Abdullah Ibn Yassin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Abdullah Ibn Yassin, natif du Souss (Maroc), est le leader spirituel de la dynastie des Almoravides[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Vers le milieu du XIe siècle, au retour de Yahya Ibn Ibrahim el-Godali (chef des Godala) et des notables de sa tribu du pèlerinage de la Mecque, il rencontra à Kairouan un professeur de droit malékite, originaire du Maroc, Abou-imran el Fasi. Se rendant compte de son ignorance, il lui demanda un de ses disciples pour enseigner le Coran aux tribus sanhadjiennes du désert. Mais aucun citadin qui entourait le maître ne voulut prêcher de si rudes compagnons. Abou-imran indiqua alors Yahya, un savant de l'extrême Souss susceptible de trouver un prédicateur parmi ses étudiants. L'un d'entre eux, Abdullah Ibn Yassin, accepta de suivre le chef des Lemtouna. À travers les textes d'Al-Bakri, Abdullah Ibn Yassin est savant au regard des Sahariens ignorants, mais de la science d'un petit lettré du Souss, pourvu d'un mince bagage, très amateur de femmes ; habile meneur d'hommes plus qu'un doctrinaire[2].

Il s'attacha par la persuasion de plusieurs tribus berbères, fonda un ribat (sorte de couvent militaire) dans une île d'un fleuve (Niger ou Sénégal ?) ou plus probablement les îles de Tidra (actuelle Mauritanie), étendit sa domination par le jihad. Les Almoravides étendirent leur domination sur une immense partie du grand Sahara (Mauritanie, Sénégal, centre et sud du Maroc, ouest de l'Algérie). Il mourut en 1059 en combattant contre les hérétiques Barghwata. Il fut enterré à Oued Krifla (commune de l'actuelle province marocaine de Khemisset)[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  1. a et b http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-almoravide/
  2. Charles-André Julien, Histoire de l'Afrique du Nord, Payot, 1966, p. 78

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]