Achille Luchaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Luchaire.
Achille Luchaire

Denis Jean Achille Luchaire, né le 4 octobre 1846 à Paris où il est mort le 13 novembre 1908, est un historien médiéviste et philologue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études au lycée Saint-Étienne de Lyon, puis au lycée Henri-IV de Paris et à l'École normale supérieure. Agrégé d'histoire en 1869 et docteur ès lettres en 1877, il est professeur d'histoire au lycée de Pau, puis au lycée et à la faculté des lettres de Bordeaux. À partir de 1883, il enseigne à la Sorbonne, où il est chargé de cours sur les sciences auxiliaires de l'histoire et où il supplée puis remplace Fustel de Coulanges pour l'histoire du Moyen Âge. Il est élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1895[1].

Après avoir commencé sa carrière avec une thèse sur Alain d'Albret, suivie de travaux de philologie sur la langue basque et le gascon, il se consacre entièrement à l'histoire du Moyen Âge. La publication en 1883 et 1885 de l'Histoire des institutions monarchiques de la France sous les premiers Capétiens établit sa réputation d'historien. Louis Halphen écrit à son propos :

« Cet ouvrage suffit à le classer d'emblée au premier rang. Avec une remarquable sûreté de jugement et un sens pénétrant des réalités historiques, il y faisait justice des idées erronées encore admises alors par presque tous les historiens sur l'avènement de la dynastie capétienne, sur la nature de l'autorité exercée par Hugues Capet et ses premiers successeurs et sur le rôle qu'ils avaient joué dans la société féodale et ecclésiastique du XIe et du XIIe siècle. Sans esquiver aucune des difficultés du sujet, mais sans pédantisme, sans lourdeur, il apportait sur la fondation du pouvoir monarchique à cette époque une doctrine claire, cohérente, pour laquelle il avait su utiliser avec art un ensemble considérable de textes en grande partie inédits[2]. »

Ses ouvrages ultérieurs, ainsi que ses contributions à l’Histoire de la France au Moyen Âge, dirigée par Ernest Lavisse, et à L'Histoire de France racontée par les contemporains, dirigée par Paul-Louis-Berthold Zeller, sont également très remarqués. Le dernier volume de sa série d'ouvrages sur le pape Innocent III, paru quelques jours avant sa mort, est récompensé par le prix Jean Reynaud. Au sujet de son enseignement, Louis Halphen écrit :

« ...il fut un de ceux qui s'employèrent avec le plus de suite et le plus de succès à introduire dans nos Facultés les méthodes critiques et les habitudes de précision rigoureuse qui trop longtemps étaient restées l'apanage de l'École des chartes et l'École des hautes études. Il se faisait de son métier une idée très haute : « L'idéal du professeur, disait-il en 1890, j'entends de celui qui est un savant et veut exercer autour de lui une action profitable au progrès de la science, c'est de former le plus grand nombre possible d'esprits capables de recevoir et de communiquer aux autres sa tradition. L'influence dont il jouit personnellement, la part qu'il prend à la recherche et à la découverte de la vérité, l'utilité de ses propres travaux se trouvent grandies et décuplées par les efforts de ceux qui étudient sous sa direction. Rien n'est donc plus désirable que de faire école. »[3] »

Une rue du 14e arrondissement de Paris porte son nom.

Famille[modifier | modifier le code]

Il épousa Alphonsine Philippines Virginie Zeller, fille de l'historien Jules Zeller. Il eut deux fils, l'historien et écrivain Julien Luchaire, père du journaliste et homme politique Jean Luchaire et grand-père de l'actrice Corinne Luchaire, et Maurice Luchaire, sous-préfet de Cherbourg de 1927 à 1940 et père du constitutionnaliste François Luchaire. Il travailla étroitement avec son beau-frère Berthold Zeller.

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Alain le Grand, sire d'Albret. L'Administration royale et la Féodalité du Midi (1440-1522), Paris, Librairie Hachette et Cie, 1877. Réédition : Slatkine, Genève, 1974. [lire en ligne]
  • Les Origines linguistiques de l'Aquitaine (1877)
  • Études sur les idiomes pyrénéens de la région française (1879). Réédition : Slatkine, Genève, 1973.
  • Recueil de textes de l'ancien dialecte gascon d'après les documents antérieurs au XIVe siècle, suivi d'un glossaire (1881)
  • Philippe-Auguste, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1884. [lire en ligne]
  • Histoire des institutions monarchiques de la France sous les premiers Capétiens (987-1180) (2 volumes, 1883)
  • Histoire des institutions monarchiques de la France sous les premiers Capétiens, mémoires et documents. Études sur les actes de Louis VII (1885)
  • Les Communes françaises à l'époque des Capétiens directs, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1890. Réédition : Slatkine, Genève, 1977. [lire en ligne]
  • Louis VI le Gros, annales de sa vie et de son règne (1081-1137), avec une introduction historique, Paris, Alphonse Picard éditeur, 1890. Réédition : Mégariotis, Genève, 1979. [lire en ligne]
  • Manuel des institutions françaises : période des Capétiens directs (1892). Réédition : Mégariotis, Genève, 1979. [lire en ligne]
  • L'Université de Paris sous Philippe-Auguste, Paris, A. Chevalier-Marescq et Cie éditeurs, 1899. [lire en ligne]
  • Étude sur quelques manuscrits de Rome et de Paris (1899) [lire en ligne]
Les Œuvres de Suger. La Chronique de Morigni. Le Fragment de l'histoire d'Anjou, attribuée à Foulque le Réchin. Les Annales de Jumièges. Un cartulaire de Saint-Vincent de Laon. Un manuscrit de Soissons. Les Miracula sancti Dionysii. Les Recueils épistolaires de l'abbaye de Saint-Victor.
  • Les Premiers Capétiens : 987-1137 (1901) [lire en ligne]
  • Innocent III, Rome et l'Italie, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1904. [lire en ligne]
  • Innocent III et la croisade des Albigeois, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1905. [lire en ligne]
  • Innocent III, la papauté et l'empire, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1906. [lire en ligne]
  • Innocent III, la question d'Orient, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1907. [lire en ligne]
  • Innocent III, les royautés vassales du Saint-Siège, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1908. [lire en ligne]
  • Innocent III, le concile de Latran et la réforme de l'Église : avec une bibliographie et une table générale des six volumes (1908)
  • La Société française au temps de Philippe-Auguste, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1909. Réédition : Slatkine, Genève, 1974. Texte en ligne
  • Philippe Auguste et son temps, J. Tallandier, Paris, 1980. Extrait de l’Histoire de la France au Moyen âge dirigée par Ernest Lavisse. Texte en ligne

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Le parcours d'Achille Luchaire est retracé ici d'après la notice anonyme parue dans la Revue des études historiques, 75e année, 1909, p. 107.
  2. Louis Halphen, Revue historique, tome centième, janvier-avril 1909, p. 441.
  3. Ibid., p. 443. La citation d'Achille Luchaire provient de la Leçon d'ouverture de M. le professeur Luchaire du 10 janvier 1890, Histoire du Moyen Âge. Faculté des lettres de Paris, Delalain, Paris, s.d.