Abolhassan Bani Sadr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abolhassan.
Abolhassan Bani Sadr
ابوالحسن بنی‌صدر
Image illustrative de l'article Abolhassan Bani Sadr
Fonctions
1er président de la République islamique d'Iran

(&&&&&&&&&&&&05041 an, 4 mois et 18 jours)
Élection
Chef de l'État Rouhollah Khomeini
(Guide de la Révolution)
Premier ministre Mohammad Ali Rajai
Prédécesseur Mohammad Reza Shah (empereur)
Gouvernement provisoire
Successeur Mohammad Ali Rajai
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Hamedan (Iran)
Nationalité iranienne

Abolhassan Bani Sadr
Présidents de la République islamique d'Iran

Abolhassan Bani Sadr (en persan : ابوالحسن بنی‌صدر), né le à Hamedan (Iran), a été le premier président de la République islamique d'Iran.

Considéré par l'ayatollah Khomeini comme son fils spirituel, Abolhassan Bani Sadr est élu à une large majorité (plus de 70 % des voix) après la révolution islamique de 1979 en . Il participe activement à la rédaction de la Constitution iranienne et à la révolution.

Cependant, opposé à la poursuite de la guerre Iran-Irak et défenseur des droits de l'homme en Iran, il est destitué par l’ayatollah Khomeini le et la plupart de ses collaborateurs proches et des membres de sa famille ont été assassinés ou torturés par les Pasdaran.

Il est l'un de ceux affirmant la réalité d'une « surprise d'octobre », c'est-à-dire d'un accord entre l'ayatollah Khomeini et Ronald Reagan pour retarder la libération des otages américains détenus à Téhéran, afin de favoriser son élection contre Jimmy Carter, en échange de la fourniture d'armement à la République islamique d'Iran.

Il s'exile d'abord en Turquie puis trouve refuge en France où il vit toujours et écrit des articles sur l’Iran.

En juillet 2009, il habite Versailles dans une villa protégée par la police française[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Agence France-Presse, « Former Iran president says Khamenei behind election “fraud” », WashingtonTV,‎ 7 juillet 2009 (lire en ligne)