Accident ferroviaire de 2004 au Sri Lanka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Accident ferroviaire de 2004 au Sri Lanka
Image illustrative de l'article Accident ferroviaire de 2004 au Sri Lanka
Caractéristiques de l'accident
Date 26 décembre 2004
Site Peraliya, Hikkaduwa, Drapeau du Sri Lanka Sri Lanka
Morts inconnu, au moins 1 700
Blessés plus de 100
Caractéristiques de l'appareil
Compagnie Sri Lanka Railways (en)
Nº d'identification 8050
Localisation
Coordonnées 6° 10′ 08″ N 80° 05′ 28″ E / 6.169, 80.091 ()6° 10′ 08″ Nord 80° 05′ 28″ Est / 6.169, 80.091 ()  

Géolocalisation sur la carte : Sri Lanka

(Voir situation sur carte : Sri Lanka)
Accident ferroviaire de 2004 au Sri Lanka

L'accident ferroviaire de 2004 au Sri Lanka s'est produit le 26 décembre 2004, à la suite du séisme et tsunami de 2004 dans l'océan Indien, qui a entraîné un train bondé de passagers circulant sur une voie ferrée côtière située près de Peraliya, au sud du Sri Lanka. Cet accident ferroviaire est le plus meurtrier de l'histoire, faisant au moins 1 700 morts[1],[2].

Circonstances[modifier | modifier le code]

Position du train par rapport à Colombo et à Galle lors de l'accident.

Le train, connu localement sous le nom de Queen of the Sea Line, est un train régulier circulant entre les villes de Colombo et Galle, traversant la côte sud-ouest du Sri Lanka.

Le dimanche 26 décembre 2004, au moment de la fête bouddhiste de la pleine Lune et des fêtes de Noël, le train quitte Colombo peu après 6h55 heure locale avec à son bord environ 1 000 à 1 500 passagers ayant payé et un nombre inconnu de passagers n'ayant pas payé[3].

À 9h30, le train est situé dans le village de Peraliya, près de Telwatta, à environ 200 mètres à l'intérieur des terres. La plage est frappée par la première des grosses vagues engendrées par le séisme, qui a préalablement frappé les côtes de Sumatra, en Indonésie. Le train est stoppé alors que l'eau commence à le submerger. Des centaines de villageois, croyant que le train est un refuge sûr, grimpent sur le sommet de celui-ci afin d'éviter d'être emportés par l'eau. D'autres se cachent derrière (par rapport à la côte), espérant que le train absorbe la force de l'eau.

Les wagons sont inondés, causant un mouvement de panique chez les passagers. La deuxième vague, beaucoup plus grosse que la première, soulève le train et le projette sur les arbres et habitations situés près de la voie ferrée, écrasant au passage les gens situés derrière. Les huit wagons sont si bondés que les portes sont bloquées, entraînant la noyade des personnes situées à l'intérieur alors que l'eau continue à affluer. Des estimations basées sur l'état du rivage et de marques sur les bâtiments évaluent la taille des vagues de 7,5 à 9 mètres au-dessus du niveau de la mer, c'est-à-dire environ 2 à 3 mètres au-dessus du sommet du train[3].

Vu l'ampleur du désastre, les autorités ne sont pas arrivées à prendre en charge les événements. Les services locaux ont été détruits et les services d'urgence nationaux ainsi que les forces militaires étaient débordées et n'ont pas su l'emplacement exact du train avant plusieurs heures. Des dizaines de personnes blessées par la catastrophe sont mortes dans les décombres au cours de la journée. Plusieurs corps ont été récupérés après plus d'une semaine.

Bilan[modifier | modifier le code]

Selon les autorités, quelques dizaines de personnes ont survécu à l'accident. Le nombre de morts a été estimé à au moins 1 700 personnes (probablement au-delà de 2 000), bien que seulement environ 900 corps aient été officiellement récupérés. Plusieurs ont été emportés par la mer ou par des proches.

La ville de Peraliya a été détruite. Des centaines d'habitants sont disparus ainsi que tous les bâtiments (à l'exception d'une dizaine).

Plus de 200 corps n'ont pas été identifiés ou réclamés. Ils ont été enterrés trois jours plus tard lors d'une cérémonie bouddhiste réalisée près de la voie ferrée détruite.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « 2004 Sri Lanka tsunami-rail disaster » (voir la liste des auteurs)

  1. (en) « Survivors tell of tsunami train horror », sur http://news.bbc.co.uk, BBC,‎ 30 décembre 2004 (dernière mise à jour)
  2. (en) « World's worst rail disasters »,‎ 19 décembre 2007 (dernière mise à jour)
  3. a et b (en) Sumatra-Andaman Islands Earthquake and Tsunami of December 26, 2004: Lifeline Performance, Reston, VA, Carl Strand and John Masek,‎ août 2008 (ISBN 978-0-7844-0951-0, présentation en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]