Acide chloraurique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Acide chloraurique
Tetrachloridoaurat-Ion.svgH+.svg
Structure de l'acide chloraurique
Identification
Nom IUPAC acide tétrachloraurique
Synonymes

acide aurique
chlorhydrate du trichlorure d'or

No CAS 16903-35-8
No EINECS 240-948-4
PubChem 28133
SMILES
InChI
Apparence cristal hygroscopique en forme d'aiguilles, jaune citron
Propriétés chimiques
Formule brute HAuCl4
Masse molaire[1] 339,787 ± 0,008 g/mol
H 0,3 %, Au 57,97 %, Cl 41,74 %,
pKa acide fort
Propriétés physiques
fusion 30 °C (trihydrate) [2]
ébullition 200 °C (décomposition)[2]
Solubilité 150 g·l-1 (eau, 20 °C, trihydrate)[2]
Masse volumique 3,9 g·cm-3 (trihydrate, 20 °C)[2]
d'auto-inflammation non-combustible
Précautions
Directive 67/548/EEC[2]
Corrosif
C



Transport[2]
88
   3260   
SGH[3]
SGH05 : Corrosif
Danger
H302, H314, H317, P280, P305, P310, P338, P351,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'acide chloraurique ou acide tétrachloraurique est un composé inorganique de formule HAuCl4, et est donc principalement constitué d'or et de chlore. Il est avant tout utilisé comme précurseur de l'or.

Production et synthèse[modifier | modifier le code]

La préparation la plus simple de l'acide chloraurique est la dissolution de l'or dans l'eau régale (mélange d'acide chlorhydrique et d'acide nitrique, une des rares solutions à pouvoir dissoudre l'or).

Un autre méthode consiste à faire réagir le chlorure d'or(III) avec l'acide chlorhydrique :

\mathrm{AuCl_3 + HCl \longrightarrow HAuCl_4}

Propriétés physico-chimiques[modifier | modifier le code]

L'acide chloraurique cristallise en longues aiguilles jaune citron, qui se dissolvent facilement dans l'eau ou l'éthanol[4] Dans l'eau, l'acide chloraurique, qui perd son proton, a une géométrie de type carré plan (AX4E2). Il est un précurseur d'autres complexes aurifères.

Utilisation[modifier | modifier le code]

L'acide chloraurique est utilisé comme électrolyte dans le procédé Wohlwill de raffinage de l'or.

Comme le sel le plus commun de l'or, le chlorure d'or(III), il a de nombreuses applications de niche et est largement étudié dans la recherche. Il est par exemple, assez rarement, utilisé pour déposer des particules d'or sous la peau dans l'art corporel. Il est aussi utilisé en photographie comme bain de virage, pour donner une teinte dorée à la photo.

L'or colloïdal et les nanoparticules d'or sont produites en général dans une solution (« méthodes chimiques liquides ») par réduction de l'acide chloraurique par le sulfure de sodium, bien que des méthodes alternatives existent, comme la réaction de Norrish.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a, b, c, d, e et f Entrée du numéro CAS « 16903-35-8 » dans la base de données de produits chimiques GESTIS de la IFA (organisme allemand responsable de la sécurité et de la santé au travail) (allemand, anglais), accès le 30/09/09 (JavaScript nécessaire)
  3. SIGMA-ALDRICH
  4. (de) Goldverbindungen. In: Roempp Chemie Lexikon, Thieme Verlag, 2008, online