Acide 3-méthylbutanoïque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
acide isovalérique
Acide 3-méthylbutanoïque
Identification
Nom IUPAC acide 3-méthylbutanoïque
Synonymes

acide isopentanoïque
acide isovalérianique

No CAS 503-74-2
No EINECS 207-975-3
PubChem 10430
FEMA 3102
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C5H10O2  [Isomères]
Masse molaire[1] 102,1317 ± 0,0053 g/mol
C 58,8 %, H 9,87 %, O 31,33 %,
pKa 4.77 (20 °C)
Propriétés physiques
fusion -35 °C
ébullition 176 °C
Solubilité 25 g·l-1 (eau, 20 °C)
Masse volumique 0,937 g·cm-3 (15 °C)[2]
Point d’éclair 70 °C
Pression de vapeur saturante 0,44 mmHg (25 °C)
Thermochimie
Cp
Propriétés optiques
Indice de réfraction n^{ 22,4 }_{  }  1,4018 [2]
Précautions
Directive 67/548/EEC
Toxique
T
Corrosif
C



NFPA 704

Symbole NFPA 704

SIMDUT[4]

Produit non classifié
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L’acide 3-méthylbutanoïque ou acide isovalérianique (terme plus spécifiquement francophone) ou acide isovalérique (terme international) est un acide carboxylique à 5 atomes de carbone, c'est donc un isomère de l'acide pentanoïque.

C'est aussi un marqueur chimique (probablement assimilable à une phéromone, non démontré) présent dans les urines du chat. Ce composé sert au marquage du territoire de l'animal. Présent chez les deux sexes, la quantité de molécules excrétée par le mâle est supérieure à celle de la femelle. Ceci est responsable de l’odeur caractéristique, plus ou moins soutenue selon le sexe.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Unité de Physiologie, ENV Nantes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a et b (en) J. G. Speight, Norbert Adolph Lange, Lange's handbook of chemistry, McGraw-Hill,‎ 2005, 16e éd., 1623 p. (ISBN 0-07-143220-5), p. 2.289
  3. (en) Carl L. Yaws, Handbook of Thermodynamic Diagrams, vol. 2, Huston, Texas, Gulf Pub. Co.,‎ 1996 (ISBN 0-88415-858-6)
  4. « Acide isopentanoïque » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 25 avril 2009