Accouchement dans l'eau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'accouchement dans l'eau est une manière de donner naissance impliquant l'immersion de la mère en travail dans un bassin d'eau chaude. Les défenseurs de la méthode pensent que c'est sécuritaire et qu'il y a de nombreux avantages autant pour la mère que pour le fœtus, incluant une diminution des traumatismes de la naissance. Les critiques, eux, pensent que la procédure introduit des risques inutiles au fœtus tel que des infections ou l'ingestion d'eau.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est durant les années 1960 que le chercheur soviétique Igor Borisovich Charkovsky développa le concept et entreprit la réalisation de naissances sous l'eau à l'image des dauphins.

Peu après l'obstétricien français Frédérick Leboyer développa la pratique de l'immersion du nouveau-né afin de faciliter l'adaptation au monde extérieur tentant ainsi de réduire le traumatisme de la naissance.

Michel Odent poursuivit ces expériences en utilisant cette fois l'eau chaude d'une piscine afin de soulager la mère pendant le travail, la chaleur et la flottabilité réduisant la douleur et augmentant la détente. Comme certaines mères se refusaient ensuite à sortir du bain afin d'accoucher en plateau technique, l'idée de faire naître un bébé sous l'eau germa naturellement car il n'y avait pas de contre-indication fondemmentale, le nouveau-né ne respirant pas en milieu amniotique, liquide également. La clinique de Pithiviers fut ainsi la maternité pilote en France et des milliers de femmes ont ainsi put accoucher sous l'eau. Cette pratique s'est ensuite répandue dans tous les pays du monde.

En 2008, les hôpitaux d’Irlande ont interdit les naissances en piscine, après qu’un bébé soit mort après sa naissance en piscine[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Water birth » (voir la liste des auteurs)

  1. (en) « Water births put on hold after death », The Irish Independent,‎ 16 juin 2008 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]