Académie d'agriculture de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Académie d'agriculture de France est un établissement reconnu d'utilité publique, placé sous la protection du Président de la République. Le Ministre chargé de l'agriculture en est le président d'honneur. Elle a pour mission de conduire des réflexions de natures scientifiques, techniques, économiques, juridiques, sociales et culturelles, sur le moyen et le long terme, dans les domaines de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement, afin de contribuer à éclairer les citoyens et les décideurs à préparer ou à accompagner les évolutions de ces différents secteurs. Héritière de la société d’agriculture de la généralité de Paris, fondée en 1761 par Louis XV, elle fonctionne sous sa forme actuelle depuis le décret du 23 août 1878 . Elle est composée de 120 membres titulaires et 180 correspondants français, ainsi que de 60 membres et 60 correspondants étrangers. Le bureau de l’Académie, qui est son organe exécutif, compte six membres, dont le président élu pour un an et le secrétaire perpétuel élu par ses pairs et nommé par décret du président de la république.

Thématique[modifier | modifier le code]

Elle étudie, sous leurs aspects nationaux, européens et mondiaux, les questions concernant :

- la production, la transformation, la commercialisation, la consommation et l'utilisation des produits de l'agriculture et de l’élevage, de la forêt, de la pêche et de l’aquaculture, ainsi que leurs valorisations à des fins alimentaires ou non ;

- l’utilisation et la gestion des ressources naturelles, en relation avec l'aménagement de l'espace rural et de la forêt, dans un souci de préservation ou d'amélioration de l'environnement, de protection et de restauration de la biodiversité. Elle évalue les conséquences des choix faits dans ces domaines sur  la qualité de la vie de la population ;

- les évolutions  sociales, économiques et culturelles dans les domaines de  l’agriculture, la forêt, le bois, la pêche, l’alimentation, l’eau et l’environnement et, de façon générale, les évolutions qui concernent le milieu rural ;

-les rapports entre les mondes ruraux et urbains.

Le choix des thèmes de réflexion retenus est guidé par les enjeux scientifiques et de société, nationaux et internationaux.

L'Académie veille au maintien d'un débat de qualité conduit en langue française.  Par ses séances publiques et par ses publications, elle facilite une ouverture en direction du public et contribue aux débats de la société concernant les  sciences et les technologies. Elle s’emploie à établir des passerelles entre les scientifiques, les acteurs opérationnels, les décideurs et les citoyens. Elle publie et diffuse les résultats de ses travaux, et notamment des rapports de groupes de  travail et des avis motivés et documentés, en fonction de l’état des connaissances. Elle apporte des contributions originales, y compris aux discussions et négociations européennes et internationales. Elle assure les liaisons avec d'autres académies et institutions françaises ou étrangères.

L'Académie répond aux questions dont elle est saisie par le  gouvernement. Elle exprime et fait connaître son avis sur toutes les questions qui relèvent de sa compétence.

Elle participe à la conservation de documents qui témoignent de l'évolution de l'agriculture et du milieu  rural.

Afin de conduire des actions correspondant à ses missions, l’Académie peut participer à la création de groupements de  personnes et d’organismes publics ou privés.

Elle  attribue des bourses à de jeunes chercheurs et des prix  récompensant des scientifiques, des chercheurs ou des praticiens pour des travaux originaux ou novateurs dans les domaines de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement.

L'académie d'agriculture attribue chaque année des prix et médailles pour récompenser des travaux contribuant à l'avancement des connaissances dans le domaine de l'agriculture.

Son siège est à Paris dans un hôtel particulier situé au 18 rue de Bellechasse dans le 7e arrondissement. Les séances s'y tiennent tous les mercredis après-midi et sont publiques.

Dénominations[modifier | modifier le code]

  • 1761-1788 : Société royale d'agriculture de la généralité de Paris (voir sa création et statuts, 19-11-1760, Momet not. à Paris, ET / XVI / 745).
  • 1788-1790 : Société royale d'agriculture de France.
  • 1790-1793 : Société d'agriculture de France.
  • 1793 : Société d'hommes libres.
  • 1798-1814 : Société d'agriculture du département de la Seine.
  • 1814-1848 : Société royale et centrale d'agriculture.
  • 1848-1853 : Société nationale et centrale d'agriculture.
  • 1853-1859 : Société impériale et centrale d'agriculture.
  • 1860-1870 : Société impériale et centrale d'agriculture de France.
  • 1871-1915 : Société nationale et centrale d'agriculture de France.
  • Depuis 1915 : Académie d'agriculture de France

Organisation[modifier | modifier le code]

L’Académie est organisée en dix sections thématiques:

1- Productions végétales 

2- Forêts et filière bois

3- Productions animales 

4- Sciences humaines et sociales 

5- Milieux et êtres vivants 

6- Sciences de la vie 

7- Environnement et territoires

8- Alimentation humaine 

9- Agrofournitures 

10- Economie et politique

Ces sections conduisent des réflexions internes en  associant souvent des intervenants extérieurs sur des sujets d’actualité de leur domaine de compétences. Cela leur  permet de préparer et d’organiser des séances publiques, de proposer des avis et des rapports, adressés aux pouvoirs publics et publiés sur le site Internet de l’Académie. Certains thèmes de recherche sont proposés à l’Agence nationale de la recherche. Les sections s’investissent dans une douzaine de groupes de travail transversaux, qui mobilisent plusieurs sections, voire plusieurs académies :

« Agriculture biologique »,

« Eau »,

« Politique agricole Commune (PAC) »,

« Agricultures et forêts en milieu périurbain »,

 « Potentiels de la science pour l’agriculture, l’alimentation, l’environnement »,

« Plantes génétiquement modifiées » qui prépare une séance commune avec l’Académie des sciences,

« Ethique de l’animal »,

« Indicateurs d’impact pertinents et agriculture durable »,

« Principe de précaution »,

« Antibio-résistance »,

« Agriculture, filières et sécurité alimentaire ».

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le président de l’Académie, élu pour une durée d’un an, préside les séances publiques et plénières, les réunions du Bureau et des Commissions : la Commission académique qui arrête les grandes orientations de l’Académie en termes d’organisation et de fonctionnement, la Commission des programmes qui approuve le programme de travail annuel de l’Académie et en particulier le détail des séances publiques, la Commission des finances qui prépare le budget de l’Académie et veille au suivi de son exécution par le Trésorier perpétuel.

Le Secrétaire perpétuel administre l’Académie. Il est chargé de l’organisation des travaux de l’Académie et à ce titre propose à la Commission académique,  toute innovation qu’il juge utile pour permettre à l’Académie d’assurer au mieux ses missions, notamment de diffusion des connaissances et de contribution aux évolutions de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement. Il met en œuvre, avec le Bureau, les décisions prises par la Commission académique.  Sur proposition des sections, il prépare avec le Bureau, le programme annuel d’activités de l’Académie. Il le soumet pour discussion et approbation à la Commission des programmes. Il présente, lors de la séance annuelle de rentrée, un rapport annuel sur les activités de l'Académie. Après validation par le Bureau, tous les rapports et les avis de l’Académie sont transmis par le Secrétaire perpétuel aux autorités ou aux commanditaires concernés. Il en assure également la diffusion interne et externe. En tant que directeur des publications, il est responsable des différentes publications de l’Académie et de son site Internet. Il convoque les membres du Bureau,  de la Commission académique, et de la Commission des programmes  aux réunions dont, en accord avec le Bureau, il fixe l'ordre du jour.

Le Bureau de l’Académie, élu pour une année, comprend, outre le Secrétaire perpétuel et le Trésorier perpétuel, le Président, le Vice Président, le président de l’année précédente, le Vice Secrétaire et le Vice Trésorier.

Activités[modifier | modifier le code]

Actualisé chaque année, le programme de travail de l’Académie est actuellement construit autour de quatre thématiques principales :

-Produire mieux et plus pour nourrir les hommes ;

-Adapter la gestion des écosystèmes agricoles et forestiers pour accompagner les changements globaux ;

-Intégrer les politiques agricoles, environnementales et territoriales ;

-Contribuer au débat sur « Innovations et acceptabilité sociale ».

Les réflexions conduites sur des thèmes particuliers dans les sections et les groupes de travail débouchent sur des rapports, des avis, des séances publiques. Celles-ci, au nombre d’une trentaine par an, ont lieu chaque mercredi, en dehors des vacances académiques, au siège de l’Académie. Elles se présentent sous forme de communications d’académiciens ou de personnalités extérieures et donnent lieu à débat avec la salle. Le site www.chronovideo.com/aaf permet d’avoir accès, en direct ou en différé, à l’intégralité de la transmission filmée des séances. Les comptes rendus de ces séances sont publiés sur le site internet de l’Académie ( http://www.academie-agriculture.fr) qui comporte par ailleurs toutes les informations concernant son organisation, son fonctionnement, la liste de ses membres, les rapports et avis de l’Académie…

La Revue de l’Académie est destinée à faire connaitre à l’extérieur nos travaux et nos activités. Trimestrielle, elle est  adressée gratuitement à tous les partenaires que nous souhaitons sensibiliser à nos travaux, ainsi qu’aux membres de l’Académie. Elle comprend notamment des informations sur l’actualité et les temps  forts de l’Académie, une tribune libre, un dossier central autour d’un thème traité par un groupe de travail ou lors d’une séance publique, une rubrique « Futurs » et une rubrique « Histoire ».

Collaboration internationales[modifier | modifier le code]

Les questions internationales revêtent une importance grandissante dans les domaines de réflexion de notre Compagnie.

La séance du deux cent cinquantième anniversaire consacrée à la recherche agronomique en Europe a mis en évidence l’intérêt que portent plusieurs académies, fédérées au sein de l’Union européenne des Académies d’agriculture (UEAA), pour développer des échanges avec nous sur des thèmes d’intérêt commun.  Notre collaboration avec l’UEAA doit permettre de développer des liens sur certains thèmes, en particulier avec les pays de l’Est et du Sud de l’Europe.

De même notre Compagnie participe au Groupe inter-académique pour le développement (GID), réseau d’académies du pourtour méditerranéen, notamment au travers du programme de colloques « Parmenides ».

La création d’un groupe de travail « International » au sein de notre Compagnie va permettre de mobiliser tous ceux qui s’intéressent à ces questions  et d’identifier les sujets à aborder. Ce sera également l’occasion de mobiliser davantage les 60 membres associés et les  60 correspondants associés étrangers de l’Académie, dont la notoriété est certaine, afin que l’Académie les associe plus à ses travaux et tire mieux profit de leurs compétences.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Décret présidentiel N°95-789 du 14 juin 1995, J.O. du 16 juin 1995

  • E. Labiche, Les Sociétés d'agriculture au XVIIIe siècle, 1908
  • Émile Justin, Les Sociétés royales d'agriculture au XVIIIe, 1935
  • G. Schelle, Vincent de Gournay, Paris Guillaumin, 1897, 300 p.
  • L. Passy, Histoire de la Société nationale d'agriculture de France, Paris, 1912.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]