Aboiement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce labrador retriever a été dressé pour aboyer quand on le lui ordonne.

L'aboiement[n 1],[n 2] est une vocalisation émise par les chiens et, dans une moindre mesure, par les loups et d'autres canidés. La transcription en onomatopée est fréquemment ouah ouah en français[n 3].

L’aboiement le plus fort enregistré par le Livre Guinness des records est celui d'un berger allemand blanc produit en 2009 à Londres et s'élevant à 108 décibels[1].

Éthologie[modifier | modifier le code]

Pourquoi les chiens aboient-ils ?[modifier | modifier le code]

Un rat terrier en train d'aboyer.

Bien que les chiens soient les descendants du loup, Canis lupus, leurs aboiements ont une différence significative avec leur espèce parentale. Les loups aboient aussi mais ne le font que dans des situations spécifiques. Selon Coppinger et Feinstein, les chiens aboient en longues strophes rythmées alors que celles des loups adultes ont tendance à être brèves et isolées. Par rapport aux loups, les chiens aboient plus souvent et dans de nombreuses situations différentes[2].

Il a été suggéré que la raison de cette différence réside dans la domestication du chien par l'homme[3]. Une plus forte tendance à aboyer pourrait servir de système d'alerte précoce pour l'homme. La domestication a modifié l'apparence physique des chiens qui présentent depuis un exemple frappant de néoténie, à savoir le maintien de caractéristiques juvéniles chez les adultes. Ils sont semblables aux jeunes loups dans la plupart de leurs comportements et de leurs caractéristiques physiques, telles que la grosse tête, la face plate, de grands yeux, la soumission et la vocalisation - caractères tous présents chez le louveteau[4].

Les chiens aboient pour des raisons diverses : attirer l'attention, faire passer un message, exprimer l'excitation, etc. L'analyse statistique a révélé que l'aboiement peut être divisé en différents sous-types en fonction du contexte et que chaque individu dans une meute peut être identifié par son aboiement. Les aboiements graves sont classés comme agressifs, les aboiements aigüs et tonaux comme exprimant la peur et le désespoir. Ils sont souvent accompagnés de mouvements du corps dans le cadre d'un ensemble plus large appelé communication canine (en).

Types d'aboiement[modifier | modifier le code]

La liste est longue, beaucoup d'émotions du chien sont marquées par un aboiement caractéristique. Les principaux types d'aboiement sont[5] :

  • Aboiement « d'avertissement » (modulé selon les émotions exprimées)
  • Aboiement « d'alerte » (bruit ou mouvement insolite en dehors de son territoire)
  • Aboiement « d'isolement »
  • Aboiement « de jeu »
  • Aboiement « sur ordre »
  • Aboiement pour exprimer un besoin (soins, contact, nourriture)

Le grognement, le hurlement, le gémissement et le cri de douleur, ne sont pas au sens propre des aboiements. L'aboiement d'un chiot est appelé jappement.

Aboiement et humains[modifier | modifier le code]

L'aboiement souhaité par les maîtres[modifier | modifier le code]

Berger allemand dressé par l'armée américaine.

L'aboiement en tant que nuisance[modifier | modifier le code]

L'aboiement fréquent n'a pas de cause particulière, il exprime le plus souvent un état émotionnel (peur, colère, frustration, détresse de solitude) ou des intentions (marquage du territoire, alerte). L'aboiement intempestif a pour origine trois facteurs : troubles du comportement, chiens dominants et mimétisme[6].

Deux méthodes principales sont utilisées pour réduire ces aboiements intempestifs : rééducation (méthode thérapeutique) et colliers anti aboiement (méthode physique) de type spray de citronnelle, ultrason, vibreur, électrique avec ou sans réglage (dits à « corrections électrostatiques »), à enregistrement de voix, etc[7]. Une méthode controversée utilisée parfois en dernier ressort est l'opération chirurgicale appelée dévocalisation (en).

La perception de l'intensité sonore nuisible étant subjective, les articles de loi qui sanctionnent en France cette nuisance de voisinage (article 1385 du Code civil sur la responsabilité civile du propriétaire, article R 6332-3 du code pénal sur le tapage nocturne, article 1336-7 du code de la santé publique concernant les bruits de voisinage anormaux) prennent en compte le niveau sonore en fonction du fond sonore habituel (selon le Ministère de la Santé, bruit « gênant » lorsqu'il dépasse 5 dB le jour ou 3 dB la nuit, corrigés du bruit ambiant, selon la notion d'« émergence »), la durée, la répétition ou le caractère nocturne[8].

Transcriptions[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2012). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Chaque culture transcrit différemment l'aboiement en onomatopées[9] :

Chez d'autres animaux[modifier | modifier le code]

Parmi les autres canidés qui aboient, on peut citer le loup (qui, en plus, hurle, gémit et grogne) et le renard (qui, en plus, glapit et avertit)[10].

Les cris émis par le chevreuil, notamment en période de rut[11], sont aussi appelés aboiements en raison de leur similitude avec l'aboiement du chien.

Parmi toute une série d'autres cris (rugissements, beuglements, grognements et bêlements pour les plus petits), les otaries émettent également des aboiements[12],[13].

Les piranhas à ventre rouge produisent des sons semblables à des aboiements quand ils se confrontent face à face, mais sans se battre[14].

Au sens figuré, on parle d'aboiements aussi pour certains modes d'expression chez l'homme : aboyer des ordres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le verbe « aboyer » vient du latin baubari, aboyer.
  2. Le terme aboi, synonyme tombé en désuétude, n'est plus guère utilisé qu'au pluriel pour désigner les cris de la meute qui entoure la bête chassée dans une chasse à courre.
  3. On lit parfois aussi ouaf, waf ou wouf, en particulier dans les bandes dessinées.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Loudest bark by a dog sur www.guinnessworldrecords.com
  2. (en) R. Coppinger, M.Feinstein, « 'Hark! Hark! The dogs do bark...' and bark and hark », Smithsonian, vol. 21,‎ 1991, p. 119-128
  3. (en)Richard Murray et Helen Penridge, Dogs and Cats in the Urban Environment : A Handbook of Municipal Pet Management, seconde édition, 2001, chap. 11
  4. (en) E. S. Morton, « On the occurrence and significance of motivation-structural rules in some bird and mammal sound », e American Naturalist, vol. 111,‎ 1977, p. 855-869
  5. Thierry Bedossa, Bertrand-L. Deputte, Monique Bourdin, Antoine Bouvresse, Nicolas Cornier, Comportement et éducation du Chien, Educagri Editions,‎ 2010 (lire en ligne), p. 386-387
  6. Que faire lorsque votre chien aboie ?
  7. De l’usage des colliers anti-aboiements
  8. Le chien et la loi
  9. 7 choses surprenantes sur l’aboiement du chien
  10. Comment suivre le renard à la trace ?
  11. « Le chevreuil ou comment faire aboyer un cervidé », sur Loisirs en forêt, ONF (consulté le 13 septembre 2012)
  12. « Les otaries », sur Marineland,‎ 2011 (consulté le 13 septembre 2012)
  13. « Cri d'otarie », sur Média Larousse (consulté le 13 septembre 2012)
  14. (en) Sandie Millot, Pierre Vandewalle et Éric Parmentier, « Sound production in red-bellied piranhas (Pygocentrus nattereri, Kner): an acoustical, behavioural and morphofunctional study », [Journal of experimental biology], vol. 214,‎ 2011, p. 3613-3618 (DOI 10.1242/jeb.061218, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]