Abdul Ali Mazârî

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abdul Ali Mazârî
عبدالعلی مزاری
Image illustrative de l'article Abdul Ali Mazârî
Biographie
Nom de naissance Abdul Ali Mazârî
Date de naissance 1946
Date de décès Mars 1995
Nature du décès Condamnation à mort
Nationalité Drapeau : Afghanistan Afghane
Parti politique Hezb-e Wahdat
Profession Religieux
Religion Islam

Abdul Ali Mazârî[1] (1946 - mars 1995) est un homme politique afghan, fondateur du Hezb-e Wahdat ("Parti de l'unité").

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né dans un petit village au nord de Mazâr-e Charîf, Ali Abdul Mazârî, se rattache à l'islam chi'ite comme l'immense majorité de ses compatriotes Hazaras. Après avoir suivi les cours de l'école coranique de son village, il effectue des études de théologie à Qom (Iran), puis à Nadjaf (Irak).

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Il revient en Afghanistan pour prendre part à la lutte contre le pouvoir communiste et l'occupation soviétique. Proche de l'Iran, il fonde le parti Nasr et sera en 1989 le fédérateur des différents partis hazaras en créant le Hezb-e Wahdat-e Islami Afghanistan ("parti de l'unité islamique d'Afghanistan" ; dari : حزب وحدت اسلامی افغانستانحزب وحدت اسلامی افغانستان) qui parviendra à fédérer les différentes factions de la résistance hazara. Plusieurs membres de la famille d'Ali Mazârî périront dans les combats ou seront exécutés par les communistes. En 1993-1995, la guerre civile fait rage à Kaboul entre les différents mouvements de résistance, Ahmad Chah Massoud, Abdul Rachid Dostom, le Hezb-e Wahdat, le Ettehâd-e Islami de Abdul Rassoul Sayyaf, et le Harakat de Gulbuddin Hekmatyar. La confusion est totale. Au delà de l'aspect politique de ces luttes, la dimension ethnique est évidente : Tadjiks, Pachtouns, Ouzbeks et Hazaras se déchirent. Les Hazaras, qui peuplent le tiers Ouest sont particulièrement visés, et Massoud tentera ultérieurement de les désarmer. Les victimes Hazaras sont considérables, et de nombreuses exactions sont commises[2].

Fin à l'arrivée des Talibans[modifier | modifier le code]

Le carnage ne cessera qu'avec l'arrivée à Kaboul des Talibans en février 1995. Ceux-ci capturent Abdul Ali Mazâri le 11 mars. Il décédera mystérieusement durant son transfert en hélicoptère à Kandahar, et son corps sera trouvé à Ghazni. Pour les Hazaras, et pour la plupart des observateurs, il ne fait aucun doute qu'Ali Mazâri a été assassiné par les talibans. Sa dépouille, remise aux Hazaras, sera portée en procession sur 500 kilomètres jusqu'à Mazâr où elle sera inhumée le 26 mars 1995 en présence de centaines de milliers de personnes[3].

Mausolée d'Abdul Ali Mazârî à Mazâr-e Charîf

Considéré comme un martyr (chahîd), Abdul Ali Mazârî est souvent surnommé "le père de la nation" par les Hazaras.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (Hazaragi: عبدلعلی مزاری)
  2. Sur ces événements compliqués, avec des alliances qui se retournent et se reconstituent, voir B. Dupaigne et G. Rossignol, Le carrefour afghan, Folio Gallimard, "Le Monde" actuel, 2001, p. 229-231.
  3. Ibid., p. 257.