Acheta domestica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grillon domestique

Le grillon domestique (Acheta domestica) est une espèce d'orthoptères appartenant à la famille des Gryllidae. On le rencontre dans toute l'Europe occidentale où il ne peut durablement se maintenir que dans les habitations ou dans des stations du métro[1].
Cet animal de taille modeste (de 16 à 20 mm) est de couleur marron clair tirant sur le brun sur le dessus. Les femelles se distinguent des mâles par la présence d'un oviscapte, tube long et fin à l'arrière de l'abdomen qui sert à déposer les œufs dans le sol.


Comportement[modifier | modifier le code]

Originaire semble-t-il d’Afghanistan, le grillon dit domestique arrive en Europe au Moyen Âge, probablement apporté par le commerce des épices. Recherchant la chaleur, son refuge privilégié dans les régions les plus septentrionales est initialement les fours à bois des boulangers puis avec leur disparition, les maisons et les voies ferrées du métro, notamment celles du métro parisien[2].

Le grillon domestique vit principalement le jour, durant lequel il profite de la chaleur. Il peut tout de même être actif en début et fin de nuit, surtout quand les températures sont élevées.
Il creuse des galeries dans la terre où il se réfugie en cas de danger.

Cette espèce – comme la plupart des grillons – se nourrit principalement d'herbes mais est opportuniste et peut consommer à peu près tous les aliments. Les combats entre mâles sont fréquents.

Reproduction[modifier | modifier le code]

La reproduction se déroule dès le printemps, et se poursuit durant tout l'été, les femelles étant en mesure de pondre de nombreuses fois.

Les mâles attirent les femelles en stridulant, un son produit par le frottement de leurs ailes (élytres). Elles pondent de nombreux œufs dans la terre humide.

Les petits sont identiques aux adultes, et mesurent moins d'un millimètre. Ils grandissent rapidement pour atteindre leur taille adulte au bout d'environ deux semaines. Cette croissance passe par des mues successives, lors desquelles l'animal sort de son ancienne carapace chitineuse. Il est alors mou et très vulnérable durant le temps que met la chitine pour durcir.
Ces grillons peuvent vivre plus d'un mois.

Élevage[modifier | modifier le code]

Cette espèce est fréquemment élevée commercialement pour servir de base à l'alimentation de nombreux insectivores, les reptiles en particulier.

Disparition[modifier | modifier le code]

Le grillon traditionnellement présent dans le métro parisien a tendance à disparaître[réf. nécessaire]. Selon une association constituée en 1992, la Ligue de protection des grillons du métro parisien (LPGMP), cette disparition est provoquée par le remplacement du ballast par des poutres en béton, mais aussi par les grèves des conducteurs qui feraient chuter la température[3]. Aux côtés d'une amicale parlementaire pour le soutien aux grillons du métro, la LPGMP dénonce aussi la loi Évin, interdisant de fumer dans le métro, qui aurait privé le grillon d'une « importante source de nourriture, le mégot de cigarette »[réf. nécessaire]. Mais selon des entomologistes, il est peu probable que les grillons se nourrissent de bouts d'acétate de cellulose (un plastique industriel) imprégnés de nicotine (un violent poison pour les insectes). Certains commentateurs ont d'ailleurs fait remarquer que la protection du grillon pouvait n'être qu'un prétexte pour s'opposer aux grèves des cheminots et pour réclamer la fin de l'interdiction de fumer dans les lieux publics[4]. Ce que reconnaissent d'ailleurs volontiers certains des fondateurs de l'amicale parlementaire[5].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gilbert et Julien Cousteaux, « Les grillons », Insectes, no 129,‎ février 2003, p. 29 (lire en ligne)
  2. Gilbert et Julien Cousteaux, op. cité, p. 28
  3. « Pourquoi n’entend-on presque plus de grillons dans le métro parisien ? », sur labelleecole.fr,‎ 9 novembre 2012
  4. David Dufresne, « De la sifflette », Libération,‎ 3 mars 1995 (lire en ligne)
  5. Marie-Thérèse Guichard, « Croisade pour les grillons », Le Point,‎ 3 juin 1995 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :