Acanthophis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Acanthophis est un genre de serpents de la famille des Elapidae. Communément appelés vipères de la mort et death adders par les anglophones, ils sont parmi les serpents les plus venimeux au monde.

Distribution[modifier | modifier le code]

Les espèces de ce genre se rencontrent en Australie, en Nouvelle-Guinée et aux Moluques.

Description[modifier | modifier le code]

Les Acanthophis ont un corps court et robuste, une tête de forme triangulaire et de petites écailles sous les yeux. Ils mesurent jusqu'à 740 mm de long.

Bien que les Acanthophis ressemblent à des vipères, ils font partie de la famille des Elapidae et sont proches des cobras, mambas et serpents corail.

Ils ont des pupilles verticales et de nombreuses petites écailles sur le sommet de la tête. Leurs crochets à venin sont également plus longs et plus mobiles que ceux de la plupart des autres Elapidae, mais encore loin de la taille rencontrée chez certains Viperidae. En dépit de leur nom et de leur apparence, ils ne font pas du tout partie de la famille des Viperidae. Il s'agit d'un cas d'évolution convergente.

En principe, il leur faut 2 à 3 ans pour atteindre l'âge adulte. Les femelles sont généralement un peu plus grandes que les mâles. Ils peuvent également être facilement distingués des autres serpents d'Australie en raison d'un leurre qui leur sert d'appât au bout de leur queue et qui est agité pour attirer des proies. La plupart ont de grandes bandes autour du corps, mais la couleur elle-même est variable, en fonction de leur localisation géographique. Les couleurs habituelles sont: noir, gris ou rouge et jaune, mais aussi brun et vert-gris.[réf. souhaitée]

Chasse[modifier | modifier le code]

Contrairement à la plupart des autres serpents, les Acanthophis ne recherchent pas activement leurs proies mais se placent plutôt en embuscade pour les attirer vers eux.

Lorsqu'ils ont faim, ils s'enterrent dans le sol, le sable ou sous un tas de feuilles mortes, en fonction de leur environnement. La seule partie d'eux-mêmes qu'ils exposent est leur tête et leur queue, de façon générale très bien camouflées. Au bout de la queue se trouve un leurre caudal qu'ils placent en face de leur tête et qu'ils secouent très rapidement de manière à ce qu'il soit confondu avec une larve ou un ver. Des oiseaux ou des mammifères peu méfiants finiront par tenter de saisir ce facile déjeuner. Ce n'est qu'à ce moment-là que le serpent va frapper.

Venin[modifier | modifier le code]

Les Acanthophis sont très venimeux, ils injectent en moyenne 40 à 100 mg d'un venin très toxique (la DL50 est de 0,4 à 0,5 mg par kg de poids), ce qui en fait l'un des serpents les plus venimeux au monde (classé dans le "top 10" par le CSL).

Son venin est neurotoxique, ne contenant ni hémotoxine ni myotoxine.

Chez l'homme, une morsure d'Acanthophis paralyse. Bien que cette paralysie soit très mineure dans un premier temps, elle peut causer la mort par arrêt respiratoire en moins de six heures.[réf. souhaitée] L'acmé des symptômes se situe généralement entre 24 et 48 heures après la morsure.

Les effets du venin peuvent être annulés grâce à l'utilisation de sérum antivenimeux ou en utilisant des anticholinestérases qui brisent le blocus synaptique de l'acétylcholine utilisée par le système nerveux parasympathique et permettent donc d'atténuer les effets du venin.

Avant l'utilisation des sérums antivenin, 50 % des morsures étaient mortelles. De nos jours, grâce aux sérums et en raison de la progression lente des symptômes d'envenimation, les décès sont très rares en Australie. En Nouvelle-Guinée, les décès dus à ces serpents sont encore courants à cause de l'isolement médical des populations autochtones.

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Selon Reptarium Reptile Database (6 août 2011)[1] :

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Le nombre d'espèces de ce genre est discuté. Traditionnellement, seulement A. antarcticus, A. praelongus et A. pyrrhus étaient reconnues. En 1998, cinq nouvelles espèces ont été décrites (A. barnetti, A. crotalusei, A. cummingi, A.wellsei et A. woolfi)[2] et en 2002 trois autres ont été ajoutées (A. groenveldi, A. macgregori et A. yuwoni)[3]. Ces descriptions ont été accueillies avec scepticisme[4],[5],[6], et seulement A. wellsi, où une description détaillée a été publiée[4], a été largement reconnue. La plus grande confusion existe sur les Acanthophis de Nouvelle-Guinée, ils ont été classés tantôt dans A. antarcticus, tantôt dans A. praelongus. En 2005, on a démontré qu'aucun des deux classements n'était bon[7] et que les Acanthophis de Nouvelle-Guinée devaient se répartir en deux principales espèces: A. laevis aux écailles plutôt lisses (et dont feraient partie les Acanthophis de l'île de Seram en Indonésie), et A. rugosus aux écailles rugueuses. Cette dernière peut être divisée en deux sous-espèces, une, A. rugosus stricto sensu, vivant au sud de la Nouvelle-Guinée, et une deuxième, A. hawkei, dans le nord du Queensland et le Territoire du Nord en Australie. Il est probable que certaines de ces espèces comme A. laevis devront être éclatées car regroupant des individus de forme et aux écailles trop différentes.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Acanthophis, du grec ancien ἄκανθος, acanthos, « épine », et ὄφις, ophis, « serpent », fait référence au fait que la queue de ces espèces se termine en aiguille.

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Daudin, 1803 : Histoire Naturelle, Générale et Particulière des Reptiles; ouvrage faisant suit à l'Histoire naturelle générale et particulière, composée par Leclerc de Buffon; et rédigee par C.S. Sonnini, membre de plusieurs sociétés savantes, vol. 5, F. Dufart, Paris, p. 1-365 (texte intégral).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reptarium Reptile Database, consulté le 6 août 2011
  2. Hoser, 1998 : Death adders (genus Acanthophis): an overview, including descriptions of five new species and one subspecies. Monitor, vol. 9, n. 2, p. 20-41 (texte en ligne)
  3. Hoser, 2002 : Death Adders (Genus Acanthophis): An Updated overview, including descriptions of 3 New Island species and 2 New Australian subspecies. Crocodilian - Journal of the Victorian Association of Amateur Herpetologists, September 2002, p. 5-11, 16-22, 24-30 (texte en ligne)
  4. a et b Aplin & Donnellan, 1999 : An extended description of the Pilbara Death Adder, Acanthophis wellsi Hoser (Serpentes: Elapidae), with notes on the Desert Death Adder, A. pyrrhus Boulenger, and identification of a possible hybrid zone. Records of the Western Australian Museum, vol. 19, p. 277-298.
  5. Wüster, Bush, Keogh, O'Shea & Shine, 2001 : Taxonomic contributions in the "amateur" literature: comments on recent descriptions of new genera and species by Raymond Hoser. Litteratura Serpentium, vol. 21, p. 67-79 & 86-91 texte intégral
  6. Williams, Wüster & Fry, 2006 : The good, the bad and the ugly: Australian snake taxonomists and a history of the taxonomy of Australia's venomous snakes. Toxicon, vol. 48, p. 919-930 texte intégral
  7. Wüster, Dumbrell, Hay, Pook, Williams & Fry, 2005 : Snakes across the Strait: Trans-Torresian phylogeographic relationships in three genera of Australasian snakes (Serpentes: Elapidae: Acanthophis, Oxyuranus and Pseudechis). Molecular Phylogenetics and Evolution, vol. 34, n. 1, p. 1-14 texte intégral

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :