Accident du Soukhoï Superjet 100 sur le mont Salak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Accident du Sukhoi Superjet 100 sur le mont Salak
Vue du 97004, l'avion détruit dans l'accident.
Vue du 97004, l'avion détruit dans l'accident.
Caractéristiques de l'accident
Date
Phase Descente
Site Salak, Indonésie
Passagers 37
Membres d'équipage 8
Morts 45
Blessés 0
Survivants 0
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareil Soukhoï SSJ-100-95
Compagnie Soukhoï
Nº d'identification 97004
Localisation
Coordonnées 6° 43′ 08″ S 106° 43′ 15″ E / -6.718889, 106.720833 ()6° 43′ 08″ Sud 106° 43′ 15″ Est / -6.718889, 106.720833 ()  

Géolocalisation sur la carte : Indonésie

(Voir situation sur carte : Indonésie)
Accident du Sukhoi Superjet 100 sur le mont Salak

L’accident du Sukhoi Superjet 100 sur le mont Salak, en Indonésie, est une catastrophe aérienne survenue le , lors de laquelle un avion de la classe SSJ-100 a disparu au cours d'un vol de démonstration au départ de l'aéroport de Jakarta Halim Perdanakusuma. Le 10 mai, l'épave a été repérée dans une falaise du Salak, un volcan de la province de Java occidental. Compte tenu de la zone de débris étendue, les sauveteurs ont conclu que l'avion a heurté de plein fouet la montagne et qu'il n'y avait « aucune chance de survie »[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

Vue du Salak depuis Bogor.

Au cours de la décennie 2002-2012, sept accidents aéronautiques ont eu lieu dans la région du volcan Salak. Un avion d'entraînement, peu avant l'accident du Sukhoi Superjet 100, a provoqué la mort de trois personnes ; en 2008, un avion des forces indonésiennes a tué 18 personnes ; cinq personnes ont été tuées en juin 2004, deux en avril 2004, sept en octobre 2003 et une en octobre 2002[2],[3].

Le Jakarta Post a ainsi qualifié le Salak de « cimetière d'avions »[3]. La haute turbulence et des conditions météorologiques imprévisibles contribueraient au danger de la zone.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le SSJ-100 effectuait son deuxième vol de démonstration en Indonésie emportant des hommes d'affaires indonésiens, des journalistes et des membres des sociétés impliquées dans la réalisation du programme de cet avion de transport. L'équipage se composait du chef-pilote Alexandre Iablontsev, du second pilote Alexandre Kotchetkov et le navigateur Oleg Chvetsov. L'ingénieur Alexeï Kirkine et l'ingénieur pour les essais en vol Denis Rakhimov se trouvaient à bord aux côtés de trois employés de la société Soukhoï ; l'avion emportait 36 non-russes[4] dont 14 indonésiens de Sky Aviation qui a commandé ce type d'avion.

Le contact radio est perdu peu après que l'équipage a demandé à descendre à 6 000 pieds (1 828 mètres). L'avion commence sa descente mais disparait des écrans de contrôle à une altitude de 5 500 pieds[5] (1 676 mètres). Avant le crash, l'avion dévie de sa trajectoire et survole l'aérodrome militaire d’Atang Sanjaya. La carcasse est retrouvée à cette altitude, sur un flanc abrupt du Salak, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Jakarta[6].

Enquête et opérations de recherche[modifier | modifier le code]

Les débris de l'avion après l'accident sont tombés dans une crevasse puis ont été recouverts par un éboulement compliquant les opérations de recherche. L'avion n'est pas entré en collision frontale: le pilote avait cherché à éviter la montagne au dernier moment sans succès. La force de l'impact n'a laissé aucun corps ni élément d'avion en entier. Tous les fragments de corps des victimes ont été identifiés. Les opérations de recherche ont permis de retrouver l'enregistreur phonique en bon état le 15 mai 2012 et l'enregistreur paramétrique le 31 mai 2012.

L'explication avancée à ce jour et confirmée par l'analyse des enregistreurs de bord est une erreur humaine. Le commandant de bord avait demandé l'autorisation d'atterrir sur l'aérodrome de Khalima. N'ayant pas reçu d'autorisation d'atterrir de la part du contrôleur aérien, il a décidé d'effectuer un virage d'attente. Le pilote a probablement été désorienté et s'est trompé dans le sens du virage. Il avait demandé l'autorisation d'effectuer un virage en direction du mont Salak [7] pensant l'effectuer au-dessus d'une plaine [8]. Le contrôleur aérien indonésien a autorisé l'ensemble des manœuvres alors qu'il avait la possibilité de voir qu'elles étaient inappropriées du fait de la surcharge de travail et du manque d'attention [9]. Les systèmes d'alerte de collision ont fonctionné mais ont été ignorés et désactivés par l'équipage car ils étaient persuadés se trouver dans une zone sans gros reliefs. L'analyse de l'enregistreur phonique n'avait pas révélé de défaillance technique jusqu'au moment de l'impact confirmant cette hypothèse [10].

D'autre part, d'après l'analyse des boites noires auraient montré que le pilote aurait été distrait par une longue conversation avec des passagers et sans rapport avec le pilotage, au moment du crash[11]

Victimes[modifier | modifier le code]

Nationalité Passagers Équipage Total
Drapeau de l'Indonésie Indonésien 34 0 34
Drapeau de la Russie Russe 0 8 8
Drapeau des États-Unis Américain 1 0 1
Drapeau de l'Italie Italien 1 0 1
Drapeau de la France Français 1 0 1
Total 37 8 45

Références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]