Acide gras trans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article principal : Acide gras.

Les acides gras trans font partie des acides gras insaturés (en hydrogène), c'est-à-dire comprenant au moins une double liaison carbone-carbone.

Un acide gras insaturé peut prendre deux formes géométriques différentes, dites « cis » et « trans », ce qui leur confère des propriétés différentes, et une métabolisation différente. L'expression « trans » ne signifie donc pas ici « transgénique » ni « transformé ».

Les acides gras insaturés trans sont d'origine naturelle ou artificielle, dans ce dernier cas produits par l'hydrogénation industrielle partielle[1] des acides gras insaturés contenus dans les huiles végétales[2]. L'hydrogénation totale n'en produit pas (ou très peu), puisqu'elle transforme quasiment toutes les doubles liaisons -C=C- en liaisons simples -C-C-, les acides gras insaturés devenant saturés (en atomes d'hydrogène).

En France et en Europe, en 2011, ils ne figurent pas encore sur l'étiquette des produits alimentaires, la « déclaration nutritionnelle obligatoire » du projet européen. En effet, le Parlement européen et le Conseil de l'Union européenne ont demandé des informations complémentaires sur ces acides gras trans. La Commission devra présenter dans les trois ans (2014) : « un rapport sur l'incidence de mesures éventuelles concernant les acides gras trans, y compris la fourniture d'informations aux consommateurs sur lesdits acides gras trans ou l'imposition de restrictions à leur usage »[3].

Leur utilisation est sérieusement réglementée dans certains pays développés (Danemark, Canada) ou certaines villes (New York[4]). Après les avoir bannis des cantines scolaires, l'État de Californie a programmé en juillet 2008[5] leur bannissement des restaurants pour 2010 et des préparations à emporter pour 2011.

Même formule chimique que les cis, forme dans l'espace différente[modifier | modifier le code]

Fig 1. A. acide trans-9-octadécènoïque
B. acide cis-9-octadécènoïque (acide oléique)

Chimiquement, les acides gras trans sont composés des mêmes atomes que leurs diastéréoisomères: les acides gras cis. Cependant, les AG insaturés trans sont beaucoup moins présent à l'état naturel par rapport aux AG insaturés cis.

Mais ils ont une géométrie spatiale différente : dans les molécules d'acides gras trans, les doubles liaisons entre atomes de carbone (caractéristiques de tous les acides gras insaturés) sont en configuration trans au lieu d'être en configuration cis, ce qui leur donne une forme plutôt droite au lieu d'être courbée.

Cette particularité les rend moins fluides et leur donne une température de fusion plus élevée que la forme cis : ils sont donc plus solides à température ambiante, ce qui est une propriété recherchée par l'industrie agroalimentaire.

Obtention par hydrogénation partielle, majoritairement industrielle[modifier | modifier le code]

Les acides gras trans existent naturellement en petites quantités dans la viande ou les produits laitiers des ruminants.

La plus grande quantité consommée par les êtres humains se trouve cependant dans les produits industriels[6]par suite d'hydrogénation partielle des huiles végétales insaturées, procédé développé au début des années 1900 et ayant pris une importance considérable dans les pays industrialisés depuis les années 1950.

Selon l'AFSSA, les principaux aliments contributeurs identifiés des acides gras trans totaux sont à 60 % les produits d’origine animale (produits d’origine laitière et viande de ruminants). Les principaux aliments contributeurs identifiés des acides linoléiques conjugués (ALC) totaux sont à 70 % les produits d’origine laitière. Cela signifie que 40 % des acides gras trans totaux et 30 % des ALC proviennent des produits de panification et de la viennoiserie industriels, des biscuits, des plats cuisinés et des barres chocolatées.

L'hydrogénation partielle modifie la structure moléculaire des acides gras (remplacement de doubles liaisons -C=C- par des simples liaisons -C-C- avec deux atomes d'hydrogène supplémentaires) et modifie leurs propriétés : augmentation de leur température de fusion et diminution de leur rancissement, ce qui est souvent recherché par l'industrie agro-alimentaire. Mais elle transforme aussi une partie des acides gras insaturés cis en acides gras (insaturés) trans.

La consommation d'acides gras trans n'est pas nécessaire, ni bénéfique à la santé, contrairement à celle des autres acides gras naturels (saturés, ou insaturés cis). Leur consommation régulière augmente notamment les risques de maladies cardio-vasculaires[7],[8], même à faibles doses ; ainsi que les risques de cancer du sein[9]. Pour ces raisons, de nombreuses organisations pour la santé recommandent de réduire le plus possible leur absorption. Les acides gras trans issus de l'hydrogénation partielle sont généralement considérés comme plus nocifs que leurs pendants naturels (isomères cis).

Les acides gras trans sont très contrôlés dans certains pays, ils doivent obligatoirement être mentionnés sur les étiquettes dans de nombreux autres. Ils font depuis juillet 2008 l'objet d'interdiction dans les 24 000 restaurants de la ville de New York[10]. Des entreprises les éliminent volontairement de leurs produits ou créent des lignes de produits dépourvues d'acides gras trans.

Sources alimentaires[modifier | modifier le code]

Les acides gras trans de l’alimentation proviennent principalement de trois sources[6]:

  • la transformation bactérienne d'acides gras insaturés dans le rumen des ruminants. Ces acides gras trans peuvent se retrouver par la suite dans les produits laitiers (beurre, crème, fromages, lait) et les viandes (bœuf, mouton, etc.);
  • l’hydrogénation catalytique partielle et la désodorisation des huiles végétales insaturées (ou parfois des huiles de poisson) riches en acides gras polyinsaturés; (huiles raffinées, non vierges)
  • lors d’une friture des huiles, ou d’un chauffage, même à assez basse température (huile de lin par exemple).

« Selon les résultats des études épidémiologiques, il y aurait une relation certaine entre la consommation d’acide gras trans et les maladies cardio-vasculaires mais ce seraient seulement les dérivés trans des huiles partiellement hydrogénées et non ceux provenant des tissus des ruminants qui seraient en cause (en viande, bovine moins de 2 % des acides totaux) »[11].

Sources naturelles[modifier | modifier le code]

La source naturelle d'acide gras trans est constituée des produits laitiers, des graisses et de la viande de ruminants : graisses de bœuf et de mouton (à environ 4,5 %), les produits laitiers de vache et de chèvre (environ 3,3 %), les viandes de bœuf et de mouton (environ 2 %)[12]. Ils contiennent notamment de l’acide trans-vaccénique (acide trans-11-Octadécènoïque) de la famille des oméga-7. Les acides gras insaturés sont connus pour être peu nocifs voire même essentiels, tels les oméga 3 et 6. Cependant ces AG sont généralement de configuration cis et pour les rares AG insaturés trans naturel, comme l'acide trans-vaccénique, ceux-ci sont mono-insaturés contrairement aux AG trans transformés par hydrogénation catalytique qui sont eux poly-insaturés, d'où une moins bonne absorption par le corps. Une consommation en trop grande quantité et régulière peut provoquer des atteintes cardio-vasculaires telles que des infarctus du myocarde provoqués par obstruction des artères coronaires provoquant une ischémie et donc une asphyxie du cœur par manque d'oxygène.

Cette source « naturelle » représente, en France et en moyenne, la majorité des acides gras trans consommés : environ 50 % par matières grasses laitières, 10-12 % par les graisses de viande d'animaux ruminants[13]. Selon une étude récente partiellement financée par l'industrie laitière (CNIEL et Nestlé), ils ne seraient pas clairement des facteurs de problèmes cardiovasculaires, contrairement à ceux produits industriellement[14] ; une autre étude publiée simultanément, également avec cofinancement industriel, conclut au contraire qu'ils ont les mêmes effets que ceux produits industriellement mais sans danger aux doses usuelles[15] ; lire à ce sujet l'éditorial du journal ayant publié les deux articles[16].

Sources industrielles[modifier | modifier le code]

L'autre source d'acide gras trans, majoritaire en moyenne dans les pays anglosaxons ainsi que pour certaines populations (jeunes ou adolescents p. ex.) de France ou d'Europe du Sud, est industrielle : l’hydrogénation catalytique partielle[17] d'acides gras polyinsaturés.

Ce procédé industriel vise à rendre les huiles solides ou semi-solides (margarines) et moins sensibles à l'oxydation (rancissement ou peroxydation).

Ces acides gras partiellement hydrogénés sont utilisés dans l'industrie agro-alimentaire

Ils se retrouvent ainsi dans de nombreux produits alimentaires transformés, notamment les margarines et produits gras utilisés pour fabriquer toutes sortes d'aliments préparés :

Résultat d'analyses effectuées sur des produits commercialisés en France en 1999 et contenant des huiles végétales partiellement hydrogénées[18]
Produits Nombre de produits analysés Teneur minimale Teneur maximale
Pain / Sandwich 5 3,7 % 21,2 %
Céréales 4 2,0 % 52,1 %
Viennoiseries 2 24,5 % 34,8 %
Craquelins 5 0,1 % 17,4 %
Pâte feuilletée / à pizza 2 16,6 % 61,0 %
Gâteaux 8 12,6 % 35,9 %
Soupes déshydratées 11 4,3 % 27,0 %

Chauffage ou friture de produits contenant ou non des acides gras trans[modifier | modifier le code]

L'hydrogénation partielle ou la transformation en isomère trans peuvent également avoir lieu par chauffage ou friture. Pour limiter les effets sur la santé, il ne suffit donc pas de limiter sa consommation en produits industriels. Il convient également de ne pas trop chauffer des huiles et corps gras non destinés à cet usage (par exemple ne pas chauffer des huiles destinées à l'assaisonnement).

De même, le passage au four d'une pâte à tarte ou à pizza peut faire apparaître un taux d'acides gras trans supérieur à celui annoncé sur l'étiquette, quand cet étiquetage existe.

Effets sur la santé[modifier | modifier le code]

Conséquences cardio-vasculaires[modifier | modifier le code]

Résultat des études réalisées[modifier | modifier le code]

Les résultats des études faites depuis 10 ans convergent et indiquent une augmentation significative du risque cardio-vasculaire en cas d'excès dans l'alimentation de graisses trans résultant de l'hydrogénation partielle industrielle d'huiles végétales, plus encore que l'excès de graisses saturées[7].

En particulier, dans une étude de 1997 menée par Hu, Stampfer et Manson sur les femmes, les résultats montrent que, « pour un même apport de glucides, une augmentation de 5 % de la consommation de graisse saturée augmente le risque de 17 %, une augmentation de 5 % de la consommation de graisse « trans » augmente le risque de 93 % »[8].

Effets, cumulatifs, augmentant le risque cardio-vasculaire, même à faible dose[modifier | modifier le code]

Selon l'Autorité européenne de sécurité des aliments en 2004, l'état actuel des connaissances permettait de caractériser l'excès d'acides gras trans dans l'alimentation principalement par trois effets (observés par rapport aux régimes contenant des acides gras saturés et des acides gras insaturés cis)[19]:

  • Une augmentation des transporteurs du cholestérol de type LDL, aussi appelé mauvais cholestérol;
  • Une diminution des transporteurs du cholestérol de type HDL, aussi appelé bon cholestérol;
  • Une augmentation des triglycérides.

Il est noté une association positive entre ces trois effets observés et le risque de maladie cardiovasculaire observée.

Ces (trois) effets négatifs se feraient sentir même à dose faible[19].

Un quatrième effet, sur le métabolisme, probablement à plus forte dose[modifier | modifier le code]

L'avis indique également : « la digestion et l’absorption des acides gras trans présents dans les aliments se passent de la même manière que pour les autres acides gras […] et […] bien qu’il existe certaines preuves provenant d’études in vitro et sur l’animal en faveur d’une inhibition de la conversion des acides gras essentiels par les acides gras trans, il est peu probable que le métabolisme des acides gras essentiels soit affecté par les acides gras trans lorsqu’ils sont ingérés selon les quantités recommandées » (c'est-à-dire 1 à 2 % de l'apport énergétique total).

Conséquences métaboliques (diabète, syndrome métabolique, etc.)[modifier | modifier le code]

L'inhibition de la conversion[20],[21] des acides gras essentiels (par exemple en acide gamma-linolénique (AGL), et donc en acide dihomo-gamma-linolénique (DGLA))[22] suppose des effets importants sur le métabolisme et la santé des personnes concernées. Il existe donc un risque pour les populations qui ingèrent des acides gras trans en grande quantité (comme en Amérique du Nord).

  • Par exemple par un développement du diabète[23] : « Les acides gras trans induiraient une résistance à l’insuline, ce que ne font pas les acides gras insaturés. La configuration spatiale des acides gras est un important facteur de régulation de la sécrétion des cellules bêta du pancréas chez la souris ».

Conséquences en cancérologie[modifier | modifier le code]

Les acides gras trans favoriseraient le cancer du sein[9].

Conséquences psychiatriques[modifier | modifier le code]

Des données montrent que les graisses malsaines comme les acides gras trans augmentent considérablement le risque de dépression. Les acides gras insaturés ont par contre un effet neuroprotecteur[24],[25],[26].

Reprotoxicité[modifier | modifier le code]

Plusieurs études ont conclu que les acides gras trans sont reprotoxiques

Effets sur la spermatogenèse[modifier | modifier le code]

Il a été constaté que les acides gras trans avaient des effets adverses sur la fonction testiculaire et seraient facteurs de délétion de la spermatogenèse.
Selon une étude (publiée en 2012 et ayant porté sur 701 jeunes Danois testés de 2008 à 2010), un régime riche en graisse saturée augmente le risque de produire un faible nombre de spermatozoïdes, avec une relation de type dose-réponse[27],[28], mais aucun lien n'a été trouvé avec un régime riche en graisse non saturée[27]. Une corrélation de ce type semble exister en Espagne où la part de gras dans l'alimentation a beaucoup augmenté[28], et les études sur le rat de laboratoire montrent que les graisses insaturées ont un effet délétère sur le fonctionnement du testicule[28].

Effets obstétricaux[modifier | modifier le code]

La présence d’acides gras trans dans le tissu médullaire est liée à des quantités proportionnellement plus basses de acides gras poly-insaturés essentiels, à un poids à la naissance réduit, et à une circonférence de la tête plus petite[29]

Il paraît donc indiqué de réduire - tant que possible - l’ingestion d’acides gras trans par la mère en attendant d'en savoir plus sur les effets des acides gras trans sur le développement fœtal[29].

Effets sur le développement fœtal et du nouveau-né[modifier | modifier le code]

Le développement du fœtus ou du bébé sont également affectés via l'allaitement[30] : chez les femmes allaitantes, les acides gras trans alimentaires tendent à supplanter les acides gras essentiels (AGE : acide linoléique et acide alpha-linolénique) dans le lait maternel. Ces acides gras trans sont ensuite retrouvés dans les phospholipides et les triglycérides du plasma des nourrissons allaités au sein (Innis et King, 1999).
Rejoignant les conclusions de cette étude canadienne, des chercheurs de l’université de Maastricht aux Pays-Bas ont montré que la consommation d’acides gras trans semblait être liée à un statut en acides gras poly-insaturés plus bas chez la mère et le nouveau-né.

Autres domaines de recherches de liens physiopathologiques[modifier | modifier le code]

Autisme[modifier | modifier le code]

Ou avec augmentation du risque d'apparition d'autisme, par insuffisance d'oméga 3, particulièrement l'acide alpha-linolénique[31].

Effets de l'hydrogénation industrielle[modifier | modifier le code]

Les effets potentiellement négatifs semblent essentiellement liés à l’acide élaïdique, produit dans l'hydrogénation des huiles végétales[11] et isomère trans de l'acide oléique, qui est naturellement cis.

« On suppose que l'absence d'effet des acides trans chez le ruminant résulterait de la transformation de l'acide vaccénique (C18:1 n-7) en acide linoléique conjugué (ALC) »[11].

Les effets des ALC sur la santé sont encore à l'étude et sont controversés.

Doses et consommations[modifier | modifier le code]

Les effets négatifs des acides gras trans sur la santé sont constatés surtout en Amérique du Nord (États-Unis, Canada : 8-10 g/j en moyenne), qui consomme plus d'aliments industriels que l'Europe du Nord (Pays-Bas, Grande-Bretagne : 3-5 g/j en moyenne), qui en consomme à son tour plus que l'Europe méditerranéenne : Espagne et Grèce (1-2 g/j en moyenne), France (2,7 g/j en moyenne)[32],[12].

Mais, d'après l'AFSSA, les plus grands consommateurs en France de matières grasses[33] absorbent déjà presque 8g/jour d'acide gras trans (2,5 % de l'apport énergétique total), soit presque autant que le Nord-Américain moyen [6].

Mesures de santé publique, prises ou en préparation[modifier | modifier le code]

En 1994, une consultation mixte FAO/OMS d’experts chargés d’examiner le rôle des huiles et des graisses alimentaires dans la nutrition chez l’humain a recommandé que les fabricants d’aliments réduisent les taux d’acides gras trans dans leurs produits[34].

En Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Le Canada a depuis quelques années déclaré la guerre aux graisses trans et a même publié des indications concrètes pour baisser l'utilisation des graisses trans[35]. En 2007, le Canada a adopté une résolution pour interdire l'utilisation d'acides gras trans artificiels (interdiction d'avoir plus de 2 % de gras trans d'origine artificielle), pour devenir le second pays après le Danemark a adopter une telle mesure. Elle devrait être mise en application prochainement[36].

Les autorités sanitaires américaines ont quant à elles lancé une mise en garde officielle début 2005[37].

Pour aller plus loin, suite à une large campagne d'information insuffisamment efficace, la ville de New York a décidé d'interdire les acides gras dans ses 24 000 restaurants, sous peine d'amende : « les autorités de la santé de la ville décident d'obliger les restaurateurs et les chaînes comme McDonald's à éliminer les acides gras insaturés trans de tous leurs produits d'ici au mois de juillet 2008 » [38]. La société McDonald's a assuré qu'elle serait prête pour cette date.

La Californie a légiféré sur le sujet le 25 juillet 2008 : leur usage sera interdit dans les restaurants à partir de 2010 et dans les préparations à emporter à partir de 2011[39]. Les produits emballés demeurent à l'abri de la loi mais toujours soumis aux obligations d'étiquetage.

Il est estimé que l'élimination totale des acides gras trans aux États-Unis permettrait d'éviter de 70 000 à 100 000 décès par an.[réf. nécessaire]

En Europe[modifier | modifier le code]

Un projet de règlement européen sur l'étiquetage nutritionnel est en discussion[Depuis quand ?] [40].

Le Danemark a adopté un décret-loi le 11 mars 2003, disposant « qu’à partir du 1er juin 2003, la teneur en acides gras trans des huiles et des graisses assujetties au décret-loi ne devra pas excéder 2 g par 100 grammes d’huile ou de graisse ». Ce décret-loi ne vise pas les acides gras trans qui existent naturellement (dans les viandes animales ou produits laitiers). Ces acides gras trans ont été essentiellement remplacés par interestérification ou fractionnement de l’huile de palme, une huile qui a une teneur relativement élevée en acides gras saturés, soit environ 50 %[41].

Aux Pays-Bas, la consommation d’acides gras trans a chuté en raison de la publicité concernant leurs effets sur la santé. La teneur en acides gras trans de la margarine de table solide vendue au pays est passée d’un sommet de 50 % dans les années 1980 à moins de 2 % à l’heure actuelle[42].

En 1998, les fabricants français de biscuits et gâteaux se sont engagés à réduire les acides gras « trans » contenu dans leurs recettes. En France, L'AFSSA a en 2005 établi des recommandations (baisser à 1 g pour 100 g de produit commercialisé), et préconisé un étiquetage des acides gras trans[6]. Les industriels ont été invités à limiter les teneurs en acides gras dans de leurs produits (hors viande, lait et produits dérivés). Après la mise en œuvre de travaux de recherches et de développement au niveau des recettes pour modifier les matières grasses utilisées, les dernières données disponibles confirment que plus de 90 % des produits ont une teneur en AGT inférieure à 1 g d’AGT pour 100 g de produit fini[43]. Mais l'idée que les AGT laitiers sont moins mauvais que les AGT industriels est très répandue parmi les représentants de l'Assemblée Nationale[44]. Dans le cadre du Programme national pour l’Alimentation[45], la profession a pris de nouveaux engagements[46] :

  • Consolider et pérenniser les progrès réalisés en matière de réduction des teneurs en AGT supérieure à 100 % des produits avec des teneurs en AGT totaux inférieures à 1g pour 100 g de produit fini d’ici fin 2011 (hors certaines spécialités avec une teneur en beurre supérieure à 20g/100g)
  • Dynamiser l’optimisation de la composition en acides gras saturés (AGS) des produits supérieurs aux valeurs cibles ainsi que la diminution de 5 % de la teneur moyenne en AGS pondérée par les parts de marché en volumes, entre 2008 et fin 2013 (hors produits pur beurre)

En Autriche, le ministre de la santé, Stöger, a annoncé le 8 mars 2009 d'avoir commencé le travail sur une loi qui définit la valeur limite à 2 %. Cela pourrait entrer en vigueur en juin 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Émissions de télévision[modifier | modifier le code]

  • Émission France 2 Envoyé spécial, 13 décembre 2007 :Acides gras trans, le risque invisible, enquête de Frédéric Boisset, William Reymond et Luc Hermann, situation en France, ainsi qu'aux États-Unis, dans la ville de New York, chez Mac Donald's, mais pas au Danemark qui les a interdits et remplacés dès 2003. L'enquête n'évoque pas les acides gras trans obtenus par simple cuisson.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les graisses hydrogénées, 14 janvier 2009
  2. Les huiles végétales naturelles ne contiennent généralement pas d'acides gras trans, mais seulement des acides gras cis.
  3. [PDF] Conseil de l'Union européenne, Questions et réponses sur les nouvelles règles de l'UE en matière d'étiquetage des denrées alimentaires, Bruxelles, 19 juin 2011, 14463/11 PRESSE 319, p. 2
  4. Second Phase of Trans Fat Regulation Takes Effect July 1, 2008
  5. L'État de Californie bannit les gras trans de ces restaurants, 25 juillet 2008
  6. a, b, c et d Agence française de sécurité sanitaire des aliments, Afssa, Risques et bénéfices des acides gras trans apportés par les aliments - Recommandations, avril 2005
  7. a et b Rapport du ministère français de la Santé : Pour une politique nutritionnelle de santé publique en France, juin 2000
  8. a et b Hu F.B., Stampfer M.J., Manson J.E., « Dietary fat intake and the risk of coronary heart disease in women », N Engl J Med, 1997, 337:1491-1499
  9. a et b Enquête E3N ayant porté sur 100 000 femmes en France, menée depuis 1995 par l'Inserm en partenariat avec la Mutuelle générale de l'Éducation nationale (MGEN)
  10. New York City passes trans fat ban
  11. a, b et c Brochure Viande et santé humaine de l'Association Royale des Ingénieurs, issue de la Faculté des Sciences Agronomiques de Gembloux, en Belgique, page 14
  12. a et b (fr) Nicole Combe, Armelle Judde, Carole Boue, Claude Billeaud, Bernard Entressangles, Dominique Dallay, Jean-Noël Leng, Jean-Claude Baste, « Composition en acides gras trans du tissu adipeux d’une population française et origines alimentaires de ces acides gras trans », Oléagineux, Corps Gras, Lipides, Vol. 5(2): 142-148, 1998.
  13. Graisses du lait et athérosclérose, Pr Olivier Ziegler
  14. (en) Jean-Michel Chardigny, Frederic Destaillats, Corinne Malpuech-Brugere, Julie Moulin, Dale E Bauman, Adam L Lock, Dave M Barbano, Ronald P Mensink, Jean-Baptiste Bezelgues, Patrice Chaumont, Nicole Combe, Isabelle Cristiani, Florent Joffre, J Bruce German, Fabiola Dionisi, Yves Boirie et Jean-Louis Sebedio, « Do trans fatty acids from industrially produced sources and from natural sources have the same effect on cardiovascular disease risk factors in healthy subjects? Results of the trans Fatty Acids Collaboration (TRANSFACT) study », Am J Clin Nutr, vol. 87, no 3,‎ 2008, p. 558-566 (lire en ligne)
  15. (en) Annie Motard-Bélanger, Amélie Charest, Geneviève Grenier, Paul Paquin, Yvan Chouinard, Simone Lemieux, Patrick Couture et Benoît Lamarche, « Study of the effect of trans fatty acids from ruminants on blood lipids and other risk factors for cardiovascular disease », Am J Clin Nutr, vol. 87, no 3,‎ 2008, p. 593-599 (lire en ligne)
  16. (en) Walter Willett et Dariush Mozaffarian, « Ruminant or industrial sources of trans fatty acids: public health issue or food label skirmish? », Am J Clin Nutr, vol. 87, no 3,‎ 2008, p. 515-516 (lire en ligne)
  17. Si l'hydrogénation est totale, alors la majeure partie des acides gras sont saturés. Mais des AG trans peuvent subsister.
  18. (fr) Agence française de sécurité sanitaire des aliments, « Afssa, Risques et bénéfices des acides gras trans apportés par les aliments - Recommandations », avril 2005. Tableau en page 54.
  19. a et b (fr) (en) Autorité européenne de sécurité des aliments, « Avis du groupe scientifique sur les produits diététiques, la nutrition et les allergies sur une question de la Commission relative à la présence d’acides gras trans dans les aliments et aux effets sur la santé humaine de la consommation d’acides gras trans », Question n° EFSA-Q-2003-022, juillet 2004
  20. Des acides gras pour lubrifier les neurones
  21. Les acides gras essentiels Oméga-3 et Oméga-6
  22. Les acides gras essentiels
  23. Consultations en nutrition
  24. Dietary Fat Intake and the Risk of Depression: The SUN Project Almudena Sa´nchez-Villegas, Lisa Verberne, Jokin De Irala, Miguel Ruı´z-Canela, Estefanı´a Toledo, Lluis Serra-Majem, Miguel Angel Martı´nez-Gonza´ lez PLoS ONE: Dietary Fat Intake and the Risk of Depression: The SUN Project
  25. Ruminant or industrial sources of trans fatty acids: public health issue or food label skirmish? Walter Willett and Dariush Mozaffarian Ruminant or industrial sources of trans fatty acids: public health issue or food label skirmish?
  26. Size and burden of mental disorders in Europe—a critical review and appraisal of 27 studies - Hans-Ulrich Wittchena, Frank Jacobib Size and burden of mental disorders in Eupe
  27. a et b Tina K Jensen a al. (2012) High dietary intake of saturated fat is associated with reduced semen quality among 701 young Danish men from the general population (résumé)
  28. a, b et c Jorge E. Chavarro & al. (2014) Trans fatty acid intake is inversely related to total sperm count in young healthy men Hum. Reprod. (2014) 29 (3): 429-440, mis en ligne 2014-01-12
  29. a et b Hornstra, Gerard (2000) Essential fatty acids in mothers and their neonates ; Am J Clin Nutr May 2000 vol. 71 no. 5 1262s-1269s (résumé)
  30. Programme mixte FAO/OMS sur les normes alimentaires, CX/NFSDU 04/11, juillet 2004
  31. Autisme et TED, Acides gras essentiels
  32. Graisses du lait et athérosclérose, Pr Olivier ZIEGLER
  33. dont environ 10 % des garçons de 12-14 ans, qui sont la classe de population française la plus exposée à une surconsommation d'acide gras trans
  34. FAO/OMS. Les graisses et huiles dans la nutrition humaine. Rapport d’une consultation mixte d’experts, Rome, 19-26 octobre 1993. Étude FAO alimentation et nutrition; 57, 1994. Méthodes et moyens pour réduire ou éliminer les gras trans dans les aliments
  35. Santé Canada, « Évaluation des substituts actuellement disponibles et des substituts possibles aux huiles et aux graisses partiellement hydrogénées », mise à jour du 26 juin 2006
  36. Projet de loi C-220, www2.parl.gc.ca
  37. passeportsante.net, « Acides gras trans : Washington serre la vis », d'après le Washington Post du 28 mai 2003.
  38. « La ville de New York en croisade contre les acides gras insaturés trans », , Les Échos, 7 décembre 2006.
  39. « California Bars Restaurant Use of Trans Fat », , NY Times, 26 juillet 2008.
  40. Questions - réponses sur les acides gras trans, Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA)
  41. Les graisses trans (issues d’hydrogénation industrielle), véritable danger de santé publique !
  42. Les gras trans : le fardeau pour la santé
  43. AFSSA 2009, rapports sectoriels Biscuits et Gâteaux
  44. PROPOSITION DE LOI visant à rendre obligatoire la mention de la présence d’acides gras « trans » d’origine industrielle sur l’étiquetage des produits alimentaires, archive Wikiwix.
  45. Alimentation.gouv.fr
  46. La Collective Biscuits et Gâteaux conclut la première charte PNA Agraalimentation.fr, 13 octobre 2011