Accelerated Graphics Port

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir AGP.
Connecteur AGP 2× sur une carte mère

L’Accelerated / Advanced Graphics Port (littéralement Port Graphique Accéléré / Avancé en français), de sigle AGP, est un port interne destiné exclusivement aux cartes graphiques. Successeur pour ces périphériques du bus PCI, l’AGP permet aux informations de circuler plus rapidement.

Technologie[modifier | modifier le code]

Ce standard de bus local fut lancé par Intel en 1997 pour s’affranchir du bus PCI qu’il estimait trop lent pour l’affichage en 3D car il assurait seulement une vitesse de 132 Mo/s et voyait, de plus, sa bande passante réduite par le nombre de périphériques qu’il devait contrôler.

L’AGP 32 bits relie le contrôleur graphique au contrôleur de mémoire et en offrant une vitesse de 500 Mo/s, avec une horloge à 66 MHz, mais les informations sont transférées sur les deux fronts. Le bus AGP donne également accès à la mémoire centrale, via le contrôleur de mémoire, ce qui permet d’utiliser celle-ci pour stocker des données graphiques supplémentaires, telles que des textures ou des coordonnées ; ainsi, il devient inutile d’acquérir de la mémoire vidéo supplémentaire pour bénéficier pleinement des fonctions 3D d’un circuit vidéo...

Variantes[modifier | modifier le code]

Variantes de bus AGP sur des ordinateurs

Le port AGP se décline en plusieurs variantes avec compatibilité ascendante et dont les fréquences sont des multiples ( X ) de l’AGP de base :

AGP 1 X 
bus 32-bit à 66 MHz permettant un taux de transfert maximal de 266 Mo/s, obtenu en doublant la fréquence de 33 MHz du bus PCI ; tension de signalisation de 3,3 V ;
AGP 2 X 
bus 32-bit à 66 MHz DDR permettant un taux de transfert maximal de 533 Mo/s ; même tension de signalisation de 3,3 V que l’AGP 1 X ;
AGP 4 X 
bus 32-bit à 66 MHz QDR permettant un taux de transfert maximal de 1 066 Mo/s (1 Go/s) ; tension de signalisation à 1,5 V ;
AGP 8 X 
bus 32-bit à 66 MHz à fréquence octuple permettant un taux de transfert maximal théorique de 2 133 Mo/s (2 Go/s) ; tension de signalisation de 0,8 V.

Néanmoins, en pratique, ces vitesses ne sont pas confirmées, à cause du DMA (Direct Memory Access), souvent limité à 100 MHz. De plus, il existe des problèmes de compatibilité entre les différentes générations, les cartes graphiques consommant de plus en plus d’énergie. Les cartes AGP 4× et plus ne fonctionnent plus sur les ports AGP 1×, d’ailleurs, un détrompeur a été placé sur ces cartes.

Pourtant ces interfaces ne sont que partiellement exploitées, car c’est surtout la vitesse de la mémoire graphique qui s’avère insuffisante. Ainsi les cartes graphiques « haut de gamme » utilisent souvent des mémoires de technologie supérieure à la mémoire centrale. Par exemple, les cartes graphiques « haut de gamme » d’ATI furent équipées de mémoire GDDR3 avec un BUS de 256 bits.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Les cartes 3D professionnelles disposent d’une version AGP Pro avec alimentation renforcée.

  • AGP 1.0 : 3,3 V - 1 X, 2X
  • AGP 2.0 : 1,5 V - 1 X, 2 X, 4 X
  • AGP 2.0 universal : 1,5 V, 3,3 V - 1 X, 2 X, 4 X
  • AGP 3.0 (le plus récent) : 0,8 V - 4 X, 8 X

Standardisation[modifier | modifier le code]

À sa sortie, Intel a créé un groupe d’industriels ouvert dont l’objectif fut d’assurer la promotion de la spécification du bus AGP. Parmi eux ATI, Cirrus Logic, IBM, Microsoft, S3 et Trident.

Les fabricants de cartes graphiques ont pu utiliser gratuitement les spécifications du bus en échange de la libre utilisation de leurs travaux sur ce sujet. Cette politique avait déjà été utilisée avec succès pour les bus PCI et USB.

L’avenir[modifier | modifier le code]

Il n’y aura pas d’AGP 16×. Le successeur de l’AGP est le PCI Express qui supporte aussi bien des cartes graphiques que d’autres cartes.