Accident de la route en Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un suivi de l’évolution des accidents routiers se produisant dans les pays de l’Union Européenne est régulièrement effectué et communiqué annuellement par l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR)[1].

Synthèse[modifier | modifier le code]

On constate une diminution assez régulière du nombre de tués sur la route depuis les années 1970 dans l'ensemble de l’Union européenne. Cette évolution n’est néanmoins pas homogène pour l’ensemble du continent ; les pays d’Europe de l’Est présentent un décalage dans le temps : le nombre de tués a crû jusqu’au début des années 1990, pour décroître ensuite d’environ 4 % chaque année.

Le nombre de morts sur la route dépend fortement des différences structurelles (taille du pays, composition, densité et qualité du réseau routier, population, etc.) et socio-économiques (composition du parc, présence de trafic international et touristique, comportement des usagers, etc.).

Le fait que cette diminution soit néanmoins assez régulière, quel que soit le pays, et soit supérieure à la diminution des accidents corporels[2] laisse penser que l'amélioration de la sécurité passive des véhicules joue un rôle très important dans ce résultat.

La France compte le chiffre record en Europe de 985 000 km de routes secondaires, beaucoup plus accidentogènes que les autoroutes[3]. De plus, la France est un pays peu dense, ce qui augmenterait encore les risques d'accidents car, les routes étant moins occupées, on y roulerait plus vite[3]. La consommation d'alcool et de tranquillisants serait également plus élevée en France que dans les autres pays d'Europe, ce qui augmente encore les risques d'accident[3].

Définitions du « tué »[modifier | modifier le code]

La définition internationale du « tué » a été amendée lors de la Convention de Vienne de 1968 : « Une victime d’un accident de la route est considérée comme tuée si elle décède sur le coup ou dans les trente jours qui suivent l’accident ».

Progressivement, depuis 1968, la définition du tué à trente jours s’est imposée dans la plupart des pays de l’Union européenne.

Jusqu’en 2004, la France comptabilisait ses tués à six jours. Afin de pouvoir se comparer avec ses voisins européens, elle utilisait un coefficient multiplicateur de 1,057 jusqu’en 2004 revu à 1,069 à partir de 2005 pour estimer le nombre de tués à trente jours.

En 2005, la France a adopté la définition internationale.


Principaux indicateurs d’accidentalité[modifier | modifier le code]

Les différences existantes entre pays s'expliquent par la démographie, le niveau de développement et la densité de l’habitat. Selon les travaux de Siem Oppe de l’Institut de recherche en sécurité routière des Pays-Bas (SWOW), on remarque un phénomène d'apprentissage dans l'évolution du nombre de tués :

  • dans les pays les plus pauvres, les déplacements sont peu nombreux et se font en transports collectifs. La circulation automobile est très faible et le taux de tués par million d’habitants est très bas (moins de 30) ;
  • le développement de l’usage de la voiture entraîne une forte hausse de la circulation donc du nombre des accidents et le ratio des tués par million d’habitants dans les pays « moins pauvres » peut dépasser les 200 ;
  • de leur côté, les pays très riches connaissent beaucoup d’encombrements. Ils ont développé des politiques de transport collectif et de sécurité routière. Les comportements sont plus prudents et le ratio retombe à moins de 80 tués par million d’habitants.


Pays Superficie

(milliers de km²)

Population

(millions)

Densité

(habitants/km2)

Parc

en circulation (milliers)

Longueur

du réseau (kilomètres)

Circulation

(millions de véhicules x km)

Nb de véhic.

pour 100 habitants

Tués

par million d'habitants

Tués

par milliard de km parcourus

Allemagne 357 80,6 225,7 54 520 626 981 684 283 66,1 64,8 7,8
Autriche 84 8,4 100 5 279 107 143 82 221 64,5 93,8 9,3
Belgique 33 11,1 336,4 6 159 151 372 94 677 59,1 104,5 11,5
Danemark 43 5,4 125,6 2 570 72 074 47 940 47,3 61 6,9
Espagne 505 47,3 93 27 657 666 204 ND 63,7 103,1 ND
Finlande 338 5,4 16 2 871 79 150 51 675 54,7 72,2 7,3
France 551 66,6 120,9 37 168 1 002 486 552 800 61,4 87,9 9,6
Grèce 132 10,8 81,8 6 641 40 164 81 635 59,9 149,1 20,3
Hongrie 93 9,9 106,4 3 370 180 994 ND 33,4 126,6 ND
Irlande 71 4,5 63,3 1 937 95 752 37 840 46,7 96,2 10,5
Italie 301 60,9 202,3 43 141 305 388 654 197 74,3 94 8,3
Luxembourg 3 0,5 166,7 358 2 876 2 875 77 98,9 16
Pays-Bas 42 16,8 400 8 627 117 430 133 800 52,9 46 5,6
Pologne 323 38,5 119,2 16 815 381 462 377 289 43,6 141,3 14,4
Portugal 93 10,5 112,9 5 481 81 739 ND 52,2 118,8 ND
Royaume-Uni 244 63,2 259 33 717 413 120 499 396 56 55,9 6,7
Slovaquie 49 5,4 110,2 1 834 17 755 13 402 34 112,6 45,4
Slovénie 20 2 100 1 150 20 196 15 519 58,5 131,2 16,6
Suède 450 9,5 21,1 5 131 214 000 75 196 56,8 48,7 5,9
République tchèque 79 10,5 132,9 4 732 55 495 50 262 46,3 125,8 27,2
Total partiel UE (20 pays) 3 809 467,8 122,8 269 158 4 631 781 3 451 938 59,7 88,5 11,6
Islande 103 0,3 2,9 236 91 916 2 006 80,3 64,6 9,5
Norvège 324 5,1 15,7 2 938 92 511 36 550 63,6 48,5 6,1
Suisse 41 8 195,1 5 043 71 027 62 685 68 55,2 6,5

Source IRTAD pour les données suivantes :
Parc automobile : 2005 sauf Irlande 2003 ; Luxembourg 2004 ; Slovaquie 2002.
Longueur du réseau : 2005 sauf Hongrie et Luxembourg 2004 ; Allemagne et Danemark 2003 ; Slovaquie 2002 ; Islande 2000 ; Irlande 2001 ; Pays-Bas 1999 ; Grèce et Royaume-Uni 1998 ; Portugal 1993 ; Italie 1992. Kilométrage : 2005 sauf Danemark 2004 ; Italie et Pays-Bas 2003 ; Irlande 2001 ; Islande et Slovaquie 2000 ; Royaume-Uni et Grèce 1998.
Population : source IRTAD sauf pour l’Irlande, le Luxembourg, la Slovaquie, la Suède, l’Islande et la Norvège : source INED. Nations unies et banque mondiale.

Évolution du nombre de tués entre 1970 et 2009[modifier | modifier le code]

Nombre de tués par milliards de kilomètres parcourus

La plupart des pays de l’Union ont connu une baisse très importante du nombre de leurs tués entre 1970 et 2009.

Par exemple, l’Allemagne et les Pays-Bas qui ont divisé par quatre leur nombre de tués en trente-cinq ans.

Pour les pays d’Europe du Nord ou de l’Ouest, cette baisse s’est effectuée en deux étapes :

  • entre 1970 et 1995, on observe une baisse très importante et régulière du nombre de tués dans la plupart des pays d’Europe de l’Ouest. Cette baisse quasi générale s’explique par la mise en place d’une réglementation complète[réf. nécessaire] ;
  • entre 1995 et 2009, la tendance s’est infléchie, toujours marquée à la baisse, mais de façon moins importante. En effet, la majeure partie des gains des mesures réglementaires ayant été obtenue sur la période précédente, la mesure ne produit plus que des effets marginaux au fur et à mesure que son application s’impose à l’ensemble des usagers[réf. nécessaire].

En trente-cinq ans, le nombre de tués à trente jours en France a été divisé par 3, passant de 16 445 en 1970 à 5 318 en 2005. De 1996 à 2000, le nombre de tués à trente jours baissait lentement avant de connaître depuis 2002 de très fortes baisses.

Pays 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2009 Évolution

2005-2009 [4]

Allemagne[5]
21 653
17 332
15 050
10 070
11 046
9 454
7 503
6 977
6 842
6 613
5 842
5 361
4 152
- 22,6 %
Autriche
2 574
2 533
2 003
1 524
1 558
1 210
976
958
956
931
878
768
633
- 17,6 %
Belgique
3 070
2 346
2 396
1 801
1 976
1 449
1 470
1 486
1 315
1 353
ND
1 089
955
- 12,3 %
Danemark
1 208
827
690
772
634
582
498
431
463
432
369
331
303
- 8,5 %
Espagne
5 456
5 833
6 522
6 374
9 032
5 751
5 776
5 517
5 347
5 399
4 741
4 442
2 605
- 41,4 %
Finlande
1 055
910
551
541
649
441
396
433
415
379
375
379
279
- 26,4 %
France
16 445
14 355
13 672
11 387
11 215
8 891
8 079
8 160
7 655
6 058
5 530
5 318
4 273
- 19,7 %
Grèce
1 099
1 251
1 446
2 011
2 050
2 411
2 037
1 895
1 654
1 615
1 619
1 658
1 453
- 12,4 %
Hongrie
1 627
1 678
1 630
1 756
2 432
1 589
1 200
1 239
1 429
1 326
1 296
1 278
822
- 35,7 %
Irlande
540
586
564
410
478
437
415
411
376
335
379
399
240
- 39,9 %
Islande
20
33
25
24
24
24
32
24
29
23
ND
19
ND
- ND %
Italie
11 025
10 272
9 220
7 700
7 151
7 033
6 649
6 682
6 736
6 015
5 625
5 462
4 050
- 25,9 %
Luxembourg
132
124
98
79
70
70
76
70
62
53
50
46
47
+ 2,1 %
Norvège
560
539
362
402
332
305
341
275
312
280
259
224
ND
- ND %
Pays-Bas
3 181
2 321
1 996
1 438
1 376
1 334
1 082
993
987
1 028
804
750
644
- 14,1 %
Pologne
3 446
5 633
6 002
4 688
7 333
6 900
6 294
5 534
5 827
5 640
5 712
5 444
4 572
- 16 %
Portugal
1 615
3 051
2 579
2 138
2 646
2 377
1 860
1 671
1 675
1 546
1 294
1 247
840
- 32,6 %
Royaume-Uni
7 499
6 366
6 010
5 165
5 217
3 621
3 409
3 450
3 431
3 508
3 368
3 336
2 337
- 30 %
Slovaquie [6].
ND
ND
ND
ND
662
660
628
614
610
645
603
560
347
- 38 %
Slovénie
620
596
558
464
517
415
313
278
269
242
274
258
171
- 33,8 %
Suède
1 307
1 172
848
808
772
572
591
554
532
529
480
440
355
- 19,3 %
Suisse
1 643
1 206
1 209
881
925
692
592
544
513
546
510
409
ND
- ND %
Tchéquie[7]
1 983
1 632
1 261
987
1 291
1 588
1 486
1 334
1 431
1 447
1 382
1 286
901
- 30 %

ND : non disponible.
Source : http://www.statistiques-mondiales.com/ue_tues_routes.htm.

Statistiques en 2007[modifier | modifier le code]

En 2007, dans l'Union européenne, 62,04 % des tués dans des accidents étaient les conducteurs des véhicules impliqués, 19,86 % étaient des passagers et 18,09 % des piétons [8].

Par ordre décroissant, voici la répartition des décès selon le mode de transport[9] :

  • Voiture et taxi : 50,05 %
  • Piéton : 18,46 %
  • Moto : 13,99 %
  • Vélo : 6,21 %
  • Cyclomoteur : 4,71 %
  • Camion de moins de 3,5 t : 3,04 %
  • Poids lourd : 2,01 %
  • Engins agricole : 0,78 %
  • Bus et transport en commun : 0,65 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L’accidentalité générale (synthèse et analyses) sur le site de la Sécurité Routière ; voir en particulier les comparaisons 2007 (Comparaisons européennes de l’accidentologie (ONISR 2007)), les comparaisons 2009 (Le bilan de la sécurité routière 2009, pages 76 à 93), et les comparaisons provisoires 2010 (La sécurité routière en France - Bilan de l’année 2010 - Préédition, Synthèse générale, pages 75 à 92).
  2. Road Safety Evolution in the EU - CARE database http://ec.europa.eu/transport/road_safety/pdf/observatory/historical_evol_popul.pdf
  3. a, b et c Enquête « Pour une autre culture de la route », Tandem, le journal des sociétaires de la Macif, n° 6, janvier 2003, pages 18 à 23
  4. En moyenne annuelle selon disponibilité des données.
  5. Jusqu’à l’année 1991, République Fédérale d’Allemagne ; évolution calculée sur la totalité des tués des deux Allemagne.
  6. À partir de 1990 pour la Slovaquie.
  7. Jusqu’en 1990, Tchécoslovaquie.
  8. (en)[PDF] Fatalities by person class in EU countries included in CARE, octobre 2008.
  9. (en) [PDF] Fatalities by transport mode in EU countries included in CARE .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes
Documentation externe