Acace du mont Ararat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Acacius/Acace (homonymie).
Statue de saint Achatius dans l'église Saint-Achatius, près de Mayence

Acace du mont Ararat ou Acaste ou Achaz ou Akakios ou Achatius (en latin) était un officier romain, martyrisé et tué sous Antonin le pieux, vers 140 sur le mont Ararat.

C'est un saint chrétien, rangé parmi les quatorze saints auxiliateurs.

Il est fêté le 22 juin.

Histoire et tradition[modifier | modifier le code]

Il est difficile, voire impossible, de démêler ce qui revient à l'histoire et à la légende.

On a tendance à le confondre avec d'autres martyrs du même nom, entre autres avec Akakios (Agathius) (mort en 303 ou 304 à Constantinople), en qui la légende voit également un capitaine de l'armée impériale.

En hébreu son nom signifie : « Dieu tient », et en grec « L'innocent ». Puisqu'il avait, à en croire la légende, résisté à toutes les tortures et professé qu'à l'avenir le Christ serait son empereur, il fut déchiré avec des branches d'épines puis crucifié. C'est pourquoi on le représente souvent avec un buisson d'épines ou une couronne d'épines, mais aussi avec drapeau, grande croix et épée. D'autres confusions ou des mélanges entre les légendes lui ont valu aussi d'être parfois représenté avec des insignes épiscopaux.

Il est censé protéger contre les mauvaises maladies et l'angoisse de l'agonie.

" Le martyre de Saint Acace ",
sur un triptyque du Musée du Prado.

Selon les Actes de son martyre, apparus au XIIe siècle, Acaste fut mis à mort avec dix mille compagnons sur le Mont Ararat :

Centurion sous le règne des empereurs romains Hadrien (117-138) et Antonin (138-161), il était en garnison en Arménie avec ses neuf mille soldats pour combattre les rebelles, dix fois plus nombreux. Acace et les siens se lancèrent dans ce combat inégal après l'apparition d'un ange qui leur promit la victoire s'ils invoquaient le vrai Dieu, Jésus-Christ.

Après la victoire, l'Ange conduit Acace et ses neuf mille soldats sur le Mont Ararat, où ils vécurent dans la contemplation pendant trente jours en se nourrissant de manne tombée du ciel.

Ayant appris cela, l'empereur Hadrien envoya sur le Mont Ararat sept rois païens pour tenter de convaincre les convertis de renier leur foi. Acace et ses soldats furent battus de verge, coiffés de couronnes d'épines et enfin lapidés, mais les pierres ne les frappaient pas et retournaient dans les mains de ceux qui les lançaient.

Ce prodige entraina la conversion de mille autres soldats ; les dix mille furent crucifiés ou empalés, cependant qu'une voix du ciel promettait le salut de l'âme et du corps à quiconque les invoquerait.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Vittore Carpaccio, " Crucifixion et apothéose des 10.000 martyrs ".
Albrecht Dürer, " Le martyre des Dix Mille ".

Acace est représenté en armure avec épée et crucifix, ou alors en soldat chrétien portant une couronne d'épines.

Le martyre des Dix Mille a été représenté par plusieurs artistes dont Albrecht Dürer (œuvre de 1508 conservée à Vienne, au Kunsthistorisches Museum) et Vittore Carpaccio (œuvre de 1515 conservée aux Gallerie dell'Accademia de Venise).

Source[modifier | modifier le code]