Abel Bergaigne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Abel Bergaigne

Naissance 31 août 1838
Vimy (Pas-de-Calais)
Décès 6 août 1888 (à 49 ans)
La Grave (Hautes-Alpes)
Nationalité Drapeau : France Français
Profession

Abel Henri Joseph Bergaigne, né le 31 août 1838 à Vimy (Pas-de-Calais) - mort le 6 août 1888 à La Grave, est un indianiste français. Il fut l'un des plus grands érudits de son époque en langue sanskrite.

Biographie[modifier | modifier le code]

Abel Bergaigne: La Religion védique, tome premier
Abel Bergaigne: La Religion védique, tome second

Il entre d'abord, à la suite de son père, au Service de l'enregistrement. Mais en raison de son intérêt littéraire et scientifique, il abandonne rapidement ses fonctions pour s'inscrire aux cours de langue et littérature indiennes dispensés à Paris[1], en particulier sous la direction de l'indianiste Eugène-Louis Hauvette-Besnault.

En 1867, Bergaigne est engagé comme enseignant-répétiteur en sanscrit à l'École pratique des Hautes Études, nouvellement créée à la Sorbonne[1]. Cette activité est interrompue par sa participation à la Guerre franco-prussienne de 1870, dans laquelle il sert comme Lieutenant de la Garde nationale.

En 1877, il devient maître de conférence à la Sorbonne[2] puis, en 1885, Bergaigne est nommé professeur de sanskrit et linguistique comparée à la Sorbonne et devient membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres.

Il meurt accidentellement, le 6 août 1888, lors d'une randonnée dans les Alpes françaises[2].

Travaux scientifiques[modifier | modifier le code]

Ses études sur l'interprétation du Rig-Véda lui ont assuré une renommée mondiale[3]. Ainsi, le linguiste allemand Richard Pischel tenait Bergaigne pour le plus grand connaisseur du Rig-Véda qui ait jamais existé.

Bergaigne a souligné que le Rig-Véda, loin d'être une collection d'écrits simples et primitifs sur la religion, doit au contraire être considéré comme le travail de prêtres hautement qualifiés sur la liturgie et les rites sacrificiels. Il est encore renommé de nos jours pour son interprétation philologique rigoureuse du Rig-Véda.

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • Du Rôle de la dérivation dans la déclinaison indo-européenne, impr. de Gouverneur (Nogent-le-Rotrou), 1875, disponible sur Gallica.
  • (la) De Conjunctivi et optativi in indoeuropaeis linguis informatione et vi antiquissima, (Facultati litterarum parisiensi thesim proponebat Abel Bergaigne), [thèse], apud F. Vieweg (Lutetiae Parisiorum), 1877, disponible sur Gallica.
  • Les dieux souverains de la religion védique, (thèse pour le doctorat, présentée à la Faculté des lettres de Paris), F. Vieweg (Paris), 1877, disponible sur Gallica.
  • Essai sur la construction grammaticale considérée dans son développement historique, en sanskrit, en grec, en latin, dans les langues romanes et dans les langues germaniques, 1877.
  • La religion védique d'après les hymnes du Rig-Veda, F. Vieweg (Paris), E. Bouillon (Paris), 1878-1897:
  1. tome premier (1878), disponible sur Gallica.
  2. tome deuxième (1883), disponible sur Gallica.
  • Les Inscriptions sanscrites du Cambodge, examen sommaire d'un envoi de M. Aymonier, par MM. Barth, Bergaigne et Senart. Rapport à M. le président de la Société asiatique, 1882.
  • Etudes sur le lexique du Rig-Veda, Impr. nationale (Paris), 1884, disponible sur Gallica.
  • Manuel pour étudier la langue sanscrite. Chrestomathie, lexique, principes de grammaire, F. Vieweg (Paris), 1884, disponible sur Gallica.
  • M. Ludwig et la chronologie du Rig-Véda, Impr. nationale (Paris), 1886, disponible sur Gallica.
  • Recherches sur l'histoire de la liturgie védique. La forme métrique des hymnes du Rig-Véda, 1888.
  • Essai sur la construction grammaticale considérée dans son développement historique, en souscrit, en grec, en latin, dans les langues romanes et dans les langues germaniques, Société de Linguistique (Paris), s.d., disponible sur Gallica.
En collaboration
  • avec Victor Henry: Manuel pour étudier le sanscrit védique. Précis de grammaire, chrestomathie, lexique, E. Bouillon (Paris), 1890, disponible sur Gallica. .
  • avec Victor Henry: Manuel pour étudier le sanscrit védique. Précis de grammaire, chrestomathie, lexique, 1890.
Traductions
  • Calidasa: Sacountala, drame en sept actes mêlé de prose et de vers, traduit par Abel Bergaigne et Paul Lehugeur, Librairie des bibliophiles (Paris) 1844, disponible sur Gallica, rééd.1965.
  • Quarante hymnes du Rig-Véda, traduits et commentés par Abel Bergaigne, publiés par Victor Henry, E. Bouillon (Paris) 1895, Texte intégral.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Discours prononcés à Vimy [Inauguration du monument élevé à la mémoire d'Abel Bergaigne le 9 octobre 1898], Texte intégral.
  • Victor Henry, Oeuvre d'Abel Bergaigne, leçon d'ouverture du cours de grammaire comparée à la Faculté des lettres de Paris, E. Thorin (Paris) 1889, disponible sur Gallica .
  • Henri Wallon: « Notice historique sur la vie et les travaux de Abel-Henri-Joseph Bergaigne, membre de l'Académie », in: Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 40e année, N. 6, 1896. pp. 529-557, Texte intégral.
  • (en) Maurice Bloomfield: Abel Bergaigne's Vedic Religion, Motilal Banarsidass, 1978.
  • Georges-Jean Pinault : « Abel Bergaigne » in: Dictionnaire des orientalistes de langue française, par François Pouillon, Karthala, 2012, p.97-99, Extrait en ligne.

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b François Pouillon, Dictionnaire des orientalistes, Karthala Éditions, 2008, p. 90.
  2. a et b François Pouillon, op. cit., p. 91.
  3. François Pouillon, op. cit., p. 91-92.

Liens externes[modifier | modifier le code]