Ablon-sur-Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Ablon
Ablon-sur-Seine
La mairie d'Ablon-sur-Seine
La mairie d'Ablon-sur-Seine
Blason de Ablon-sur-Seine
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-de-Marne
Arrondissement Créteil
Canton Villeneuve-le-Roi
Intercommunalité -
Maire
Mandat
Éric Grillon
2014-2020
Code postal 94480
Code commune 94001
Démographie
Gentilé Ablonais
Population
municipale
5 221 hab. (2011)
Densité 4 704 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 32″ N 2° 25′ 16″ E / 48.7255555556, 2.42111111111 ()48° 43′ 32″ Nord 2° 25′ 16″ Est / 48.7255555556, 2.42111111111 ()  
Altitude Min. 32 m – Max. 85 m
Superficie 1,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne

Voir sur la carte administrative du Val-de-Marne
City locator 14.svg
Ablon-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne

Voir sur la carte topographique du Val-de-Marne
City locator 14.svg
Ablon-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ablon-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ablon-sur-Seine
Liens
Site web ablon-sur-seine.fr

Ablon-sur-Seine est une commune française située dans le département du Val-de-Marne en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation d'Ablon-sur-Seine dans le Val-de-Marne

Les communes limitrophes sont : Villeneuve-le-Roi, Athis-Mons et Vigneux-sur-Seine, située sur l'autre rive de la Seine.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Située au sud du Val-de-Marne, la ville est située sur la rive gauche de la Seine, fleuve qui la sépare du département de l'Essonne.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routièresn[modifier | modifier le code]

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la gare d'Ablon sur la ligne C du RER d'Île-de-France

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Ablon-sur-Seine était jadis situé à 4 lieues de Paris.

Henri IV, par l'édit de Nantes de mars 1598, avait permis aux protestants d'exercer leur culte hors des murs de Paris. Il autorisa la construction d'un temple à Ablons. Sully se rendait chaque dimanche au temple d'Ablon[1].

Le bourg était desservi, au tout début du XXe siècle par des navettes fluviales pour Paris

Il y eut à Ablon un château bâti par Agnès Sorel, et un temple qui fut fréquenté, jusqu'à la révocation de l'édit de Nantes, par les réformés parisiens.

L'activité économique d'Ablon a toujours été liée au fleuve : d'une part les cultures favorisées par les sols limoneux, et d'autre part le commerce. C'est traditionnellement une commune résidentielle, à l'urbanisme majoritairement pavillonnaire.

Suite au décès de Monsieur Jean-Louis Cohen, alors Maire de la commune, survenu le 10 novembre 2012, Madame Corinne Gorlier, alors première adjointe, a été élue Maire de la Commune par le Conseil Municipal lors de la séance extraordinaire du 24 novembre 2012.

Lors des élections Municipales de mars 2014, la liste Ablon Renouveau, menée par Eric Grillon a été élue par la population ablonaise.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires d'Ablon-sur-Seine.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1983 Alain Poher MRP Sénateur, Président du Sénat (1968-1992),
Ministre,
Président de la République par intérim (1969 et 1974),
Président de l'Association des maires de France,
Président de l'Assemblée parlementaire des Communautés européennes
1983 2008 Jean-Pierre Hermellin UMP  
2008 2012[Note 1] Jean-Louis Cohen PS  
2012 2014 Corinne Gorlier DVG  
2014 En cours Eric Grillon[2] UMP-UDI  

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Ablon-sur-Seine est actuellement jumelée avec une ville d'Allemagne et une ville de Grande Bretagne.

  • Neubiberg : Allemagne, depuis 1974/75.
  • Penkridge : Grande-Bretagne, depuis 1986.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Le résultat de l'élection présidentielle de 2012 dans cette commune est le suivant[3] :

Candidat Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Eva Joly (EÉLV) 41 1,71
Marine Le Pen (FN) 455 18,93
Nicolas Sarkozy (UMP) 653 27,16 1213 51,31
Jean-Luc Mélenchon (FG) 299 12,44
Philippe Poutou (NPA) 17 0,71
Nathalie Arthaud (LO) 7 0,29
Jacques Cheminade (SP) 5 0,21
François Bayrou (MoDem) 206 8,57
Nicolas Dupont-Aignan (DLR) 59 2,45
François Hollande (PS) 662 27,54 1151 48,69
Inscrits 3038 100,00 3041 100,00
Abstentions 599 19,72 537 17,66
Votants 2439 80,28 2504 82,34
Blancs et nuls 35 1,44 140 5,59
Exprimés 2404 98,56 2364 94,41

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 221 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
208 209 236 172 224 294 307 338 305
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
344 446 474 490 531 600 688 782 896
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 332 1 420 1 463 1 898 2 000 2 246 2 193 2 637 3 220
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
5 086 5 692 5 531 5 264 4 938 4 867 5 118 5 171 5 161
2011 - - - - - - - -
5 221 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Il y a 1 collège privé qui s'appelle le Sacré-Coeur.Il y a aussi le Collège-Lycée privé alternatif Sophia.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

De 2001 à 2008, Ablon s'est distinguée par la création de rendez-vous culturels variés. À l'origine de ces initiatives, une association indépendante, Il était une fois... Ablon, désireuse de faire vivre l'histoire de la ville et de susciter chez ses habitants le goût des rencontres entre Ablonais. Certaines ont marqué la ville, notamment le grand rendez-vous autour d'un rallye historique avec des thèmes comme « la découverte des quartiers », « les vieux métiers d'Ablon », « un mystère au château », etc.

Autre axe d'animation culturelle, le festival « Vos Voisins Ont Du Talent », qui accueillait les peintres, sculpteurs, photographes et musiciens de la région. Ce festival accueillait également de jeunes artistes du Conservatoire national supérieur de Paris, ou artistes nouvellement diplômés des écoles d'arts (Beaux Arts, ...).

Autre rendez-vous fortement apprécié par toutes les générations de la ville était le cyber-Ablon, organisé sur un week-end entier. Cette manifestation permettait aux plus anciens de s'initier à la bureautique (navigation sur internet, messagerie, Word, Excel...) et au plus jeunes de se retrouver pour des jeux en réseau.

Tous les 8 mars, l'association "Il était une fois... Ablon" proposait une manifestation à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes (films, exposition de peintures et ou de photographies, conférences...). L'équipe municipale actuelle a repris cette activité à son compte.

En sommeil depuis 2008, la vie de cette association est interrompue.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Louis Cohen, maire, meurt pendant la mandature.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre-Joseph-Spiridion Dufey, Dictionnaire historique des environs de Paris, Paris, Ch. Perrotin, 1825, p.1-2
  2. « Résultats de l'élection municipale de 2014 à Ablon-sur-Seine », sur http://www.cartes-2-france.com (consulté le 23 juin 2014)
  3. Ministère de l'Intérieur - Val-de-Marne (Ile-de-France), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Ablon-sur-Seine » (consulté le 23 juin 2014)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011