Accord Haavara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'accord Haavara (en hébreu הסכם העברה, Heskem Haavara, littéralement « accord de transfert ») est un accord signé le 25 août 1933 après trois mois de négociations entre la Fédération sioniste d'Allemagne, la Banque anglo-palestinienne (sous les ordres de l'Agence juive, une agence exécutive officielle en terre palestinienne) et les autorités économiques du régime de l'Allemagne nazie.

L'accord a été conçu pour faciliter l'émigration des Juifs allemands vers la Palestine. Aidant les Juifs à émigrer, il les force à abandonner la plupart de leurs possessions à l'État allemand avant le départ. Ces actifs, selon l'accord, pouvaient être obtenus plus tard, en les transférant en Palestine comme biens d'exportation allemands. Les accords fonctionneront jusqu'en 1942.

Hanotea[modifier | modifier le code]

Hanotea (en hébreu : הנוטע), une société sioniste de plantation d'agrumes, fit la demande en mai 1933 de transfert de capitaux en provenance de l'Allemagne nazie vers la Palestine. Hanotea, faisant partie du mouvement sioniste, servit ainsi à aider l'immigration des juifs allemands en Palestine. Selon un accord négocié avec le gouvernement allemand, Hanotea devait prendre l'argent des immigrants potentiels et le transférer sur un compte bloqué afin l'utiliser pour acheter des marchandises allemandes (bois de construction, des automobiles, des machines agricoles). Ces biens étaient alors livrés à la Palestine, en même temps que des Juifs allemands pouvaient y émigrer. En Palestine, des importateurs devaient alors acheter les biens des immigrés, afin de liquider leurs investissements, en contrepartie le régime nazi à travers cet accord pouvait contourner l'embargo britannique. Cet arrangement fonctionna avec succès et ouvrit ainsi la voie à l'accord Haavara. Le promoteur de l'accord Hanotea était un sioniste polonais, Sam Cohen. Celui-ci représenta les intérêts sionistes dans la négociation directe avec l'État allemand à partir de mars 1933.

L'accord Haavara[modifier | modifier le code]

L'accord Haavara (de Transfert) a été accepté par le gouvernement allemand de Hitler en 1933 pour permettre au mouvement sioniste, sous la forme de la société Hanotea, de transférer des biens d'Allemagne vers la Palestine, dans le seul but d'encourager l'émigration juive d'Allemagne. La société Haavara travailla sous un régime semblable à celui de l'entreprise Hanotea. Elle exigea que les immigrants paient au moins 1 000 livres sterling dans l'entreprise bancaire. Cet argent était alors utilisé pour acheter des biens d'exportation allemands pour l'importation vers la Palestine.

L'accord Haavara a été pensé dans certains cercles comme un moyen possible de débarrasser le pays de sa supposée « question juive ». Le chef de la division Moyen-Orient du ministère des Affaires étrangères, Werner Otto von Hentig, a soutenu la politique de concentration des Juifs en Palestine et la création d'un État juif. Hentig croyait que si la population juive était concentrée dans une seule entité étrangère, alors la politique étrangère diplomatique et de confinement des Juifs deviendrait plus facile. Le soutien d'Hitler à l'Accord Haavara varia tout au long des années 1930. Initialement, il critiqua l'accord, mais peu après changea d'avis, et le soutiendra, en dépit d'oppositions jusqu'en 1939.

Après l'invasion de la Pologne et le commencement de la Seconde Guerre mondiale en 1939, la poursuite pratique de l'accord Haavara devint impossible. En 1940, des représentants de l'underground du groupe sioniste Léhi rencontrèrent Hentig afin de proposer directement une coopération militaire avec les nazis et accélérer le transfert des juifs d'Europe vers la Palestine. Cette proposition, toutefois, ne produisit pas de résultats.

Sur 500 000 Juifs allemands et 200 000 autrichiens, seulement 50 000 émigrent en Palestine conformément à cet accord.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Valla, Le Pacte germano-sioniste, La Librairie nationale, 2001
  • Jacques Attali, Les Juifs, le monde et l'argent, Éditions Fayard, p.607
  • Tom Segev, Le Septième million, les Israéliens et le Génocide, Éditions Liana Levi, 1993
  • Eliahu Ben Elissar, La Diplomatie du IIIe Reich et les Juifs 1933-1939, Julliard, 1969
  • Edwin Black, The Transfer Agreement: The Dramatic Story of the Pact Between the Third Reich and Jewish Palestine, New York: Macmillan, 1984.

Liens[modifier | modifier le code]