Accord sur la conservation des albatros et des pétrels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'accord sur la conservation des albatros et des pétrels est un traité international juridiquement contraignant signé en 2001. Il a été élaboré pour enrailler le déclin des populations d'oiseaux de mer dans l'hémisphère sud, en particulier les albatros et les pétrels, particulièrement menacé d'une part par les espèces introduites par l'homme sur leurs sites de reproductions d'autre part par la pollution et la pêche à la palangre pour laquelle la Birdlife international[réf. nécessaire] évalue à environ 300 000 le nombre des oiseaux pris par an. L'accord exige que des mesures soient prises par les gouvernements signataires pour réduire les prises de pêche, la protection des colonies de reproduction et de contrôle ou l'élimination des espèces introduites.

Signature[modifier | modifier le code]

L'accord est le résultat de deux réunions, la signature de l'accord s'est faite à Canberra, en juin 2001 par 11 pays. L'accord est rentré en vigueur le 1. Le secrétariat est situé à Hobart, en Australie. Les pays suivants l'Australie (2001), l'Équateur (2003), la Nouvelle-Zélande (2001), l'Espagne (2003), l'Afrique du Sud (2003), la France (2005), le Pérou (2005), le Royaume-Uni ( 2004), le Chili (2005), l'Argentine (2006) et la Norvège (2007) l'ont ratifié. Le Brésil ne l'a toujours pas ratifié.

Albatross Task Force[modifier | modifier le code]

L'Albatross Task Force (ATF) est un groupe de travail sur les albatros qui publie annuellement un rapport sur la situation des oiseaux marins. Ce groupe est dirigé par la BirdLife International avec le soutien de la Royal Society for the Protection of Birds. Il cherche à trouver, en collaboration avec les pêcheurs à la palangre, une solution contre la prise accidentelle des oiseaux. Quatre pays membres de l'ACP accueillent l’ATF, le Brésil, le Chili, l'Afrique du Sud. En outre le groupe travaille avec des pays n'en faisant pas partie comme la Namibie et l'Uruguay. Le Pérou et l'Équateur, membres de l'ACP, pourrait prochainement accueillir l'ATF[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • ACAP
  • rapport de l'Albatross Task Force
  • (en) Brothers NP, « Albatross mortality and associated bait loss in the Japanese longline fishery in the southern ocean », dans Biological Conservation, 1991, 55, p. 255-268

Notes[modifier | modifier le code]

  1. ACCORD SUR LA CONSERVATION DES ALBATROS ET DES PÉTRELS - Rapport annuel 2007 de l’Albatross Task Force