement acide, l'acide isocyanique se décompose rapidement en carbonate CO32– et ammonium NH4+, avec parfois la formation d'urée CO(NH2)2[6].

OCN + 2 H2OCO32– + NH4+,
OCN + NH4+CO(NH2)2.

Utilisation[modifier | modifier le code]

L'acide n'est pas utilisé sous sa forme protonée, mais comme sels tels l'isocyanate de potassium et l'isocyanate de sodium[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Holleman-Wiberg, Lehrbuch der Anorganischen Chemie, 101. Auflage, de Gruyter Verlag, 1995.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. Pradyot Patnaik. Handbook of Inorganic Chemicals. McGraw-Hill, 2002. (ISBN 978-0-07-049439-8).
  4. a et b (en) « Isocyanic acid » sur NIST/WebBook, consulté le 17 février 2010
  5. Journal of the American Chemical Society, 2006, vol. 128, pp. 7412-7413.
  6. a, b et c (en) Peter M. Schalke, Cyanates, Inorganic Salts, Wiley-VCH Verlag GmbH & Co, coll. « Ullmann's Encyclopedia of Industrial Chemistry »,‎ 15 juillet 2006 (DOI 10.1002/14356007.a08_157.pub2)