Achieng' Oneko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Achieng' Oneko
Fonctions
ministre de l'Information, de la radiodiffusion et du tourisme du Kenya
19641966
Président Jomo Kenyatta
Prédécesseur aucun
parlementaire
19921997
Président Daniel Arap Moi
Biographie
Nom de naissance Ramogi Achieng' Oneko
Date de naissance 1920
Lieu de naissance Tieng'a, Région de Nyanza, (Colonie et protectorat du Kenya)
Date de décès 9 juin 2007 (âge 87)
Lieu de décès Kunya, province de Nyanza, (Kenya)
Nationalité Drapeau : Kenya Kényan
Parti politique Ford-Kenya (FK) (1992-2007)
Kenya People's Union (KPU) (1966-1982)
Kenya African National Union (KANU) (1960-1966)
Conjoint 1. Jedida (morte en 1992)
2. Loice Anyango
Enfant(s) sept fils et quatre filles

Achieng' Oneko

Ramogi Achieng' Oneko[1] (1920 - 2007) était un combattant luo luttant pour l'indépendance du Kenya et, par la suite, un politicien. Dans son pays, il est considéré comme un héros national.

Jeunes années[modifier | modifier le code]

Il naît, en 1920, dans le village de Tieng'a situé dans l'actuel district de Rarieda au sud de Bondo dans la province de Nyanza.

Après sa scolarité primaire, il suit les cours de la Maseno School de Maseno.

Arrestation[modifier | modifier le code]

Achieng' Oneko est l'un des six combattants pour l'indépendance arrêtés dans la nuit du 20 au 21 octobre 1952 puis jugés coupables en avril 1953 et, finalement, enfermés sous l'ordre du Gouverneur britannique Evelyn Baring dans la petite ville de Kapenguria[2] (au nord-est de Kitale). Les autres membres du groupe, connus sous le nom de « Kapenguria six », sont Jomo Kenyatta, Paul Ngei, Bildad Kaggia, Kungu Karumba et Fred Kubai. Ils sont soupçonnés d'être liés au mouvement de rébellion des Mau Mau[3]. Ils ne sont libérés, en premier lieu Kenyatta et les autres un peu plus tard, qu'en 1961 sous la pression du parti politique du KANU emmené par Oginga Odinga et Tom Mboya, soit neuf ans plus tard et deux ans avant que le Kenya ne soit un État indépendant.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Lors des premières élections nationales tenues après l'indépendance en 1963, Achieng' Oneko obtient le siège de représentant pour la circonscription électorale de Nakuru. Jomo Kenyatta, investit en tant que premier président du Kenya, nomme Oneko comme ministre de l'Information, de la radiodiffusion et du tourisme.

Cependant, en 1966, il remet sa démission au gouvernement et rejoint le nouveau parti politique du KPU (Kenya People's Union) créé par son camarade Oginga Odinga. En 1969, tous deux sont arrêtés par Kenyatta. Les émeutes de Kisumu qui suivent cet évènement font 11 tués et des douzaines de blessés[4]. Oneko est libéré en 1975 soit 3 ans avant son ami Odinga.

Après presque 20 ans d'absence, Oneko, en même temps qu'Odinga, revient à la politique active en 1992. Il est élu comme parlementaire représentant la, nouvellement créée, circonscription électorale de Rarieda aux premières élections multipartites du Kenya. Il représente le FK (Ford-Kenya), présidé par Odinga. Cependant, au élections de 1997, il perd son siège de parlementaire et se retire de la vie politique active.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Achieng' Oneko meurt d'une crise cardiaque le 9 juin 2007, à l'âge de 87 ans, dans sa maison de Kunya-Rarieda dans l'actuel district de Rarieda. Il laisse une veuve Loice Anyango (sa précédente épouse Jedida était décédée en 1992). Il a sept fils et quatre filles. À son décès, Oneko était le dernier survivant du « Kapenguria six ». Au Kenya, le 20 octobre est un jour férié (Mashujaa Day). Il commémore à la fois les héros morts pour l'indépendance du Kenya et la date de l'arrestation des six indépendantistes.

Mémoire[modifier | modifier le code]

  • l'endroit, à Kapenguria, où il fut enfermé avec ses cinq compagnons est devenu un musée national (Kapenguria Museum) ;
  • une rue porte son nom à Kisumu (Achieng' Oneko Road).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En langue luo, les prénoms « Ochieng'  » (pour un garçon) et « Achieng'  » (pour une fille) signifiants « né un jour de plein soleil » prend toujours une apostrophe en terminaison. Le fait que le 2e prénom d'Oneko soit un prénom féminin signifie soit qu'il est le 1er garçon né après une série de filles, soit qu'il est prénommé en l'honneur d'une aïeule (vraisemblablement sa grand-mère).
  2. Le musée national de Kapenguria [(en) lire en ligne]
  3. L'insurrection des Mau Mau [(en) lire en ligne]
  4. Daily Nation, The incident that transformed Kenya into a de facto one-party state, article du 23 octobre 2009 par Gekara Emeka-Mayaka [(en) lire en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]