Abou Hafs al-Urduni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abou Hafs al-Urduni
Surnom Abu Khavs
Naissance 1973
Drapeau de la Jordanie Jordanie
Décès 26 novembre 2006 (à 33 ans)
Khassaviourt, Drapeau du Daguestan Daguestan
Origine Drapeau de la Jordanie jordanienne
Conflits Guerre d'Afghanistan (1979-1989)
Guerre civile du Tadjikistan
Guerre de Bosnie-Herzégovine
Première guerre de Tchétchénie
Invasion du Daguestan (1999)
Seconde guerre de Tchétchénie

Abou Hafs al-Urduni (arabe : ابو حفص الاردني), aussi connu sous le nom d'Abu Khavs (1973 - 26 novembre 2006), est un djihadiste jordanien, qui dirigeait le bataillon des Moudjahid arabes en Tchétchénie. Il était l'un des aides d'Abu al-Walid, auquel il succède après la mort de ce dernier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît en Jordanie en 1973. Son vrai nom serait Youssef Fares Amirat.

Dans les années 1990, il est connu pour avoir combattu dans les Balkans et lors de la guerre civile au Tadjikistan, aux côtés d'Ibn al-Khattab et d'Abu al-Walid.

Après la mort d'Abu Walid le 16 avril 2004, il devient émir du bataillon des Moudjahid arabes en Tchétchénie.

Il est soupçonné d'avoir entretenu des liens avec la direction centrale d'Al-Qaïda, mais cette accusation n'a jamais été prouvée. Le gouvernement russe l'accuse entre autres d'avoir financé la prise d'otage de Beslan en 2004. Toutefois, al-Urduni aurait condamné l'attentat, déclarant par ailleurs ne pas être impliqué dans l'affaire[1].

En février 2003, Colin Powell, alors secrétaire d'État américain, le désignait comme un émissaire d'Al-Qaïda pour le Caucase, étroitement lié au jordanien Abou Moussab al-Zarqaoui, alors chef de l'organisation en Irak[2].

Le 19 septembre 2004, al-Urduni appelle dans un communiqué à s'en prendre aux intérêts russes et américains en Tchétchénie[3]. Ces propos ont probablement contribué à nourrir sa réputation d' "émir" présumé d'Al-Qaïda dans le Caucase.

Le 10 septembre 2006, dans une interview diffusée sur Kavkazcenter, il annonce avoir incité de jeunes civils à rejoindre ses rangs[4].

Décès[modifier | modifier le code]

Abou Hafs al-Urduni est abattu par les autorités russes le 26 novembre 2006, à Khassaviourt, au Daguestan. Son décès est confirmé par les rebelles[5].

Le 9 décembre 2006, un certain Muhannad lui succède à la tête du bataillon.

Références[modifier | modifier le code]