Aberration relativiste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aberration.

L'aberration relativiste est décrite par la relativité restreinte d'Albert Einstein et d'autres modèles relativistes, tel le modèle newtonien de la théorie de l'émission. Elle provoque l'aberration de la lumière quand le mouvement relatif de l'observateur et de la source lumineuse modifie la position de la source dans le champ de vision de l'observateur. L'effet est indépendant de la distance entre l'observateur et la source lumineuse.

Supposons que, dans le référentiel de l'observateur, la source se déplace à une vitesse v\, sous un angle \theta_s\, relatif au vecteur qui joint l'observateur à la source au moment où la lumière est émise. Alors, la formule suivante, dérivée par Einstein en 1905, décrit l'aberration de la source lumineuse, \theta_o\,, telle que mesurée par l'observateur[1],[2] :

\cos \theta_o=\frac{\cos \theta_s-\frac{v}{c}}{1-\frac{v}{c} \cos \theta_s} \,

Les rayons lumineux en provenance de la source qui atteignent l'observateur sont inclinés en direction du déplacement de la source (relativement à l'observateur). C'est comme si la lumière émise par un corps en déplacement est concentrée de façon conique, vers sa direction de déplacement. De même, la lumière reçue par un objet en mouvement (par exemple, depuis un astronef se déplaçant très vite) semble aussi concentrée vers sa direction de déplacement.

Une conséquence de cette aberration est qu'un observateur qui se trouve devant la source devrait normalement recevoir plus de lumière qu'un observateur qui se situe derrière la source ; cette concentration de lumière dans la direction avant de l'observateur est appelée « effet projecteur[1] » (ou « effet phare[2] »).

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Relativistic aberration » (voir la liste des auteurs)

  1. a et b « Chapitre 8: La relativité restreinte : Physique T3 », dans Harris Benson, Onde, optique et physique moderne, ERPI,‎ 1er janvier 2000 (ISBN 9782761300391, lire en ligne), p. 17-18 (L'auteur utilise \beta à la place de \frac{v}{c}.)
  2. a et b « Correction du contrôle continu : émission par une étoile en expansion relativiste », dans C. Le Poncin Lafitte et B. Lamine, MP064 – Relativité et temps (Année 2009-2010),‎ 22 octobre 2009 (lire en ligne), p. 1 (Document produit pour un cours de physique. Les auteurs utilisent \beta à la place de \frac{v}{c}.)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]